vendredi 30 janvier 2015

Test: Datura


Trip sous champignons hallucinogènes nous provenant de Pologne, Datura est un jeu Playstation Move (la maniabilité manette est infecte) de 2012 sans scénario nous emmenant dans une forêt parsemée d'énigmes.

Le calvaire voyage est particulièrement court - moins de 1h30 - la forêt pas très dense et les énigmes ne représentent aucun défi; je n'en retiendrais alors qu'une ambiance "étrange" bien rendue et un final encore plus WTF que le reste. Allez, aux oubliettes!

jeudi 29 janvier 2015

Cinéma L'Interview qui tue! / Into the Woods


Le plus grand dictateur de l'ère moderne tourné en ridicule par le cinéma comique américain, cela nous donne L'Interview qui tue! et la polémique / cyber-attaques qui en ont découlé. Plus concrètement, on a affaire à un film très drôle même si complètement pro-US (évidemment) et fortement abusé, mais je le redis on s'y marre bien. Et c'est pour ça que je suis allé le voir.

Une musique tournant en boucle, des chansons du début à la fin de la projection (mes oreilles!) qui d'ailleurs dure, dure mais dure, une histoire mélangeant divers contes (une bonne idée mal gérée) et des acteurs horripilants (les princes, mon dieu!): Into the Woods m'a plus que déçu, je me suis carrément emmerdé.

dimanche 25 janvier 2015

La semaine du gamer


Après une longue introduction, le premier meurtre de DanganRonpa 2 vient de se produire et je suis actuellement en plein tribunal.

Las Venturas visitée de long en large avec ce bon vieux C.J. dans un GTA San Andreas toujours aussi plaisant à jouer.

J'ai achevé les larmes aux yeux un Soldats Inconnus d'exception.

Repris du service brièvement dans Mass Effect 2 avec son scénario L'Arrivée préparant un troisième opus que je lancerai bientôt.

samedi 24 janvier 2015

Cinéma Taken 3 / Charlie Mortdecai


Complètement américanisé avec ses bagnoles qui explosent de manière exagérée et du flingage en veux-tu en voilà, Taken 3 se présente comme un pur croisement entre Le Fugitif et Die Hard; et un beau bébé du genre de surcroît. Un film d'action qui fait le boulot et se démarque de ses prédécesseurs tout en introduisant de nouveaux personnages à sa mythologie, de quoi passer un bon moment qui laisse notre cerveau au repos.

L'excentrique Johnny Depp enfile dans Charlie Mortdecai le costume d'un expert en arts à la recherche d'un tableau, pour une comédie loufoque qui n'est pas sans me faire penser aux drôlissimes Johnny English ou Max la Menace. Des gags par paquets, une intrigue bien ficelée et des personnages farfelus vous y attendent; et je me suis fort bien marré.

vendredi 23 janvier 2015

Luc Junior - L'intégrale


Le tandem Goscinny/Uderzo fait depuis ma plus tendre enfance partie de ma bibliothèque avec bien évidemment les aventures d'Astérix (créé en 1959), mais aussi l'arrivée en albums dans les années 1990 de deux précédentes séries des auteurs que sont Jehan Pistolet (toute première collaboration, 1952) et Oumpah-Pah (1958-1967). Cependant, j'ignorais que leurs publications pré-gauloises avaient dans leur catalogue un tout autre héros moderne dont les péripéties sont ressorties il y a peu en un album de 240 pages: Luc Junior.


Ainsi, entre 1954 et 1957, les deux comparses travaillant pour La Libre Belgique se voient confier la tête d'affiche du supplément jeunesse du journal avec une commande claire: un journaliste accompagné d'un vieux bourru et d'un animal de compagnie partant à l'aventure, autrement dit faire du Tintin! L'Intégrale regroupe ainsi les sept histoires du trio (courtes, entre 22 et 23 pages chacune), de très nombreuses informations sur la création de la série et plus généralement les débuts prometteurs d'Albert et René, ainsi que la publication pour la première fois en album de Bill Blanchard, seule histoire de style réaliste et réalisée en noir et blanc, datant également de 1954.


Pour en revenir à Luc Junior, les différentes aventures proposées sont relativement variées, intrigantes et drôles à lire, même si la demande insistante de copier Hergé se fait bigrement sentir. Un personnage attachant quoique moins emblématique que les autres séries du binôme, pour un album se faisant une belle place autour de celles-ci.


lundi 19 janvier 2015

Cinéma Souvenirs de Marnie / Joker


Le tout dernier film d'animation des studios Ghibli à sortir en salles nous présente une ado mal dans sa peau et assez schizo, Souvenirs de Marnie étant un récit dramatique et émouvant tel que nous en a fourni l'archipel jusqu'à présent. C'est joli, ça tire sur la corde sentimentale avec de plus une intrigue loin d'être déplaisante.

Quand on va voir un film avec Jason Statham, on ne veut qu'une chose: de la castagne! Le problème avec Joker, c'est que les scènes d'action (très percutantes) sont bien trop peu nombreuses alors que le film souffre d'interminables longueurs dans ses séquences de casino. A l'image de plusieurs de ses films récents - hors les Expendables - c'est encore raté.

dimanche 18 janvier 2015

La semaine du gamer


Beaucoup de titres de tripatouillés, à commencer par l'excellent Soldats Inconnus dont j'ai terminé trois chapitres sur les quatre qui le composent; mais j'ai aussi progressé sur GTA San Andreas où j'ai obtenu mon brevet de pilote d'aéronef ainsi que dans DanganRonpa 2, et terminé ma seconde partie de Chrono Trigger 15 ans après mon premier voyage en ses lieux. Côté casual/social/familial, c'était la fête à la maison avec Singstar, Buzz!, Sports Champions, DanceStar party et TV Superstars.

vendredi 16 janvier 2015

Mon jeu du moment: Soldats Inconnus


La première guerre mondiale n'est clairement pas la plus représentée dans l'univers vidéoludique, mais voici qu'avec son centième anniversaire Ubisoft Montpellier nous a concocté l'an passé un titre incroyablement plaisant et émouvant s'y déroulant: Soldats Inconnus - Mémoires de la Grande Guerre.


Se découpant en quatre chapitres nécessitant 1h30-2h de gameplay chacun, le jeu touche à divers genres (réflexion, action, infiltration) et se présente via des écrans dessinés en deux dimensions, nous racontant 14-18 sous différents points de vue tout en nous narrant une histoire très agréable à suivre. Plusieurs personnages jouables ici: le fermier français réquisitionné par l'armée, son gendre allemand renvoyé à la frontière et désormais dans les rangs de son pays, un soldat américain volontaire et une infirmière; chacun ayant ses propres capacités, certaines missions nous demandant de switcher entre eux afin de résoudre les énigmes qui se présentent alors. Plusieurs objets cachés dans les niveaux et totalement optionnels enrichissent de plus l'expérience pour les adeptes du 100%.


Le jeu est également fort documenté et nous informe continuellement de la réalité des poilus, nous mettant tantôt dans les tranchées, prisonniers de guerre, en fuite ou encore sous occupation. Avec son style graphique cartoon et ses bruitages immersifs, ainsi qu'une réflexion juste comme il faut et une maniabilité sans faille, voila un titre qui mérite grandement que l'on s'intéresse à lui. L'un des meilleurs jeux de 2013.

jeudi 15 janvier 2015

En librairie: Lire H-S spécial Franquin


Voici un joli magazine fort instructif que ce numéro de Lire paru en décembre dernier et focalisé sur Franquin, le génial dessinateur de Spirou aussi créateur du Marsupilami, de Gaston Lagaffe et des Idées Noires. On découvre tout au long de ses 124 pages une biographie de l'auteur, des anecdotes sur les séries pré-citées et diverses analyses sur ses inspirations artistiques (humour, animaux, art...). Une excellente lecture pour les amateurs de BD.

Sinon, j'ai aussi acheté récemment le numéro de Philosophie Magazine basé sur Astérix, mais sa brève lecture m'a donné un sérieux mal de tête et il a fini illico dans la bibliothèque; je ne suis visiblement pas assez philosophe pour lire ceci...

mercredi 14 janvier 2015

Cinéma L'Affaire SK1 / Comment tuer son boss 2


Bien belle retranscription sous forme de polar que l'affaire Guy Georges - ou L'affaire SK1 - qui nous retrace en 2h les dix années d'enquête criminelle et son procès final. Retour dans les années 90 où sévissait le tueur de l'est parisien, les spectateurs y suivant les équipes du 36 dans leur longue et épuisante traque entrecoupée de fausses pistes. Du tout bon.

Les rires s'enchaînent avec le retour du trio de pseudos tueurs, cette fois-ci partis dans une histoire de kidnapping après s'être fait roulés dans la farine par un investisseur des plus malhonnêtes. Comment tuer son boss 2 joue de nouveau sur la symbiose de ses héros et leurs maladresses, foisonne de gags (dont bon nombre en-dessous de la ceinture) et y rajoute un petit quelque chose qui le rend à mon avis encore meilleur que le précédent. Fous-rires assurés!

lundi 12 janvier 2015

BD: Marsupilami 28 - Biba


Voila un album plutôt classique de la série que ce Biba de très bonne facture, revenant aux fondamentaux Marsus/faune/braconniers avec en prime le retour du méchant chasseur Bring M. Backalive et des gags nombreux pour une histoire tournant autour d'un bébé marsu noir à pois jaunes.

dimanche 11 janvier 2015

La semaine du gamer


Cette semaine, j'ai achevé l'excellent Mass Effect 2 (47h) et débuté le prometteur Soldats Inconnus sur ma PS3, tandis que ma PSVita m'a vu terminer Murasaki Baby, conduire un peu sur Need for Speed Most Wanted et lancer le prologue de DanganRonpa 2.

vendredi 9 janvier 2015

Test: Murasaki Baby


Les titres exploitant les réelles capacités de la PSVita n'étant pas légion, c'est avec grand plaisir que j'ai pu tripatouiller du tactile et de la gyroscopie avec un jeu inspiré de l'univers de Tim Burton (Beetlejuice, Mr Jack, Frankenweenie...) et nous venant d'un studio italien: Murasaki Baby.


Ce jeu de plateformes 2d à l'esthétique "dessin animé qui fait peur" nous fait prendre en main (littéralement) une petite fille perdue à la recherche de sa maman, que nous guidons ainsi à travers divers tableaux dans lesquels il nous est demandé d'user de certains pouvoirs acquis auparavant afin de progresser. Le soft joue en effet sur les couleurs de son arrière-plan et des capacités octroyées alors, telles l'apparition de nouvelles plate-formes, la destruction d'obstacles, l'inversion haut/bas ou encore l'utilisation d'objets électriques.


Le gameplay n'utilisant aucune touche de la portable, il se fait uniquement via le tactile. C'est donc l'index posé sur l'écran que l'on fait avancer la petite fille - on la tient par la main - c'est sur ce même écran avant que l'on utilisera son ballon pour activer des interrupteurs; et tapera les aiguilles s'approchant de ce dernier (ballon crevé = game over). Le pavé arrière nous sert à changer la couleur d'arrière-plan (et les fameuses capacités), quand le fait de retourner la machine nous montre une formidable idée de gameplay (pouvoir acquis dans le dernier niveau). Du côté de l'ambiance sonore, c'est à la fois sobre et très adapté au visuel.


Beaucoup de choses positives à retenir de cette exclu PSVita donc, mais en contrepartie d'une durée de vie assez faible: 1 prologue + 4 niveaux à la difficulté pas très élevée. Une expérience poétique toutefois très réussie et vraiment originale.

mardi 6 janvier 2015

Mon Top 10 Cinéma 2014


Encore une belle année ciné, où les comédies françaises se taillent une belle part dans mon palmarès. Enjoy!

10/ 3 Days to Kill

Subtil mélange d'humour et d'action, l'une des toutes meilleures prod' made in Luc Besson.

9/ Interstellar

Une odyssée spatiale ébouriffante pour sauver la planète.

8/ Détective Dee 2

LE coup de coeur de 2014, préquelle encore plus aboutie des aventures du Sherlock chinois.

7/ Le crocodile du Botswanga

Les fous-rires se succèdent dans cette parodie des dictatures africaines.

6/ Equalizer

Thriller haletant, percutant mais aussi émouvant, dont on ne ressort pas indemne.

5/ Jack et la Mécanique du Coeur

Aventures et émotion dans cette animation française à l'esprit burtonien.

4/ Astérix: Le Domaine des Dieux

Après les deux dernières catastrophes live, Astérix est repris de main de maître par l'adaptation 3D de l'un de ses meilleurs albums.

3/ Babysitting

Je craignais une pâle copie de Very Bad Trip, j'en ai eu une version tellement meilleure! De l'or en barres (de rire).

2/ Exodus

Quand les 10 commandements sont racontés par le grand Ridley Scott, on obtient un pur moment de réjouissances.

1/ Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu?

Tout a été dit sur ce film se moquant des divergences culturelles de notre société, mais je ne peux que me répéter en disant qu'au-delà du message de tolérance on a là l'une des meilleures comédies des années 2000. Plié en deux du début à la fin, c'est direct numéro 1.


Mais comme on a eu droit aussi à un bon lot de bouses, en voici les plus fumantes:

5/ Tempête de boulettes géantes 2

J'ai adoré le premier film, mais avec ce navet-là je relativise...

4/ Zero Theorem

Je me suis fais chier et j'ai rien capté: zéro pointé!

3/ Dark Touch

J'attends encore que ça démarre...

2/ Mister Babadook

L'autre film d'horreur tellement moisi qu'on en rit jaune.

1/ Godzilla

Du grand n'importe quoi filmé à l'arrache, un monstre que l'on peine à voir et des persos inintéressants au possible. Que le calvaire fut long.

Et pour ceux que cela intéresse, voici le lien vers la liste senscritique.com des 116 films vus au ciné cette année.

dimanche 4 janvier 2015

Cinéma Exodus / Une heure de tranquillité


Les aventures de Moïse par le grand Ridley Scott sont magistrales, Exodus compilant en son sein une mise en scène titanesque, des acteurs fabuleux, des effets spéciaux surprenants en plus d'une 3D réellement époustouflante. Des superlatifs en surnombre certes, mais pour un film qui les vaut amplement et que l'on ne voit pas passer.

Du rire en cascade avec les déboires du pauvre Christian Clavier qui n'aspire qu'à Une heure de tranquillité afin d'écouter le disque rare qu'il vient de chiner. Les situations comiques s'accumulent tout en se diversifiant, les spectateurs se marrent comme des baleines: mission réussie pour la première comédie de l'année 2015.

vendredi 2 janvier 2015

Mes jeux vidéo en 2014: l'heure du bilan


2014 a été pour moi une superbe année en plaisir de jeu - 47! - mais quand je regarde le détail de mes longues heures de gaming, il en ressort que j'ai touché à bien peu de titres sortis cette même année, mais plutôt rattrapé un retard sur 2013 (et même avant); la faute en partie à un passage à la new gen pas encore effectué. Quoi qu'il en soit, je me suis superbement éclaté tant devant la télé que sur les portables, et en voici mon bilan.

Top jeux sortis en 2014



Top jeux antérieurs

2/ GTA V


Les autres titres joués cette année sont:


Mes déceptions

DC Universe Online

jeudi 1 janvier 2015

Mon jeu du moment: Mass Effect 2


Après avoir joué au premier épisode de la trilogie en juillet dernier, j'ai décidé de me replonger dans les aventures intergalactiques du commandant Shepard avec sa suite qui nous offre le plaisir de récupérer notre sauvegarde, et par là même de reprendre l'aventure avec les choix qui nous ont guidés jusqu'ici. C'est donc en terrain connu que j'ai lancé Mass Effect 2.


Le premier opus s'achevait avec le sauvetage de La Citadelle et la destruction du vaisseau moissonneur Sovereign ainsi que du renégat Saren, avec à la clé une paix planétaire. Sa suite s'ouvre un an après ces événements, avec une introduction qui brise tous les codes: le vaisseau de Shepard est détruit par un ennemi inconnu, le commandant n'y survit d'ailleurs pas... puis ressuscite grâce aux travaux du groupuscule terroriste Cerberus qui a besoin de ses talents pour une mission périlleuse: découvrir qui détruit/kidnappe les colonies humaines dans la galaxie. Déclaré mort, il accepte de travailler avec son ancien ennemi sur ces disparitions alarmantes, lequel lui fournit un nouveau navire dans cette entreprise.


Le gameplay général n'a pas changé d'un iota, il s'agit toujours d'explorer de nombreuses planètes et de mener diverses missions à bien, tant obligatoires qu'optionnelles, et ce totalement dans l'ordre que l'on souhaite. L'essentiel du scénario envoie le nouveau Normandy à la recherche de nouveaux membres, nos équipiers survivants du premier opus étant déclarés indisponibles. De l'action à gogo, mais aussi des visites plus calmes en villes et de bons moments à passer à bord de notre vaisseau spatial auprès de nos recrues. Les séquences d'action sont encore une fois très bien menées (elles me paraissent d'ailleurs plus faciles), quant au côté RPG de notre équipement/capacités il est moins complexe que dans le 1; la gestion/amélioration des armes aussi. Enfin, les moments d'exploration en tous-terrains des planètes inconnues a purement disparu - c'en était il est vrai un peu rebarbatif - au profit de scans à la recherche de minéraux.


Les dialogues ont eux une part toute aussi importante que par le passé, et les choix qui en découlent nous impliquent encore bien à fond avec un comportement compréhensif ou autoritaire qui continue de se dégager de notre avatar (nous donnant alors des possibilités de réponses supplémentaires par moments). Les planètes visitées sont nouvelles et extrêmement variées, le bestiaire non redondant, l'ambiance générale dans le prolongement de notre première aventure: bref, on a là une suite plus simple et super addictive dotée d'une durée de vie toujours séduisante.