vendredi 9 janvier 2015

Test: Murasaki Baby


Les titres exploitant les réelles capacités de la PSVita n'étant pas légion, c'est avec grand plaisir que j'ai pu tripatouiller du tactile et de la gyroscopie avec un jeu inspiré de l'univers de Tim Burton (Beetlejuice, Mr Jack, Frankenweenie...) et nous venant d'un studio italien: Murasaki Baby.


Ce jeu de plateformes 2d à l'esthétique "dessin animé qui fait peur" nous fait prendre en main (littéralement) une petite fille perdue à la recherche de sa maman, que nous guidons ainsi à travers divers tableaux dans lesquels il nous est demandé d'user de certains pouvoirs acquis auparavant afin de progresser. Le soft joue en effet sur les couleurs de son arrière-plan et des capacités octroyées alors, telles l'apparition de nouvelles plate-formes, la destruction d'obstacles, l'inversion haut/bas ou encore l'utilisation d'objets électriques.


Le gameplay n'utilisant aucune touche de la portable, il se fait uniquement via le tactile. C'est donc l'index posé sur l'écran que l'on fait avancer la petite fille - on la tient par la main - c'est sur ce même écran avant que l'on utilisera son ballon pour activer des interrupteurs; et tapera les aiguilles s'approchant de ce dernier (ballon crevé = game over). Le pavé arrière nous sert à changer la couleur d'arrière-plan (et les fameuses capacités), quand le fait de retourner la machine nous montre une formidable idée de gameplay (pouvoir acquis dans le dernier niveau). Du côté de l'ambiance sonore, c'est à la fois sobre et très adapté au visuel.


Beaucoup de choses positives à retenir de cette exclu PSVita donc, mais en contrepartie d'une durée de vie assez faible: 1 prologue + 4 niveaux à la difficulté pas très élevée. Une expérience poétique toutefois très réussie et vraiment originale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire