dimanche 30 avril 2017

La semaine du gamer


- Sherlock Holmes, Crimes and Punishments

- Dragon Quest VII

- World of Final Fantasy

samedi 29 avril 2017

Gaston 60 ans de gaffes - H-S Paris Match


Voilà un numéro spécial sorti en février et acheté sur le tard - encore en librairie? - que je feuillette jour après jour, et un bel hommage pour le plus grand gaffeur de la bande dessinée, Gaston "le héros sans emploi" comme le présentait Franquin. Au cours des 98 pages fêtant le soixantième anniversaire du trublion des éditions Dupuis, et agencées par ordre alphabétique (de A pour Apparition au Z de Zéro, en passant par Ecologie, Fantasio ou encore Musique) nous redécouvrons l'univers de la BD culte par thématiques, ponctuées de vignettes qui nous rappellent forcément de joyeux souvenirs. Gaston Lagaffe n'a pas pris une ride, et ce numéro anniversaire de Paris Match se doit de trôner dans toutes bibliothèques appropriées.

vendredi 28 avril 2017

Cinéma: Life


Eh ben mes aïeux, moi qui m'attendais à voir une simple mais néanmoins sympathique copie d'Alien en attendant le retour du maître dans quelques semaines, j'ai été complètement scotché par la frayeur  et le suspense haletant de ce Life qui, s'il ne brille certes pas par son originalité, procure de sacrées sensations d'effroi telles qu'on n'en a pas ressentie depuis fort longtemps. Tout y est nickel, des acteurs aux effets spéciaux, des réactions pour une fois logiques aux sursauts bien dosés; pas le temps de s'ennuyer ici. Et donc un gros challenger à Alien Covenant pour le titre de film d'horreur de 2017.

mercredi 26 avril 2017

Cinéma C'est beau la vie quand on y pense / Gold


Film plein de tendresse et de drôlerie, C'est beau la vie quand on y pense porte très bien son titre et emmène le spectateur vers une spirale de bons sentiments qui fait chaud au coeur. Du Jugnot pur jus, alternant rires et larmichettes, pour une histoire sortant de la banalité.

Gold, c'est l'histoire vraie d'un chercheur d'or des temps modernes, homme de terrain et de bureau, connaissant tant la ruine que la richesse. Un film porté par l'excellentissime Matthew McConaughey, retraçant l'épopée vertigineuse d'un prospecteur incompris, bien réalisé mais un peu longuet.

mercredi 19 avril 2017

Cinéma: Baby Boss


Le dernier film d'animation Dreamworks est à l'échelle des dernières productions du studio, à savoir plutôt orienté jeune public avec assez peu de clins d'oeil pour les adultes. Pas grave - même si l'esprit de Shrek me manque quand même - car Baby Boss nous entraîne dans une folle virée à l'imagination sans limites, riche en gags et novatrice dans son histoire. Les enfants vont adorer, et les adultes le trouver plutôt cool ce bébé.

mardi 18 avril 2017

Cinéma Fast and Furious 8 / A bras ouverts


La surenchère de scènes d'action plus wtf les une que les autres continue avec ce Fast and Furious 8 qui fait du grand spectacle son crédo, amené par une histoire qui se tient et un casting toujours quatre étoiles. Et partie à cette allure, la série n'est pas prête de s'arrêter.










Ah, les Roms, pas facile de réaliser une comédie autour de ce sujet sensible, et c'est donc à coups de stéréotypes qu'ils nous sont présentés dans A bras ouverts; et ma foi au-delà des critiques pas très polies que s'est mangé le film on a là une bonne matière à bien rigoler. De nombreux gags, un Clavier excentrique tel qu'attendu, une morale à la mords-moi-le-noeud, j'ai vu ici ce que j'espérais: une comédie franchouillarde qui fait le job.

lundi 3 avril 2017

Test: Assassin's Creed Syndicate - Jack l'éventreur



A peine ai-je fini Assassin's Creed Syndicate en long en large et en traviole - jeu que j'ai adoré - que je me suis lancé dans son gros DLC basé sur le tueur en série le plus célèbre des bords de la Tamise. Les faits de Jack l'éventreur se déroulent 20 ans après l'histoire initiale, et on se retrouve aux commandes d'une Evie Frye quadragénaire partie enquêter sur cet insaisissable meurtrier.


Le décor est un Londres brumeux et pluvieux, restreint aux deux quartiers de City et Whitechapel - ce qui en soi est bien suffisant pour cette histoire - dans lequel Jacob, parti à la poursuite de l'éventreur, est porté disparu. Aidée par l'inspecteur Abberline, Evie déambule dans les rues d'une ville désormais en proie à la prostitution, passant sur les scènes de crimes de ces pauvres filles. Le jeu ne se résume heureusement pas à un simple scénario à suivre, mais bénéficie comme son aîné de pas mal de missions optionnelles de bonne facture.


Ainsi, on pourra visiter des bordels et délivrer leurs pensionnaires maltraités, humilier des hommes trop entreprenants, retourner aux clubs de combat (un peu différents), tuer ou enlever des cibles précises sur certaines zones... Côté gameplay, il y a une bonne innovation avec l'utilisation d'armes non-létales basées sur la peur, et Evie nous paraît ici bien plus forte qu'auparavant; à noter que les Rooks ne sont plus nos alliés. Quelques rares séquences nous mettent enfin avec Jack au bout de la manette - jouissif! - lequel se joue comme la donzelle mais en bien plus violent.


En résumé, ce contenu additionnel est doté d'une belle durée de vie (du moins pour celui qui ne se contente pas que des missions obligatoires) mais son histoire principale n'est pas à la hauteur de ce que j'en attendais; raisonnable sans plus. Ceci est bien rattrapé par une ambiance générale fort différente de Syndicate, des missions optionnelles certes de remplissage mais bien fichues et un nouveau gameplay de type intimidation. Un bon DLC (rien à voir avec l'arnaque ACIII Roi Washington).

dimanche 2 avril 2017

La semaine du gamer


On va bientôt passer à aut'chose car j'ai fini cette semaine mes péripéties londoniennes sur Assassin's Creed Syndicate - Jack l'éventreur, DLC de bonne facture, belle durée de vie mais au scénario moins intéressant que le jeu principal. Presque fini World of Final Fantasy, avoisinant les 70h de gameplay. Loin du terme de Dragon Quest VII malgré les 76h affichées jusqu'à présent au compteur. Reprise de l'excellent Final Fantasy XIV après deux ans d'absence, et gros merci à Square Enix pour la transition gratuite de la PS3 à la PS4 et le jeu free-to-play jusqu'au niveau 35 de notre perso (le mien en est à 28). Enfin, achat d'un DD externe de 2T pour ma PS4, qui me rendra de grands services.