lundi 3 avril 2017

Test: Assassin's Creed Syndicate - Jack l'éventreur



A peine ai-je fini Assassin's Creed Syndicate en long en large et en traviole - jeu que j'ai adoré - que je me suis lancé dans son gros DLC basé sur le tueur en série le plus célèbre des bords de la Tamise. Les faits de Jack l'éventreur se déroulent 20 ans après l'histoire initiale, et on se retrouve aux commandes d'une Evie Frye quadragénaire partie enquêter sur cet insaisissable meurtrier.


Le décor est un Londres brumeux et pluvieux, restreint aux deux quartiers de City et Whitechapel - ce qui en soi est bien suffisant pour cette histoire - dans lequel Jacob, parti à la poursuite de l'éventreur, est porté disparu. Aidée par l'inspecteur Abberline, Evie déambule dans les rues d'une ville désormais en proie à la prostitution, passant sur les scènes de crimes de ces pauvres filles. Le jeu ne se résume heureusement pas à un simple scénario à suivre, mais bénéficie comme son aîné de pas mal de missions optionnelles de bonne facture.


Ainsi, on pourra visiter des bordels et délivrer leurs pensionnaires maltraités, humilier des hommes trop entreprenants, retourner aux clubs de combat (un peu différents), tuer ou enlever des cibles précises sur certaines zones... Côté gameplay, il y a une bonne innovation avec l'utilisation d'armes non-létales basées sur la peur, et Evie nous paraît ici bien plus forte qu'auparavant; à noter que les Rooks ne sont plus nos alliés. Quelques rares séquences nous mettent enfin avec Jack au bout de la manette - jouissif! - lequel se joue comme la donzelle mais en bien plus violent.


En résumé, ce contenu additionnel est doté d'une belle durée de vie (du moins pour celui qui ne se contente pas que des missions obligatoires) mais son histoire principale n'est pas à la hauteur de ce que j'en attendais; raisonnable sans plus. Ceci est bien rattrapé par une ambiance générale fort différente de Syndicate, des missions optionnelles certes de remplissage mais bien fichues et un nouveau gameplay de type intimidation. Un bon DLC (rien à voir avec l'arnaque ACIII Roi Washington).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire