jeudi 31 mars 2016

Théâtre: La Dame Blanche


Se faire peur au théâtre, voila un postulat original et pas aisé à mettre en oeuvre et pourtant bien réussi avec la pièce La Dame Blanche, l'intrigue nous contant un homme hanté par le fantôme de sa maîtresse décédée accidentellement. Et si le côté "angoisse" de la scène est très bien rendu (musique, sursauts et comédiens grimés se pavanant dans la salle), il ne faut pas en oublier sa nature comique détendant l'atmosphère aux bons moments. En résumé, un excellent cocktail à la fois drôle et horrifique, sous une bonne histoire et génialement interprété par une troupe qui s'amuse à nous titiller.

mardi 29 mars 2016

Cinéma Marseille / Midnight Special


On rigole bien à Marseille, avec un Kad Merad de retour de 25 ans d'exil au Canada et des moments d'émotions, et une histoire tournant autour d'un accident du paternel et de fraîches retrouvailles. Un bien bon moment.

Toutes les critiques étaient au vert, et pourtant je me suis bien ennuyé devant ce Midnight Special d'une lenteur accablante, doté d'une histoire originale mais aussi rythmé bien trop poussivement. Le matériau de base était bon, le résultat final beaucoup moins.

dimanche 27 mars 2016

La semaine du gamer


Cette semaine, j'ai continué à hacker Chicago sur Watch Dogs, avec peu d'avancée sur l'histoire mais beaucoup de missions annexes effectuées. Sinon, j'ai débuté Valkyria Chronicles 3 sur PSP, reprenant le système de missions courtes multi-cartes du second épisode et l'ambiance sérieuse du premier.

jeudi 24 mars 2016

Cinéma: Batman v Superman


Très attendu le film confrontant les deux superhéros mythiques de chez DC Comics, vraie suite de l'excellent Man of Steel non plus centrée sur le seul fils de Jor-El mais riche en contenu de toutes sortes. Comme annoncé, Batman v Superman se présente également comme un prologue à la ligue des justiciers, avec deux caractères forts qui vont se taper sur la tronche avant de faire copain-copain. L'histoire se veut pourtant simple avec un Superman adulé par la populace et un Batman qui voit en lui une menace pour l'humanité (référence aux nombreux morts et dégâts matériels suite à son affrontement avec Zod), ajoutant à cela un Lex Luthor aux envies de pouvoir prépondérantes qui compte bien tirer parti de cette animosité, et l'apparition d'une Wonder Woman énigmatique.

Points forts: la réalisation grand spectacle de Zack Snyder, des effets spéciaux de ouf, les quatre rôles principaux parfaitement interprétés.

Points faibles: trop court malgré ses 2h33, scènes manquantes en plusieurs moments.

Bilan: un très bon film avec cependant un sentiment d'amertume, chose qui sera à n'en pas douter réglée avec une sortie vidéo en version longue; une grosse demi-heure et des explications supplémentaires et on aura là une trique exceptionnelle. Wait and see.

dimanche 20 mars 2016

La semaine du gamer


Jeux finis: DanganRonpa Another Episode, Game of Thrones
Jeu débuté: Watch Dogs
Jeu en cours: Shin Megami Tensei IV

samedi 19 mars 2016

Cinéma 10 Cloverfield Lane / Triple 9


Huit clos oppressant et inattendu, ni suite ni indépendant de Cloverfield, 10 Cloverfield Lane régale le spectateur de par une tension permanente et le jeu parfait de ses quelques acteurs. Une histoire simple à la narration idéale dont on se demande tout du long le fin mot de cette situation. Du tout bon.

L'idée de base était bonne sans tomber dans l'originalité (l'histoire vraie de flics ripoux braqueurs) mais ce qui m'a fortement gêné dans Triple 9, en plus de sa réalisation brouillonne, est l'absence de présentation de ses personnages, nombreux et alors difficiles à discerner les uns des autres. Dommage, car avec un meilleur metteur en scène on aurait eu un bon film.

samedi 12 mars 2016

Cinéma Divergente 3 / The Assassin


Avec tous ces films d'anticipation pour ados et leurs sectarisations (Hunger Games, Le Labyrinthe, Le Passeur...) je m'y perds grave et le début de ce Divergente 3 a été bien difficile à recadrer dans son contexte. Le film se regarde mais perd désormais toute originalité, énième combat de révoltés contre un pouvoir d'oppression. On se prend néanmoins au jeu et apprécie les scènes d'action de cet avant-dernier opus de la saga, banal mais bien réalisé.

Film d'action avec bien peu d'action ni dialogues, The Assassin propose au spectateur de jolis décors sur chant des cigales, et rien d'autre b... de m...! Primé à Cannes pour sa mise en scène, je lui décerne moi la palme de l'ennui. Me suis fait ch... comme un rat mort, et en plus j'ai rien capté au scénar. Fuyez, bande de fous!

vendredi 11 mars 2016

Mon jeu du moment: Game of Thrones


Nouvelle cession de jeu sur une série épisodique, et c'est une nouvelle fois du côté de chez Telltale - Jurassic Park, Retour vers le Futur, The Walking Dead, The Wolf among Us - que je me suis tourné avec la découverte de leur adaptation du Trône de Fer dont je dois avouer ne rien connaître jusqu'alors, les romans et la série télévisée m'étant complètement passés à côté. Au programme, six épisodes de durée avoisinant 1h50 chaque pour une aventure riche en rebondissements.


Ici, nous allons incarner divers personnages en différents lieux, l'histoire tournant autour de la famille Forestier et de ses problèmes territoriaux suite à la mort du Lord en place en tout début de partie. Un nouveau chef qui va devoir asseoir son autorité, un banni attendu avec une armée, une jeune femme prise dans des incartades politiques et un orphelin en quête d'un lieu prophétique, voila les enjeux qui vont s'emmêler dans cette saison 1 de Game of Thrones à l'intérêt sans cesse renouvelé.


Comme d'habitude, les choix moraux que l'on se doit de décider ont leur influence sur le déroulement de la partie, le mot d'ordre étant ici "confiance"; en effet, il est très difficile de savoir à qui l'on peut se confier, les traîtres nous semblant foisonner. Etre un chef qui a droit de vie ou de mort sur ses habitants avec les décisions difficiles qui en découlent, accepter l'autorité des plus puissants ou se rebeller, ou encore un guerrier se trouvant tiraillé entre ses deux comparses qui ne s'apprécient guère, voila le genre de résolutions qu'il va falloir faire - et en assumer les conséquences. Le gameplay action se présente encore sous forme de QTE testant nos réflexes, avec un game over en cas de trop d'échecs.


Le studio continue sur sa lancée d'excellents titres en série par épisodes, et celle-ci nous annonce clairement une continuité par la suite avec une saison 2 déjà en développement. C'est sûr qu'il y a tant à raconter que j'en suis fort ravi!


Animation: Le fils de Batman / Batman Vs Robin


Ces deux films d'animation d'à peu près 1h20 chacun et sortis directement en vidéo en 2014-2015 forment un diptyque réunissant le chevalier noir et son fils Damian, ce dernier devenant ainsi le nouveau Robin.


Dans Le fils de Batman, Bruce Wayne se voit confier sa progéniture - dont il n'avait même pas connaissance - issue de son aventure avec Talia, fille de Ra's al Ghul, après que le repère de ce dernier ait été mis à sac par Deathstroke, un ancien disciple de l'immortel. Damian, élevé dès son plus jeune âge avec les préceptes d'un Maître Assassin, va devoir apprendre le sens du mot justice avant de devenir le nouvel acolyte du protecteur de Gotham, tout en pensant furieusement à sauver sa mère et le reste de la ligue des ombres.

La Cour des Hiboux, société secrète régnant dans l'ombre sur Gotham, pense avoir trouvé le moyen de se débarrasser de Batman en utilisant son disciple contre lui. Batman Vs Robin, c'est l'histoire d'un gamin qui a toujours du mal à abandonner les convictions de son grand-père, pour qui le meurtre était la meilleure option. L'histoire d'un père qui continue à croire que son héritier, quels que soient ses doutes, marchera dans ses pas. Un affrontement inévitable avant de se serrer les coudes contre le véritable ennemi.

Dans les deux cas, c'est juste du très bon avec l'ambiance noire de The Dark Knight Returns, de bonnes histoires dans lesquelles la psychologie des deux persos est mise en avant, de bonnes scènes d'action où nos héros vont pas mal encaisser.

dimanche 6 mars 2016

La semaine du gamer


Découverte de l'univers de Game of Thrones avec la série épisodique de Telltale et ses trois premiers épisodes, puis continuité de l'aventure DanganRonpa Another Episode. Egalement touché au tout début du RPG Symphony of the Origin sur smartphone.

vendredi 4 mars 2016

Mon jeu du moment: DanganRonpa Another Episode


Changement de style pour le troisième volet de la série qui abandonne ici son côté visual novel-enquête-tribunal au profit d'un jeu d'action à l'ambiance horrifique, de quoi décontenancer les fans de la première heure... avant de rapidement les emballer. S'intercalant scénaristiquement entre les deux premiers titres, Another Episode nous éclaircit sur bien des points de l'intrigue tout en nous offrant un gameplay plus traditionnel, avec un duo d'héroïnes antagonistes.


Komaru est une jeune fille kidnappée et vivant en captivité dans un minuscule appartement depuis un an et demi avant que ne débute l'aventure, sans nouvelles de sa famille ni de la vie au dehors. Quand enfin la porte s'ouvre laissant entrer une tierce personne et qu'elle se croit secourue, c'est un monokuma qui apparaît avec la seule idée de la découper en morceaux. Parvenant à s'enfuir avec l'aide d'une brigade d'intervention (qui se fait décimer), elle rencontre alors une autre fille avec qui son destin est désormais lié: Toko, alias Genocide Jack du premier opus. Toutes deux n'ont qu'une idée en tête: quitter cette ville maudite où foisonnent les monokumas, où les adultes sont traqués jusqu'au dernier.


Nous trouvons deux types de gameplay appartenant à chacune des filles, Komaru usant d'une arme à ultrasons contre ses ennemis (aux diverses fonctions, upgradée au fil de l'aventure) quand Toko les attaque aux ciseaux en mode invincible mais limité dans le temps. L'alternance entre les deux et le choix du mode de l'arme de Komaru (tir, électrique, danse, feu...) donne au joueur une bonne liberté dans son action. L'ambiance du titre se rapproche d'un survival-horror avec des déplacements lents et une bonne observation des nouveaux lieux visités, ceux-ci regorgeant d'améliorations et documents à découvrir. De plus, des énigmes sont dispersées ici et là avec des salles nous demandant l'élimination des ennemis en un coup, ainsi que des challenges de réflexion.


Une histoire riche forte en personnages (anciens et nouveaux), un sentiment d'angoisse permanent, un gameplay basique et varié, une intrigue à la mise en scène encore une fois impeccable, une bonne durée de vie avec ses cinq gros chapitres: cette exclu Vita garde l'esprit originel tout en modifiant son genre pour une transformation très réussie.



Mes tests de DanganRonpa et DanganRonpa 2.

jeudi 3 mars 2016

Cinéma La Chute de Londres / Zoolander 2 / Pattaya


Ca pète de partout dans La Chute de Londres (suite de La Chute de la Maison Blanche) avec un Gerard Butler toujours aussi excellent en garde du corps invincible dans ce film à l'esprit Die Hard hautement prononcé. Le scénario sent bon le déjà-vu sans surprises, mais les scènes d'action valent leur pesant de cacahuètes et le divertissement conviendra à tous amateurs de blockbusters.

Les mannequins sans cerveau reviennent 15 ans après pour une suite de genre comédie d'espionnage, burlesque voir stupide, qui plaira tant aux amateurs du premier opus qu'elle n'en adhérera pas ses détracteurs. Zoolander 2 alterne séquences comiques et scènes d'action bien huilées dans un monde de mode aux persos hauts en couleurs, suscitant cependant plus de sourires que de rires. Bon, mais con.

Poilades en série en compagnie de p'tites kaïras partis faire les fous à Pattaya, avec un humour toujours très drôle / jamais méchant et un poil de scato là-dedans. C'est qu'on les aime nos trois gugusses et leur incroyable naïveté les rendant si attachants, embringués dans des ennuis qu'ils empilent en série. La comédie du moment, assurément.