mercredi 11 mars 2015

Test: Monument Valley


Mélangeant habilement la plateforme à la réflexion, Monument Valley donne aux joueurs iOS et Android de quoi faire chauffer leur matière grise avec ici un atout majeur très peu vu ailleurs: la perspective. Le but du soft est en soi simple puisqu'il nous demande de mener un petit personnage jusqu'à un autel symbolisant la fin du niveau, mais son accession se révèle alors moins aisée que supposée. Notre bonhomme se déplace uniquement sur un chemin non escarpé, ne saute pas, et se dirige au tactile (on lui indique le point d'arrivée). Cependant, plusieurs pièces des niveaux peuvent être manipulées - déplacer une colonne ou tourner le décor par exemple - ce qui joue alors incroyablement avec notre perception des lieux.

Très addictif, de plus en plus complexe (mais juste comme il faut), à la maniabilité exemplaire, le jeu ne souffre alors que d'un seul défaut: trop court avec ses dix niveaux de base (plus huit en add-on). Mais bon, pour son petit prix et le plaisir procuré, c'est pardonné.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire