mercredi 18 octobre 2017

Cinéma: Blade Runner 2049


Suite ô combien attendue d'un chef d'oeuvre intemporel, Blade Runner 2049 en garde une narration lente et une action rare, un bon scénario aussi, mais la longueur du film et son rythme général m'ont quand même bien enfoncé dans mon fauteuil. La même chose en moins bien en quelque sorte.

mardi 17 octobre 2017

Cinéma Le sens de la fête / Numéro Une


Ne la cherchez pas plus loin, la comédie française de l'année est ici avec Le sens de la fête, où toute une panoplie de personnages pittoresques et forts drôles se côtoient le temps d'un mariage côté coulisses. Des textes magnifiques, des répliques inoubliables, des idées surprenantes, des acteurs au top du top: j'ai rigolé sans interruption dès la scène d'intro - d'ores et déjà culte - jusqu'au générique de fin. Foncez, je vous dis!

La guerre des sexes au sommet d'une grande entreprise en quête d'un nouveau PDG, voila le topo de Numéro Une qui met en évidence (d'un point de vue féminin, il faut le souligner) les difficultés d'évolution au poste suprême des femmes. Bonne intrigue politique également, faite de coups bas entre les postulants, qui nous montre la face cachée du grand patronat.

dimanche 15 octobre 2017

La semaine du gamer


Plus j'y joue et plus je comprends pourquoi mon pote insistait pour que je me lance dedans: The Witcher 3 est vraiment un sacré bon RPG bien pensé de partout! A côté de ça, c'est la cinquième enquête de Ace Attorney: Spirit of Justice que j'ai débuté.

mercredi 11 octobre 2017

Cinéma Mon Garçon / Ca


Un enfant qui disparaît pendant sa colo, un père qui mène sa propre enquête quand la gendarmerie patine, voilà un thriller très prenant que ce Mon Garçon aux interprétations impeccables et à l'ambiance oppressante réussie. Si l'ensemble du film se suit avec grand intérêt, je mets néanmoins un gros bémol à sa fin totalement ratée et dénuée d'explications.

Première partie de l'histoire se concentrant sur les protagonistes alors qu'ils étaient collégiens - la suite semble prévue pour 2019 - Ca est un formidable remake du téléfilm de 1990 qui en a effrayé plus d'un, et ne déroge pas à son mythe de roman d'horreur culte. Certains plans sont de purs copier-coller, d'autres scènes innovent et surprennent, l'histoire elle ne change pas et c'est tant mieux; et le clown est totalement effrayant. Un excellent film du genre complètement conseillé.

samedi 30 septembre 2017

Cinéma Money / Le Petit Spirou


Thriller efficace que ce Money qui envoie des voyous de bas étage voler une mallette pleine de gros billets à la mauvaise personne, et les conséquences qui en découlent. Bonne tension, persos bien joués, histoire simple mais bien menée et bonne réalisation pour un film pas très bien promotionné qui mérite toutefois que l'on s'y intéresse.

Mais ont-ils lu la BD??? Sans déconner, Le Petit Spirou en live est à mille lieues de ses origines, avec des personnages absolument pas ressemblants, des gags épurés de toute connotation perverse des gamins (qui plus est pas drôles) et un léger côté aventureux juste absent du matériau d'origine. En fait, j'ai plus eu l'impression de voir une mauvaise adaptation de L'élève Ducobu - qui fut lui une belle réussite sur grand écran - que des aventures enfantines du petit groom. Bref, c'est mauvais.

lundi 25 septembre 2017

2013 - Mon année de joueur


Un nouveau Pape nommé François arrive au Vatican, Rafaël Nadal remporte son huitième Roland Garros, Les Wachowski sortent au ciné un Cloud Atlas d'envergure; l'année 2013 marquera les esprits de diverses manières et côté jeu vidéo on n'en est pas moins brillamment servis. Dernière salve de gros titres pour la génération Playstation 3 / Xbox 360 avant l'arrivée de leurs petites soeurs en fin d'année, alors que côté portables la Nintendo 3DS nous sort encore de jolies cartouches.

10/ Splinter Cell Blacklist

Retour en grâce pour Sam Fisher dans une aventure de nouveau basée sur la mission et non plus son personnage, mission ô combien passionnante citée dans mon test.


9/ Final Fantasy XIV

Bien que les MMORPG ne soient pas vraiment mon truc, je me suis néanmoins laissé tenter par ce Final Fantasy et grand bien m'en pris. Test.


8/ Ni no Kuni

Level 5 + Ghibli = un grand jeu de rôle exclusif à la PS3, sorte de Brave Story à la sauce Pokémon visuellement magnifique et sans temps mort. Test.


7/ Ace Attorney: Dual Destinies

Retour aux affaires pour Phoenix Wright sur un nouveau support, nouveau perso jouable aussi, mais surtout des enquêtes encore une fois passionnantes à résoudre. Test.


6/ The Last of Us

Virée dans un monde dangereux en compagnie d'un duo inoubliable, tension permanente tout au long de l'aventure, gros moments d'émotions aussi. Test.


5/ Tomb Raider

On relance la franchise et on change tout, c'était plutôt risqué mais au final qu'est ce que ça a payé! Lara Croft reprend son trône dans le rayon de l'aventure. Test.


4/ Assassin's Creed IV Black Flag

Monde ouvert gigantesque, ambiance pirate ensorcelante, perso - Edward Kenway - charismatique, des tonnes de choses à y faire et une histoire principale haut de gamme. Mon AC préféré. Test.


3/ GTA V

Moins sérieux que le précédent, plus grand avec une ville et sa région, plus varié avec ses trois héros, toujours aussi fun à jouer. Et il continue à se vendre 4 ans après. Test.


2/ The Legend of Zelda: A Link between Worlds

Les Zelda à l'ancienne, c'est vraiment mon dada. Et ici, on reprend la map de A Link to the Past, on en fait un monde ouvert plein d'idées nouvelles. Résultat: un bijou. Test.


1/ Beyond: Two Souls

David Cage divisera toujours, et moi je serais encore de ses fans. Cette histoire, son personnage, sa narration, son intrigue jusque dans son final, tout ce qu'il y a dans Beyond m'a clairement bouleversé. Un titre dans la foulée des précédentes oeuvres du créateur et de son studio, techniquement au top et dont les choix influent sur le scénario. Test.

dimanche 24 septembre 2017

La semaine du gamer


Fini Resident Evil 7 en 14h, fini le contenu spécial Festival des Assassins de Final Fantasy XV et débuté The Witcher 3.

Cinéma Barry Seal / American Assassin


Barry Seal: American Traffic, c'est l'histoire vraie d'un pilote qui s'est fait un max d'oseille en livrant sans différencier des cargaisons tant au profit de son gouvernement que des cartels sud-américains dans les années 1980. Un film passionnant, aventureux, quelquefois drôle, porté par un excellent Tom Cruise et superbement mis en scène.

Ne cherchez pas le moindre soupçon d'humour dans American Assassin car nous avons ici à faire à un thriller noir et brutal, fort percutant, contant l'arrivée dans les services secrets d'une nouvelle recrue casse-cou sans peur et de sa première mission. Bon scénar, jeu d'acteurs au poil et action de premier ordre pour un film incisif voir par moments dérangeant.

jeudi 21 septembre 2017

Manga: Resident Evil Heavenly Island Tome 4


On retrouve dans ce quatrième chapitre de Heavenly Island tout ce qui fait le sel d'un Resident Evil contemporain, soit un scénario qui dévoile enfin ses vrais méchants, des labos souterrains et une ribambelle de scènes d'action mettant les rares survivants aux prises avec des boss ennemis quasi invulnérables. Oublié le côté paradisiaque du premier volume qui s'éloignait beaucoup de ce que l'on connaît de la série, on revient ici à du bon vieux RE (souvenez-vous RE2 et Code Veronica) ce qui m'enchante plutôt beaucoup. Claire est dans la place et c'est vraiment bien, en attendant le cinquième et dernier tome de cette histoire ma foi plus que convenable.

mercredi 20 septembre 2017

Titeuf n°15 - A fond le slip!


Le blondinet à la mèche revient en cette rentrée avec son quinzième album titré A fond le slip!, où les gags avec ses potes sont légion alors que les filles (Nadia, Ramatou) se font bien plus discrètes. Si après le précédent album on pouvait imaginer un vieillissement du personnage et de son entourage, et bien il n'en est rien et tant la maîtresse que la cour de récré sont toujours partie prenante de ses aventures. Un nouvel album très drôle, innovant encore dans ses péripéties, toujours porté sur l'apprentissage de la vie et les questions existentielles, en bref un excellent opus à lire à tous âges.

mardi 19 septembre 2017

Mon jeu du moment: Resident Evil 7


La grosse franchise des Resident Evil a par le passé effectué un renouvellement de son gameplay avec son quatrième épisode numéroté - usant également d'un scénario hors contexte "Umbrella" pour rameuter un nouveau public - et en cette année 2017 recommence le rajeunissement de ses joueurs via ce Resident Evil 7 sortant des sentiers battus. Des nouveautés à foison pour le géant de l'horreur qui replace les frissons au centre de sa thématique.


Raccoon City, les zombies, les ganados, les tyrans, les savants fous, tout ce qui nous apparaît en mémoire à la mention de la saga se doit d'être mis de côté, car ici c'est avec du neuf qu'elle se renouvelle, en commençant par une vision à la première personne (en réalité virtuelle pour les possesseurs de casque) plus immersive que jamais. Notre personnage est un nouveau venu prénommé Ethan qui n'a rien du parfait petit soldat maintes fois joué; c'est au contraire un type banal qui se retrouve embarqué dans une aventure mortelle. En effet, c'est après avoir reçu une vidéo de sa femme disparue trois années auparavant qu'il part la rejoindre au fin fond de la Louisiane (quand elle lui dit "surtout ne viens pas"), dans une vieille bicoque clairement peu avenante. Si ce début d'aventure digne du fameux sketch de Bigard prête à sourire de par son classicisme, ce qui nous attend ensuite change clairement la donne.


Ethan va donc visiter la demeure et ses à-côtés en recherchant différentes clés et résoudre quelques énigmes - un sentiment de retour aux sources bienvenue - tout en se défendant / fuyant les ennemis du jeu: la famille Baker, propriétaire des lieux, ainsi que des monstres inédits franchement flippants. S'il va se confectionner un arsenal sympathique au cours de son exploration, les munitions sont assez limitées et dézinguer à tout va ses poursuivants ne sera pas toujours la bonne solution. On retrouve dans le jeu les bons vieux coffres à l'ancienne, disparus depuis justement RE4, et des combinaisons d'objets en tous genres (munitions, soin). A noter qu'ouvrir le menu des objets ne met pas le jeu en pause pour un sentiment de danger permanent.


Tendu, Resident Evil 7 l'est et place le joueur au milieu d'une aventure horrifique où les ennemis peuvent débouler de n'importe où n'importe quand, ouvert comme l'opus original et aux bruitages nous immergeant dans cette sensation de mal-être. Si l'histoire contée nous semble a priori bien lointaine des événements connus, c'est avec grand plaisir - et de nombreux frissons - qu'on la savoure, dirigeant Ethan en divers lieux à fouiller de la cave au grenier. Le Resident Evil nouveau change bien des choses mais garde la peur du matériau de base, celle qui s'était estompée au fil des années pour se transformer en adrénaline d'action. Que l'on soit fan de la première heure ou nouvel arrivant, ce titre est juste un grand cru du genre.



lundi 18 septembre 2017

Cinéma: Mother


On part d'un contexte simple - un couple reçoit un inconnu en pleine nuit - à l'ambiance tendue et aux questions multiples, pour avancer ensuite vers un délire d'images de plus en plus extravagantes où chacun se fera sa propre opinion de l'histoire. Car Mother se regarde étrangement, le naturel de la première moitié du film contrastant avec le côté décalé de ce qui vient ensuite. Une oeuvre que j'ai grandement appréciée, riche en grosses sensations, fortement oppressante et remarquablement jouée. L'ovni de l'année.

jeudi 14 septembre 2017

J'ai testé IFly, le vol en chute libre indoor


Alors ça, c'était un trip incroyable! Reproduire les sensations d'un vol en chute libre dans un simulateur cylindrique haut de trois étages, c'est ce que nous propose IFly à Paris et Lyon; je me suis donc essayé à me la jouer Superman dans la soufflerie de la capitale située au centre commercial Vill'Up de La Villette, inaugurée l'an dernier.



C'est donc avec un moniteur que vous pénétrez dans la soufflerie à la vue de tous - les chuteurs confirmés se la jouant solo - et que vous apprenez à vous maintenir en équilibre horizontal, et ma foi ce n'est pas aussi simple que je me l'imaginais. On nous apprend auparavant un langage gestuel car la communication orale est clairement impossible, puis c'est parti pour notre baptême, et pour ma part le premier essai fut loin d'être une réussite. Ce sont deux tours de une minute chacun qui nous attendent, pour des sensations purement exaltantes mais aussi un tarif loin d'être abordable (65€). Ajoutez à cela 9€ supplémentaires pour le Fly Up (ascensionnel donc), d'autres euros pour photos et vidéos souvenirs et votre carte bleue aura bien surchauffée. Le vol se fait sur réservation via internet, par créneaux de trente minutes (mais on vous demande de venir quand même 1h avant).

Si c'est plutôt cher, l'expérience n'en est pas moins à faire au moins une fois pour tous amateurs de bonnes sensations, riche en excitation et émotions. Voici le lien: http://www.iflyfrance.com






dimanche 10 septembre 2017

La semaine du gamer


Ma PS4 a surchauffé ces sept derniers jours avec à l'honneur une relance de Final Fantasy XV et son festival des Assassins, la fin de l'excellent Uncharted 4 et le lancement de l'horrifique Resident Evil 7.

mercredi 6 septembre 2017

Cinéma Seven Sisters / Que Dios nos Perdone


Postulat futuriste alléchant, interprétation exceptionnelle de Noomi Rapace, intrigue bien ficelée, suspense et scènes d'action au top: Seven Sisters ne possède en fait qu'un seul défaut, son affiche qui nous annonce nous manipuler jusqu'à la fin... ce qui est bien loin d'être le cas. Pas grave, si le film est à des lieues de nous retourner le cerveau, il n'en reste pas moins très bon, et c'est bien là ce qui compte.

Les Espagnols, en plus d'être géniaux dans le genre horrifique, sont aussi d'excellents maîtres du polar, et Que Dios nos Perdone en est un nouvel exemple. Un tueur en série, des flics aux personnalités antagonistes bien construites, une enquête passionnante pour un film qui nous garde en haleine jusque son dénouement.

lundi 4 septembre 2017

Cinéma Hitman & Bodyguard / La Tour Sombre


Cinéma pop-corn avec sa ribambelle de bastons et d'explosions, le tout englobé dans un humour potache qui colle bien au trip, Hitman & Bodyguard est un bon divertissement qui est loin de se prendre au sérieux malgré les gros moyens mis à sa disposition. On l'oubliera sûrement vite, mais sur le coup c'est vraiment un bon film de saison.

Là j'ai été franchement déçu. Je savais que condenser plusieurs gros romans en un film de 1h30 allait faire des dégâts, mais dans ce cas de La Tour Sombre ça donne une histoire qui fonce à 200 à l'heure sans nous donner la possibilité de s'attacher aux personnages, une intrigue forcément confuse aux événements qui se suivent sans transition. Ah oui aussi, je m'attendais à quelque chose de très mature, alors qu'il a tout des allures d'un film pour enfant. Bref, un vrai gros pétard mouillé.