lundi 15 décembre 2014

Rétro: GTA San Andreas


Il y a 10 ans, Rockstar North sortait l'épisode le plus abouti de sa grande saga version 128 bits, qui préfigurait déjà de ce que serait GTA dans le futur. Plus vaste, plus varié, s'attardant sur la vie d'un homme et non plus ses simples contacts criminels, San Andreas connu alors un succès à sa démesure avec plus de 27 millions d'unités vendues tous supports confondus.


Ici, on n'incarnait pas un taulard évadé ou un apprenti mafieux, mais un jeune nommé C.J. de retour à Los Santos pour les funérailles de sa pauvre mère. Une rentrée sous des auspices pas terribles avec un "accueil" dès son arrivée à l'aéroport de la part de flics véreux, puis de son frangin qui a toujours considéré son départ pour Liberty City cinq ans auparavant comme une trahison. Entre une guerre des gangs inévitable, des flics et fédéraux ripoux, des mafias qui se tapent dessus et des amitiés qui s'effritent alors que d'autres se créent, le retour de C.J. dans sa ville natale s'avère bien moins aisé qu'espéré. Heureusement pour lui, certains proches lui restent fidèles et l'aident (ou inversement) à s'y refaire une place, avant que l'histoire ne le mène vers les autres cités dans cette grande région de San Andreas, le propulsant patron d'un garage de San Fierro et ami des Triades propriétaires du casino Four Dragons de Las Venturas. Du côté des véhicules, nous trouvons des voitures de toutes sortes, poids lourds, motos, avions, hélicos, vélos, bateaux, tracteurs (!); et un armement aussi fourni que par le passé.


Et là, mon dieu que la carte était énorme! En plus des deux autres villes - San Fierro et Las Venturas - c'est toute une région et ses nombreux villages qui nous attendaient, jonglant entre campagne, désert et bord de mer. Le plaisir de conduire juste pour une balade au son des 90's et de découvrir de nouveaux lieux fut vraiment grand, et donna cette véritable impression de ne pas suivre de simples missions mais de faire ce que l'on voulait de notre perso; au sens propre également en lui modifiant coupe, vêtements et même sa carrure. Il est vrai que comparé à ses prédécesseurs, le titre fourmillait d'activités annexes pour la plupart inédites: salles de sport, magasins de fringues, coiffeurs, stands de tirs, discothèque, tags, courses autos, interception des convoyeurs de drogue, séquences drague, missions autos (police, pompiers, taxi, mac), billard, poker, bornes d'arcade, très nombreux logements à acheter... et je dois encore en oublier.


Un bouffe-temps incroyable, voila ce qu'était - et c'est toujours le cas - GTA San Andreas lors de sa sortie initiale en octobre 2004 sur Playstation 2. Un titre techniquement top pour son support, à l'ambiance ghetto qui nous changeait des Napolitains et autres Yakuzas, et toujours très fort en action tant dans les gunfights que dans la conduite pure. Une histoire riche également (dispo en HD sur 360), et inévitablement l'ébauche de cette sacrée tuerie qu'est GTA V.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire