jeudi 13 août 2015

Test: Sly Raccoon


Série que je n'ai pas touché lors de sa sortie originale sur Playstation 2, la trilogie Sly Cooper est finalement arrivée chez moi dans sa compilation haute def' sur PS3. Si à l'époque je ne m'étais quasiment pas préoccupé de ce qui me semblait être un jeu de plateformes comme tant d'autres, je m'y suis intéressé plus tard grâce aux très bons titres créés ensuite par le studio Sucker Punch: InFamous. Et c'est donc avec 12 ans de retard que je découvre Sly Raccoon.


Le personnage que l'on y incarne, Sly, est issu d'une lignée de voleurs dont il est le seul survivant, rescapé d'un massacre quand il était enfant. Aujourd'hui fringant détrousseur accompagné de ses deux meilleurs amis, Bentley et Murray, il part à la recherche du Volus Ratonus, le livre familial recensent tous les secrets de leurs activités à travers les âges, volé par les assassins de ses parents et séparé en cinq parties de par le monde.


Le jeu se présente sous la forme d'un soft d'action / plateforme, avec une mécanique se répétant sur les divers mondes visités: un premier niveau d'entraînement, une zone vaste donnant sur divers niveaux, la visite de ceux-ci où l'on y récupère des clés, donjon final + combat de boss. Sly bénéficie d'aptitudes se diversifiant avec la découverte d'items cachés au fil des niveaux (quête dispensable mais fort utile) pouvant ainsi bloquer le temps, ne plus perdre de vie quand il tombe dans l'eau ou encore se rendre invisible. En plus des classiques sauts et tapage des ennemis, on découvre quelques phases d'infiltration très agréables mais peu nombreuses, de plus que des niveaux plus originaux comme une course de voiture ou du snipe.


Sly Raccoon, c'est à la fois une sacrée claque graphique (en HD sur PS3 ça bute), un gameplay riche et varié, une difficulté progressive, de l'humour et du fun, des challenges (contre-la-montre optionnels); c'est aussi un regret de ne pas l'avoir touché à l'époque, et la joie de me rattraper avec cette compilation extrêmement travaillée. Bientôt le 2.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire