vendredi 11 septembre 2015

Test: The Order: 1886


Maintenant que j'ai acquis ma PS4, il est temps pour moi de voir ce que vaut cette fameuse nouvelle génération et pour ce faire quoi de mieux qu'un titre unanimement réputé pour sa qualité technique, en l'occurrence le très mis en avant The Order: 1886 sorti en février dernier; un jeu qui a essuyé pas mal de critiques également (j'ai beaucoup entendu parler de film interactif très court).


Pour commencer, le jeu est certes pourvu de cinématiques mais cela n'empiète en rien sur le gameplay qui est basé sur celui de Uncharted: beaucoup d'action (gunfights avec ennemis à foison), de l'exploration (linéaire mais avec des documents optionnels cachés) et quelques phases d'infiltration; à quoi on ajoute plusieurs séquences QTE. Pour sa durée de vie c'est pareil: si j'en ai entendu dire l'avoir fini en quatre petites heures, il m'en a fallu personnellement sept pour en voir le générique de fin, ce qui est tout à fait convenable au vu de l'aventure vécue. Une histoire fort agréable à suivre, riche en lieux divers et péripéties, et techniquement irréprochable.


Le perso que l'on y incarne se nomme Galahad, soldat dans une Angleterre du XIXe siècle d'un monde parallèle qui voit les hommes confrontés à des loups-garous, se battant qui plus est avec des armes lasers en sus des conventionnelles de l'époque. Notre gars et ses compagnons d'armes, le fameux Ordre - Chevaliers de la Table Ronde, 600 ans d'âge! - sont aidés par l'eau noire (le graal), substance au pouvoir guérisseur qui les fit traverser les âges. Pour compliquer le tout, Londres subit les attaques d'une milice armée mettant à mal le pouvoir en place, dont Galahad est l'un des protecteurs.


Le background du titre de Ready at Dawn (développeurs des God of War sur PSP) est excellent, mais nos premiers pas y sont tout de même délicats avec une histoire dans laquelle on est lancé sans trop savoir ce que l'on y fait (les deux premières heures m'ont semblé mal amenées). Puis on prend bien nos marques et vit pleinement l'histoire contée. Côté gameplay, les phases de tir sont intensives avec des ennemis arrivant en surnombre, les différentes armes utilisées sont très précises et grandement diversifiées (pistolets, fusils, grenades), et l'on peut même jouer du corps-à-corps. Un vrai plaisir de jeu pour un titre plus court que la moyenne, très abouti visuellement, véritable ambassadeur de la new gen.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire