dimanche 25 juin 2017

Cinéma: It comes at night


Je cherche encore le chef-d'oeuvre indiqué sur l'affiche car franchement, si It comes at night n'est pas foncièrement mauvais, il est doté d'une lenteur accablante et son récit n'a rien de franchement neuf non plus. Huis clos tendu certes, mais pas vraiment d'horreur à proprement parlé ni de sursauts. Clairement une déception.

La semaine du gamer


Fini Dishonored 2 avec Corvo en chaos faible - rejouabilité élevée pour plus tard avec Emily - et repris Final Fantasy XV pour l'épisode Gladiolus. Début de la troisième enquête sur Ace Attorney: Spirit of Justice également.

mercredi 21 juin 2017

Cinéma Alerte à Malibu / La Momie / Les Ex


Divertissement qui élimine tous vos neurones, Alerte à Malibu s'éloigne assez de la série d'époque et se la joue série B au possible, amusant et très irréaliste dans son déroulement. On n'échappe pas aux traditionnels clichés sur l'antagonisme baraqué/p'tit gros et aux gags voyeurs en-dessous de la ceinture, avec en plus un scénar moisi du maillot de bain, mais bon pour déconner entre potes ça se laisse regarder.

Si j'ai bien aimé le visuel du film et l'action trépidante de sa seconde moitié, il faut dire que la première heure traîne en longueur et que l'humour présent n'a à mon sens pas lieu d'être; bref que La Momie aurait mieux été traitée si le film restait sérieux de bout en bout. Tom Cruise fait le job, mais c'est très loin d'être son meilleur film.

Tranches de vie de multiples personnages qui se croisent et se recroisent dans une sorte de vaudeville citadin, Les Ex fait beaucoup rire et plusieurs fois émeut grâce particulièrement à un casting finement choisi. Une comédie dramatique plutôt originale qui se regarde sans déplaisir.

vendredi 16 juin 2017

Mon jeu du moment: Dishonored 2


Les événements de ce second opus se déroulent 15 ans après la mise sur le trône de l'impératrice Emily alors enfant, et l'on y joue au choix soit cette dernière désormais jeune adulte soit de nouveau Corvo le précédent héros. Le point de départ de l'intrigue nous présente un coup d'état dont le perso choisi par le joueur - pour ma part Corvo - devra tout faire pour reprendre le pouvoir dans l'Empire. Au menu de Dishonored 2: des complots politiques, des lieux fort diversifiés à visiter, de l'infiltration (ou de l'action brutale), des pouvoirs surnaturels, des choix à effectuer.


Digne successeur d'un premier titre ô combien récompensé, le jeu d'Arkane Studios donne toujours au joueur diverses possibilités dans sa progression - ponctuée d'objectifs optionnels - et ce tant dans le chemin à suivre qui n'a rien de prédéfini que dans la récupération des pouvoirs que l'on opte selon notre envie; ainsi préférerez-vous acquérir d'entrée de jeu la possibilité de ralentir le temps ou plutôt le contrôle mental? Faire disparaître les corps, voir au travers des murs, ou bien se projeter le plus loin possible? Un côté RPG toujours présent qui rend deux parties bien différentes dans leur approche tant le gameplay diffère selon les sorts débloqués.


Bien que la progression silencieuse reste conseillée, des joutes frontales peuvent intervenir - ou bien se faire le jeu ainsi si on le désire - et ici l'arsenal de Corvo se veut plutôt conséquent avec une arbalète aux flèches simples ou soporifiques, un flingue, des grenades, des mines et autres pièges. Les villes et bâtiments sont riches en détails et le nombre de documents à récupérer (dont la lecture fourmille d'informations sur le monde) juste faramineux. Un background savamment orchestré qui donne au joueur cette belle impression d'un univers vivant duquel il fait partie.


Pas simple dans son approche furtive, Dishonored 2 est également doté d'une excellente durée de vie et d'une vraie grande rejouabilité (deux persos aux pouvoirs différents, diverses manières d'achever chaque niveaux). Très beau, extrêmement varié dans son design, aisé à prendre en main, multipliant les bonnes idées, le jeu est juste une réussite, tant en tant que suite que pour lui seul. Bref, à vos manettes, il y a une impératrice à remettre sur son trône.

lundi 12 juin 2017

Cinéma: Wonder Woman


DC Comics essaye en vain de copier son éternel concurrent et ce n'est pas ce Wonder Woman qui changera la donne tant j'ai eu l'impression tout au long de la projection de voir un remake mal fichu du premier Captain America. Entre des scènes d'action qui veulent en mettre trop de plein-la-vue au point de perdre notre attention, des incohérences scénaristiques à foison et des acteurs qui méritent des baffes, on retiendra tout de même la belle performance de Gal Gadot et l'histoire générale qui se suit plutôt bien. Ca sauve le film, mais j'en attendais tellement mieux.

mardi 6 juin 2017

Cinéma The Jane Doe Identity / Conspiracy


Un corps sans vie à l'identité inconnue découvert au milieu de meurtres inexpliqués, une autopsie qui part en vrille avec l'apparition d'événements paranormaux, The Jane Doe Identity est un film d'horreur en huis clos à l'ambiance pesante qui fout son lot de chocottes au spectateur tout au long d'une intrigue bien ficelée.

Film d'action/espionnage très inspiré de la saga Bourne, Conspiracy est un bon élève du genre au scénario intéressant, bien rythmé, aux nombreux personnages mais qui n'échappe pas à un effet de déjà-vu. Un moment de ciné qui vaut le coup malgré un final assez simple à anticiper.

dimanche 4 juin 2017

La semaine du gamer


15h de jeu et seulement sur le chapitre 5 de Dishonored 2, jeu du niveau de son prédécesseur et pour ma part toujours de la difficulté à me la jouer infiltration à la première personne. Sinon, seconde enquête en cours sur Ace Attorney: Spirit of Justice et fin de partie de Lara Croft Go.

vendredi 2 juin 2017

Cinéma Pirates des Caraïbes 5 / Marie-Francine


Jack Sparrow et son équipage reprennent du service 5 ans après l'épisode de la fontaine de Jouvence et cette fois-ci partent en quête du Trident de Poséïdon, un artefact ayant le pouvoir de déjouer toutes les malédictions des mers. De nouveaux personnages font leur apparition dans La vengeance de Salazar, film dans la continuité de la saga et toujours aussi divertissant avec le bon goût de ne pas durée beaucoup plus de 2h; ce qui est fort agréable. Moins surprenant que les précédents cependant.

Marie-Francine est la nouvelle comédie de Valérie Lemercier qui y marrie agréablement gags, malice et moments de tendresse, l'histoire qu'une quinquagénaire trompée qui pose ses valises chez ses parents. Le résultat est franchement très bon, avec un humour qui fait mouche à tous les coups et un excellent Patrick Timsit qui démontre ici ses talents d'acteur émotionnel.

dimanche 28 mai 2017

La semaine du gamer


Fini Dragon Quest VII et débuté Ace Attorney: Spirit of Justice - 3DS
Débuté Dishonored 2 - PS4
Partie en cours sur Lara Croft Go - Android

mardi 23 mai 2017

Cinéma Le Roi Arthur / Sword Art Online


Autant j'aime les précédentes réalisations de Guy Ritchie, autant là... Après la déroute du dernier film éponyme, on ne pouvait que s'attendre à du mieux, mais le côté heroic-fantasy bien poussé avec ses sorciers qui jettent des boules de feu et autres monstres, ben non désolé mais c'est bien trop éloigné de la légende du Roi Arthur tout ça. Et si visuellement c'est bien beau et que les scènes d'action sont pas trop mal fichues, l'histoire racontée est peu intéressante et l'ennui se pointe rapidement. Si vite d'ailleurs que je suis parti avant la fin.

Je suis allé voir le long-métrage d'animation sans rien connaître de son univers, et le moins que je puisse dire c'est que dans mon cas on est un peu perdu là dedans. Suite de la série donc, Sword Art Online Ordinal Scale raconte de nouvelles aventures des héros dans un univers de réalité augmentée, c'est sympa mais brouillon pour le néophyte que je suis. Le scénario se tient, les bastons sont réussies. Les fans devraient aimer, pour les autres c'est juste un film sympa qu'on ne regarde qu'une fois (et me donne pas franchement envie d'en découvrir plus).

mardi 16 mai 2017

Cinéma: Get Out


Avec ses personnages aux comportements suspects prêtant à bien des interrogations, sa tension palpable s'intensifiant au fil du récit, les agissements plutôt plausibles du héros et la dose d'humour apportée par petites doses bien étudiées, Get Out est un excellent thriller qui ne démérite pas son titre de succès surprise aux US.

dimanche 14 mai 2017

La semaine du gamer


Enfin! Après 83h de jeu, j'ai terminé le Pokémon de Square Enix aka World of Final Fantasy. Achevé également le jeu d'enquêtes Sherlock Holmes Crimes & Punishments, et brièvement continué ma partie de Dragon Quest VII. Du côté des nouveautés, j'ai voulu lancer Dishonored 2 mais sa mise à jour de 13 Go me demande de patienter, et c'est alors en compagnie de Lara Croft Go que je passe actuellement mon temps.

samedi 13 mai 2017

Cinéma Alien Covenant / Outsider


Quelle déception que cet Alien: Covenant, film sans direction fixe qui laisse une grande part aux discours à l'encontre de scènes plus chocs - ce qui fonctionnait très bien dans Prometheus ne prend pas ici - ces dernières étant juste stéréotypées et sans la moindre surprise. Des personnages moins attachants (et relativement stupides), un scénario pourtant censé faire le lien entre la préquelle et le premier Alien mais bien mal fagoté, une peur aux abonnés absents: le film se laisse regarder en soi mais est une vraie désillusion pour la saga. A titre de comparaison, sa copie Life sortie le mois dernier lui est grandement supérieure.

Biopic du boxeur qui inspira Stallone pour créer Rocky, Outsider est une jolie belle surprise de l'histoire vraie et méconnue (et dont tout le monde se moque il est vrai) d'un type qui passa à côté de la reconnaissance, sa vie n'étant pas des mieux gérées. Belles interprétations, images version 70's réussies, scénario intéressant; un film sorti un peu dans l'anonymat qui mérite le coup d'oeil.

mercredi 10 mai 2017

Cinéma: On l'appelle Jeeg Robot


A la fois ultra-violent, ultra-trash et ultra-drôle, On l'appelle Jeeg Robot est un sacré ovni avec son super-faux-héros qui s'en bat les nuggets de sauver le monde et ses méchants méga-stéréotypés. Un film original qui n'est en rien une adaptation du dessin animé d'origine - type Goldorak, jamais diffusé en France - mais un fort hommage étonnamment réalisé, bien plus proche d'un Hancock (mais largement meilleur). Encore une sacrée surprise dans une année 2017 qui en compte déjà pas mal.

lundi 8 mai 2017

Cinéma Tunnel / Braquage à l'ancienne


Suspense haletant venu de Corée du sud, Tunnel met à rude épreuve les nerfs du spectateur qui assiste impuissant aux tentatives de sauvetage d'un automobiliste enseveli. Film sérieux qui s'octroie quelques touches d'humour, palpitant malgré quelques incohérences, bref tout simplement une excellente surprise.

Encore un film de braqueurs de banque oui, mais ici avec des octogénaires et ça change un peu la donne. Avec son casting cinq étoiles, Braquage à l'ancienne joue tant dans le sérieux que sur la comédie, et dans les deux cas c'est du très bon. Divertissement familial assuré.

dimanche 7 mai 2017

La semaine du gamer


Semaine hautement RPG avec des titres interminables que je traîne depuis plusieurs mois: Dragon Quest VII, World of Final Fantasy et Final Fantasy XIV. D'un autre côté, de la réflexion sur Sherlock Holmes Crimes & Punishments.

jeudi 4 mai 2017

Mon jeu du moment: Sherlock Holmes Crimes & Punishments


Grand amateur du détective créé par Sir Arthur Conan Doyle, et ce sous tous formats possibles, j'ai décidé de me lancer sur la série de jeux d'enquêtes du studio ukrainien Frogwares bien que fort méfiant des jeux à licence. Les bons retour sur les titres et plus précisément le dernier sorti - The Devil's Daughter - ainsi qu'une bonne offre commerciale m'ont donc mis dans les bottes du résident de Baker Street avec le précédent jeu paru en 2014: Sherlock Holmes Crimes & Punishments.


Au programme: six enquêtes (sans lien entre elles) et autant de mystères à élucider autour de scénarii bien ciselés, notre cher détective parcourant divers lieux afin de confondre les coupables. Le jeu donne la part belle à la recherche d'indices, aux dialogues avec les suspects, nous met quelques petits puzzles entre les doigts, et fait cogiter tout ceci dans une partie interactive fort bien pensée où chaque déduction peut en croiser d'autres et aboutir à une conclusion. Attention toutefois à ne pas trop se hâter car il est fort possible de se tromper dans sa réflexion et de choisir alors un mauvais coupable.


Accompagné de son fidèle docteur Watson, Holmes rencontre au fil de ses investigations d'autres noms connus de la série comme l'inspecteur Lestrade, son frère Mycroft ou encore sa logeuse madame Hudson. L'ambiance fin XIXe siècle est fidèlement retranscrite, les doublage anglais d'excellente facture et le titre pas trop désagréable à regarder même s'il accuse déjà un peu son âge. Les enquêtes ne sont quant à elles pas trop difficiles à résoudre bien que de bonne durée chacune, mais là encore attention à ne pas précipiter son jugement. De plus, un choix moral (condamner fermement ou plus souplement par ex.) vous est demandé en conclusion d'enquête.


Pour résumé, ma première incursion dans l'univers de Sherlock Holmes version jeu vidéo se solde par une belle et agréable surprise qui me donne déjà envie de connaître les titres du studio passés et à venir. Moins complexe qu'un Ace Attorney ou Ghost Trick, moins action qu'un L.A. Noire ou Murdered Soul Suspect; et pourtant si vous avez aimé ces derniers titres vous apprécierez sûrement celui-ci.

mardi 2 mai 2017

Cinéma: Les Gardiens de la Galaxie vol.2


L'équipe des super-héros spatiaux Marvel nous revient avec un second épisode aussi drôle que le premier, à l'action flamboyante et doté d'une histoire qui se suit sans ennui. Dans                   Les Gardiens de la Galaxie 2 le groupe est désormais uni et va devoir batailler pour sauver l'univers, et c'est tout ce qu'on attendait d'eux.

dimanche 30 avril 2017

La semaine du gamer


- Sherlock Holmes, Crimes and Punishments

- Dragon Quest VII

- World of Final Fantasy

samedi 29 avril 2017

Gaston 60 ans de gaffes - H-S Paris Match


Voilà un numéro spécial sorti en février et acheté sur le tard - encore en librairie? - que je feuillette jour après jour, et un bel hommage pour le plus grand gaffeur de la bande dessinée, Gaston "le héros sans emploi" comme le présentait Franquin. Au cours des 98 pages fêtant le soixantième anniversaire du trublion des éditions Dupuis, et agencées par ordre alphabétique (de A pour Apparition au Z de Zéro, en passant par Ecologie, Fantasio ou encore Musique) nous redécouvrons l'univers de la BD culte par thématiques, ponctuées de vignettes qui nous rappellent forcément de joyeux souvenirs. Gaston Lagaffe n'a pas pris une ride, et ce numéro anniversaire de Paris Match se doit de trôner dans toutes bibliothèques appropriées.

vendredi 28 avril 2017

Cinéma: Life


Eh ben mes aïeux, moi qui m'attendais à voir une simple mais néanmoins sympathique copie d'Alien en attendant le retour du maître dans quelques semaines, j'ai été complètement scotché par la frayeur  et le suspense haletant de ce Life qui, s'il ne brille certes pas par son originalité, procure de sacrées sensations d'effroi telles qu'on n'en a pas ressentie depuis fort longtemps. Tout y est nickel, des acteurs aux effets spéciaux, des réactions pour une fois logiques aux sursauts bien dosés; pas le temps de s'ennuyer ici. Et donc un gros challenger à Alien Covenant pour le titre de film d'horreur de 2017.

mercredi 26 avril 2017

Cinéma C'est beau la vie quand on y pense / Gold


Film plein de tendresse et de drôlerie, C'est beau la vie quand on y pense porte très bien son titre et emmène le spectateur vers une spirale de bons sentiments qui fait chaud au coeur. Du Jugnot pur jus, alternant rires et larmichettes, pour une histoire sortant de la banalité.

Gold, c'est l'histoire vraie d'un chercheur d'or des temps modernes, homme de terrain et de bureau, connaissant tant la ruine que la richesse. Un film porté par l'excellentissime Matthew McConaughey, retraçant l'épopée vertigineuse d'un prospecteur incompris, bien réalisé mais un peu longuet.