lundi 30 mai 2016

Cinéma Café Society / Warcraft


Tranche de vie d'un jeune new-yorkais débarquant dans le Hollywood des années 30, Café Society joue sobrement le registre du triangle amoureux et le fait bien, dans un contexte pas foncièrement original mais riche en pointes d'humour en plus d'une émotion évidente. Un film plus que plaisant qui a ouvert le dernier festival de Cannes.

Sans connaître la licence dont il est tiré et me basant juste sur mes connaissances cinématographiques en termes d'heroïc-fantasy, Warcraft est un bien mauvais film du genre, au scénario creux et prévisible à des kilomètres, aux effets spéciaux tantôt réussis/tantôt très 80's, bourré d'action (pour combler le manque d'inspiration) et très vite ennuyeux. J'y suis allé confiant. J'aurais mieux fait de me méfier.

dimanche 29 mai 2016

La semaine du gamer


Beaucoup de temps de passé sur ma 3DS et Yo-Kai Watch, un jeu qui m'occupe plus que mes titres salon du moment; et ça c'est bien rare pour être souligné. Sur ma PS4 se sont donc succédés un plaisant Assassin's Creed Chronicles China puis dans la même saga un plus ancien Assassin's Creed Unity que je débute enfin et qui commence pas trop mal.

samedi 28 mai 2016

Mon jeu du moment: Yo-Kai Watch


J'en attendais pas mal de ce Level 5 longtemps oublié de l'occident, RPG à l'apparence enfantine très inspiré de Pokémon. Et je vous le dis tout de suite, je n'en suis point déçu tant il regorge de quêtes à effectuer tout au long d'une aventure fraîche, drôle, longue et bien réalisée.

Yo-Kai Watch, c'est donc l'histoire d'un écolier (garçon ou fille, le choix est donné) qui se découvre l'aptitude de voir les Yo-Kai, des esprits que l'on retrouve partout en ville. Accompagné de Whisper - le premier qu'il a rencontré - notre jeune héros va accomplir diverses quêtes aboutissant à la création de l'équipe ultime, nos adversaires pouvant se lier d'amitié avec nous à la fin des combats. Ce côté "attrapez-les tous" est fortement présent, mais le jeu sait aussi se démarquer de ses modèles Pokémon / Dragon Quest Monsters / Persona.


Bien que l'on suive une histoire en fil rouge (c'est même plutôt dans un style d'épisodes se succédant), on trouve dans le titre tout un tas de quêtes supplémentaires qui vont nous balader d'un bout à l'autre de la cité. Récupérer un objet, se lier à un Yo-Kai et l'emmener à un endroit précis, battre un certain nombre de monstres, pêcher, voila des exemples de ce que nos concitoyens de Granval vont nous demander sans relâche. Au fil de l'aventure, de nouveaux quartiers vont s'ouvrir, nos capacités de liens s'améliorer, les Yo-Kai monter en niveaux voire évoluer. On a toujours quelque chose à faire dans ce jeu, surtout que le cycle jour / nuit présent offre là aussi diverses possibilités. Pour parler combat, on choisit une équipe de six Yo-Kai dont trois réservistes, avec changement à tout moment durant la bataille. Les esprits combattent seuls, nous agissons ainsi pour déclencher les coups spéciaux, soigner les blessés et donc faire entrer / sortir de nouveaux combattants. Plutôt simples contres des adversaires communs, les combats sont bien plus corsés face aux boss qui demanderont de la stratégie en plus d'une équipe de niveau supérieur.


Le temps file à une vitesse sur ce jeu que chaque fois que j'arrête mes parties c'est parce que la batterie de ma 3DS passe au rouge. Addictif et totalement immersif, Yo-Kai Watch est vraiment le titre attendu au vu de son succès au Japon. Pour petits et grands, très, très bon.

dimanche 22 mai 2016

Cinéma Money Monster / X-Men Apocalypse


Quel plaisir de retrouver l'excellent George Clooney sur grand écran, ici présentateur télé d'une émission économique pris en otage dans Money Monster. Scénario intelligent sur les dérives des marchés boursiers, thriller palpitant à l'humour omniprésent, remise en question de l'argent électronique; séance pleine pour un film qui le mérite amplement.

J'ai un peu de mal à suivre la chronologie ambiguë des aventures des mutants - X-Men Apocalypse faisant suite aux événements "passé" de Days of Future Past - mais ce nouvel opus apporte avec lui tout ce que l'on aime dans la saga: une bonne histoire avec des personnages aux motivations diverses, de belles scènes d'action, de nouveaux venus, un rythme soutenu, ajoutant à cela un nouveau vilain qui en impose. Pas mon préféré de la série, mais un bon épisode quand même.

samedi 21 mai 2016

Mon jeu du moment: Assassin's Creed Chronicles China


Me voila lancé dans le premier des trois opus spin-off "Chronicles" de la saga, à la jouabilité 2D (comme les titres DS) et nous contant l'histoire de Shao Jun, l'Assassine Chinoise qu'entraîna quelque peu ce bon vieil Ezio Auditore dans le court-métrage Embers. De retour au pays où elle est l'un des rares rescapés de sa confrérie, suite à une purge des Templiers arrivés au pouvoir, la demoiselle entreprend alors par soif de vengeance d'éliminer les grands pontes de ces derniers et d'y ramener quelque peu de liberté.


L'histoire d'Assassin's Creed Chronicles China est plutôt simple à suivre et prétexte à des niveaux diversifiés lors de notre aventure, avec une héroïne assez intéressante  - des manuscrits récupérés nous dévoilent son passé - et un gameplay différent du reste de la série, mais instinctif. Chaque niveau recèle de fragments d'animus dispersés ici et là ainsi que de coffres optionnels (les fameux écrits), ce qui fait que certains fouilleront le décor à fond quand d'autres privilégieront la route directe vers la sortie. De même, aucune action n'est imposée envers nos ennemis, et c'est le joueur qui décide de lui-même de l'approche à opérer pour passer ceux-ci: furtivité, assassinat ou combat.


Shao Jun peut ainsi se cacher en divers endroits du décor - fenêtres, poteaux, rideaux, rebords, foin - les ennemis ayant un cône de vision et des rondes qu'il nous faut attentivement étudier. On bénéficie aussi de gadget pour détourner leur attention, mais ceux-ci étant limités on se doit de les utiliser avec parcimonie. Le jeu fait dans le Die and Retry, et c'est régulièrement que l'on perd avant de recommencer jusqu'à trouver la bonne tactique et son timing parfois réglé à la microseconde.


J'avais lu pas mal d'avis négatifs sur le jeu, cependant ce que j'ai en main me plaît suffisamment pour que j'en continue le périple (12 niveaux en tout). L'histoire ne casse pas trois pattes à un canard certes mais est bien racontée, les décors variés et le challenge présent. Un bon Assassin.

mercredi 18 mai 2016

Expo James Bond à la Villette


Sortie culturelle avec une bien jolie exposition actuellement et jusqu'en septembre à la grande halle de la Villette (Paris XIXe) et donc basée sur l'agent de sa Majesté numéroté 007. Un espace plutôt grand divisé en zones - Bond, les méchants, les gadgets, les véhicules... - et riche en costumes et autres accessoires de films, mais essentiellement polarisé sur le cinéma; on trouve juste des romans originaux et une biographie de Ian Fleming pour le côté littéraire.

Ca vaut clairement le coup d'oeil tant le parcours s'avère intéressant et immersif, mais le tarif (22€) est tout de même prohibitif à mon goût pour le temps passé à l'intérieur - à peine plus d'une heure.

Après, c'est une expo et chacun la visite à son rythme. Voici quelques clichés des lieux, et le lien vers le site.




mardi 17 mai 2016

Mon jeu du moment: Valkyria Chronicles 3


La guerre c'est mal. Ouais, mais quand c'est Sega qui nous met aux commandes des armées de Gallia dans sa série de RPG tactique, c'est vachement grisant en fait. Et quand on découvre une nouvelle troupe, et que celle-ci se bat en parallèle des héros du premier opus de la saga, ben là c'est juste jubilatoire. Dire que le titre est resté officiellement bloqué au marché japonais, et que l'UMD acquis était juste pour la collec' ... grand merci donc à ces fans qui l'ont traduit en anglais, pour un plaisir intact.


Valkyria Chronicles 3 est donc - contrairement à son prédécesseur qui se déroulait quelques années après les événements du 1 - une aventure en marge du premier épisode. On retrouve donc l'ambiance sombre de ce dernier avec le gameplay portable multi-zones de sa suite. Nous sommes ici aux commandes d'une escouade non reconnue officiellement de l'armée de Gallia, appelée Nameless et composée d'individus pas très recommandables, à qui l'on confit les missions suicides.


Kurt, brillant élève de l'école des officiers, se retrouve puni sans savoir pourquoi et donc en charge de ces têtes brûlées dont la confiance en lui est au plus bas. C'est à force de victoires et de stratégies réussies qu'il va petit à petit gagner l'estime de son groupe, et s'engager avec eux dans des batailles que l'on dit perdues d'avance. Un groupe composé des unités habituelles: scouts, shocktroopers, snipers, lancers, engineers, armored-techs, et j'en passe. Etude des cartes, déploiement réfléchi, bonne utilisation des capacités de chacun selon l'environnement, évolution des classes et amélioration de l'équipement, bref tout le sel de la série est présent dans cet opus qui nous fait également croiser de vieilles connaissances. Du bonheur, je dis!


Comme d'hab', le jeu est long. Comme d'hab', mieux vaut réfléchir avant de foncer dans le tas. Comme d'hab, l'histoire de cette guerre se suit avec plaisir et contient des persos charismatiques. Comme d'hab', je ne vois pas le temps passer sur ma PSP.

lundi 16 mai 2016

Cinéma: Hana et Alice mènent l'enquête


Animation japonaise classique ici avec Hana et Alice mènent l'enquête, deux lycéennes parties résoudre le mystère de la disparition - mort? - d'un élève quelques mois auparavant. Un chouïa long à démarrer mais ensuite bien prenant, plutôt drôle, le film fait le job de l'investigation juvénile.

dimanche 15 mai 2016

La semaine du gamer


Semaine chargée avec des nouveautés, mais d'abord la fin de Shin Megami Tensei IV et Evoland, puis la continuité sur Valkyria Chronicles 3. J'ai débuté mais abandonné la version PS4 de Dark Chronicle victime de bugs, puis me suis lancé sur deux nouveaux titres: Yo-Kai Watch et Assassin's Creed Chronicles China.

samedi 14 mai 2016

Cinéma Angry Birds / Mr Holmes


Pari osé que de faire une histoire viable à partir d'un simple jeu de réflexion, et résultat clairement réussi avec ce Angry Birds qui s'adresse tant aux petits qu'aux grands (bien des dialogues seront incompris des enfants), très drôle, rythmé et riche en action. Un film de Sony Animation dans la veine des autres réussites du studio telles Les Rebelles de la Forêt, Les Rois de la Glisse ou Hôtel Transylvanie.

J'en attendais sûrement trop, mais ce Mr Holmes est quand même une sacrée déception tant les promesses n'y sont pas vraiment tenues. Le détective âgé et perdant la mémoire qui tente de conclure sa dernière enquête, c'était pourtant bien vu; sans compter sur des lenteurs accablantes et une histoire finalement peu intéressante. Dommage.

jeudi 12 mai 2016

Extra Life café: pour boire, lire et jouer!


Voici Extra Life Café, un bar orienté gamers fichtrement sympa dans le quartier Mouffetard à Paris 5e, ouvert depuis moins d'un an et dont la particularité réside en son sous-sol riche en mangas et jeux vidéo. Et oui, si au premier coup d'oeil on pense avoir à faire à un simple café qui se différencie par sa déco et ses boissons softs, il en va autrement lorsque l'on prend connaissance de sa formule à l'heure qui nous permet alors pour 4€ de profiter d'une boisson (soda ou sirop, 85 parfums et un choix d'eau plate, gazeuse ou limonade) et donc d'une heure de jeu basée sur le rétrogaming. Entre vieilles consoles (Super Nintendo, Playstation, Gamecube, Saturn...) et bornes d'arcade, on trouve aussi un bon vieux flipper et même un tapis DDR; de quoi passer du bon temps seul ou à plusieurs, d'autant que les 500 jeux consoles disponibles sont interchangeables à la demande. Si cela ne suffisait pas, on trouve dans la salle d'à-côté une bibliothèque de 6000 mangas ne demandant qu'à être découverts. Et si le temps passe trop vite, c'est 1€50 la demi-heure supplémentaire. Rajoutant à cela l'excellent accueil de ses gérants, voila donc une adresse que je recommande de visiter si vous êtes dans le coin. Ah oui, ils organisent des événements thématiques de temps à autre, et ça aussi c'est plutôt pas mal.


Perso, avec mon pote on s'est fait de la coop dans Metal Slug et tapé sur X-Men Vs Street Fighter (Arcade), ainsi que bastonné sur Super Smash Bros. Melee et tapé le flipper Street Fighter II.

mercredi 11 mai 2016

Europa Park, le parc d'attractions allemand



Situé proche de la frontière franco-allemande à une cinquantaine de kilomètres de Strasbourg, Europa Park - deuxième parc du continent en affluence après Disneyland Paris - propose sur une plus grande superficie de très nombreuses attractions et spectacles dans un environnement basé sur le thème de l'Europe en une quinzaine de secteurs / pays.


Et les amateurs de sensations fortes sont les premiers comblés avec une dizaine de montagnes russes en tous genres (bois, looping, aquatique, bobsleigh, intérieur...) et deux splashs, sans oublier le cinéma 4D et les habituels bateau-pirate, tapis volant (ici bus à impériale) ou autres tasses. Mais les manèges familiaux ne sont pas en reste (autos-tamponneuses, tacots, bouées, promenade en bateau), tout comme les coins des enfants, dont un quartier dédié à l'effigie d'Arthur et les Minimoys; ainsi que les différents spectacles proposés.


Côté restauration, chaque quartier propose des menus représentatifs de ceux-ci (j'ai déjeuné côté suisse, où on nous présente des plats raclette), les différents lieux étant vraiment bien inspirés et assez dépaysants. Super trip, excellent parc, et des merveilles de sensations à bord de Silver Star, Poséidon, Blue Fire et Wodan Timburcoaster!

samedi 7 mai 2016

Mon jeu du moment: Evoland


Ah, le jeu vidéo, passé de l'âge de pierre à la conquête spatiale en trente petites années; que diriez-vous de revisiter cette dingue évolution au sein d'un seul et même jeu? Partant de la monochrome Gameboy et atterrissant dans les standards d'aujourd'hui, c'est ce que nous propose Evoland, sur smartphones et PC.


S'apparentant à un Zelda-like linéaire, le titre nous met aux commandes d'un jeune héros parti à l'aventure sans but précis (pas de princesse à sauver) si ce n'est la découverte des avancées dans le genre des RPG / Action-RPG. Les combats en donjons se font en temps réel quand ceux sur la carte du monde adoptent le style du tour par tour. Notre perso verra tout au long de son chemin divers coffres ne demandant qu'à être ouverts, et permettant à chaque fois une avancée technologique: passage à la couleur, à la 3D, à la HD, apparition des animations, etc...


Rien à dire, le titre nous met dans l'ambiance dès nos premiers pas et garde un intérêt croissant, mais possède aussi une maniabilité agaçante sur smartphones due à un bien mauvais pad virtuel. Je le conseille fortement aux joueurs PC;quant aux autres, faites le plein de zen attitude avant de vous y plonger (sinon, mode joueur du grenier enclenché, et c'est du vécu).

jeudi 5 mai 2016

Cinéma: Krampus / Le Chasseur et la Reine des Glaces


A la fois comique et horrifique, Krampus est un film se déroulant durant un Noël effrayant où moult invités inattendus se la jouent Gremlins auprès d'une famille américaine du cru. C'est franchement drôle tout en jouant sur l'ambiance tendue et sursautante, mix parfaitement réussi servant un scénario plein de bonnes idées. Une chouette découverte.

Cette suite de Blanche Neige et le Chasseur sans la donzelle ci-nommée continue sur la même voie d'aventures et action avec une nouvelle ennemie qui fait diablement penser à un certain succès dans l'animation. Bref,    Le Chasseur et la Reine des Glaces n'a pas grand chose d'original mais fait du bon boulot, spectaculaire et enlevé. Moment sympa qu'on finira par oublier.

mardi 3 mai 2016

BD: Spirou n°55 La colère du marsupilami


Décidément, le duo Yoann / Vehlmann ne cesse de me surprendre tant la qualité de leurs albums va en croissant. C'est qu'au début, Les géants pétrifiés (HS 1) et Alerte aux zorkons (n°51) m'avaient assez peu convaincus, puis les aventures du groom et de son compère de toujours ont repris du poil de la bête jusqu'à arriver au retour du singe jaune à pois noirs dans un titre je pense d'ores et déjà culte. Les droits du marsupilami de retour chez Dupuis, et voila du pain béni pour des auteurs pouvant alors l'inclure à nouveau au sein de folles aventures. Dans La colère du marsupilami, Spirou et Fantasio découvrent que leurs souvenirs d'antan avec l'animal leur ont été volés il y a plusieurs années de cela, et le fait de se remémorer enfin ces moments passés les rend tristes et nostalgiques. Ni une ni deux, il leur faut retrouver leur ami vivant désormais dans la grande forêt de Palombie, mais c'est sans compter sur la caractère houleux de l'animal qui ressent encore trahison et rancoeur envers eux. Une aventure pleine de peps, de gags et forte émotionnellement, retour marquant d'une icône dans la série qui l'a vu naître. Vivement la suite (avec le marsu bien sûr!)