lundi 7 novembre 2016

Mon jeu du moment: Dragon Quest VII


Dragon Quest VII, un monument du RPG japonais sur Playstation qui n'avait lors de sa création en 2000 pas eu les honneurs d'une sortie européenne. Le jeu, bien moche pour l'époque, n'en était pas moins captivant et extrêmement long, et je le considère encore aujourd'hui comme l'un des tous meilleurs - avec les opus IV et V - de cette formidable saga. Et c'est donc avec un plaisir sans limites que son remake sur 3DS arrive enfin officiellement chez nous, paré d'une plastique qui envoie la portable dans ses derniers retranchements; avec 3 ans de retard, mais là on s'en moque tant on peut se réjouir de cet événement.


Cet épisode nous met aux commandes de trois jeunes héros vivant sur une île isolée en plein océan. Un château et son bourg, un village de pêcheurs et des ruines en forment les seuls lieux de vie. C'est par hasard que les trois garnements vont découvrir un artefact les envoyant alors dans une nouvelle île, dans le passé, laquelle réapparaîtra dans leur monde une fois le problème s'y déroulant réglé. Débute alors une aventure de longue haleine à la recherche de fragments de tablettes, de visites de lieux inconnus, de réhabilitation de l'océan, de compréhension du passé. Bref, une quête pour sauver le monde.


Esthétiquement, on a l'impression de se retrouver face au huitième épisode de la PS2 - et bientôt sur 3DS - avec des décors 3D juste superbes tout comme les animations de nos persos; rien à voir avec les sprites pixélisés de l'original. La carte du monde est désormais à l'échelle (pas de maison simple pour symboliser un village, on VOIT le village en entier) et les combats ne sont plus aléatoires, les ennemis se baladant sur les terres et le joueur décidant ou non de les affronter. Techniquement, c'en est un peu trop demandé pour la console qui souffre de clipping assez régulièrement (sur la classique; je ne sais pas pour la new).


Après, en termes de gameplay, c'est du Dragon Quest classique avec ce qu'il faut de combats au tour par tour, de visites de donjons, de villages à explorer, de mini-quêtes, au fil d'un scénario simple et prenant. Du RPG jap à l'ancienne avec des graphismes contemporains et une sacrée durée de vie (estimée à 80h - mais j'en avais eu pour 130h sur PS1!) pour les joueurs d'hier et d'aujourd'hui.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire