mardi 4 novembre 2014

Mon jeu du moment: Lightning Returns


Final Fantasy XIII, durement critiqué par des joueurs bien ancrés sur leurs positions, m'avait totalement sublimé; une linéarité au profit d'une histoire brillamment narrée et d'un système de combat ultra abouti (mon préféré de toute la série). Puis arriva Final Fantasy XIII-2 et son duo de héros dans un voyage temporel multidimensionnel, le retour des PNJ et des quêtes annexes nombreuses. Et enfin le dernier chapitre de la trilogie, nous présentant un gameplay revu (encore) et des nouveautés en masse: Lightning Returns.

Dans le premier opus de cette saga, Ligntning et ses infortunés compagnons de route s'étaient vus choisis par les dieux (fal'Cie) pour sauver Cocoon de sa destruction, tâche qu'ils réussirent avec un certain succès, libérant également la population du joug de ces puissants êtres... le bémol étant la disparition de la belle, bloquée dans le Valhalla, domaine de la déesse Etro. Non-jouable dans le second épisode, Lightning y a pourtant une forte influence puisque c'est elle qui guide sa soeur Serah et le nouveau venu Noël depuis les cieux dans cette nouvelle quête de sauvetage du monde. Mission là encore à peu près réussie, puisque Pulse n'a pas été détruite, mais qui abouti sur le sacrifice de la frangine et une perturbation étrange du temps.


Nous y voila donc, ce troisième volet nous remettant alors dans les mains Lightning - et elle seule - de retour dans le monde des humains (Etro vaincue, elle a été "libérée" de sa prison) agissant désormais au nom du dieu créateur Bhunivelze sous le pseudo de La Libératrice. Son but: vaincre le chaos qui envahi Pulse en moins de treize jours, délai que lui a donné son maître faute de quoi il détruira tout et fera renaître un monde nouveau. Autre motivation: la promesse du retour de Serah à ses côtés; après tout ce temps passé à la pleurer, il n'en fallait pas plus pour la remobiliser.


L'aire de jeu de Lightning Returns se compose de quatre vastes zones accessibles en totalité et ce dès le début de la partie (après le tuto obligatoire), chacune comportant sa part de quête principale et des annexes à foison: deux villes - Luxerion et Yusnaan - et deux territoires - les Plaines sauvages et les Dunes de la mort. Très variées, ces locations nous permettent de visiter des boutiques, causer aux multiples PNJ présents et de lancer un nombre affolant de quêtes secondaires, du genre services (transmettre une lettre, retrouver une personne) ou combats (vaincre tel monstre, obtenir des items après avoir battu tel autre). Et quand on sait que le jeu ne fonctionne pas sur le basique système de points d'expérience/montée de niveaux, mais que l'amélioration des capacités de notre combattante se fait uniquement via la réussite de quêtes (augmentation de la force, magie ou encore barre de vie), alors on en lance une dès qu'on la voit; à condition de ne pas rater le bon moment! (importance des créneaux horaires, voire des jours). Autant dire qu'il est impossible de tout faire durant sa première partie. Autre importance de ces quêtes annexes: elles servent à prolonger le nombre de jours restants avant le game over fatidique, dont le chiffre est constamment affiché sur notre écran.


Chaque jour à 6h, Lightning quitte la terre ferme et se retrouve téléportée dans un satellite où l'y attend Hope, son fidèle assistant dans sa mission. Là-bas, le temps s'arrête et l'on peut gentiment souffler (il est vrai que l'on court sans arrêt sinon), prendre le temps de lire les divers documents récupérés, essayer de nouveaux équipements ou encore combattre des boss déjà vaincus. La garde-robe de l'héroïne n'est point cosmétique mais a une réelle importance sur ses performances, avec des caractéristiques propres à chaque tenue ainsi que des touches préenregistrées; les autres "libres" étant laissées au choix du joueur. Côté personnalisation, on est ici richement gâté (et en plus on peut modifier les couleurs ou lui ajouter des accessoires juste pour le fun).


Le système de combat enfin nous demande de choisir trois styles avec lesquels nous switcherons en cours de joute, chacun possédant sa propre jauge d'utilisation. Au joueur donc de décider - et selon ses ennemis dans la zone - d'opter pour une stratégie orientée vers la puissance physique, les sorts ou bien un mix. Attaquer un ennemi par derrière nous donne un avantage (25% de dégâts pour le monstre, c'est pas rien) tandis qu'être surpris se retourne en notre défaveur. Lightning se déplace sur l'aire de combat (c'est du temps réel), et se doit pour une victoire plus aisée de trouver le point faible de son adversaire, lequel le positionnera en état de choc (avec des dégâts plus imposants). Pas de récup d'énergie après une victoire, il nous faut alors bien gérer notre jauge de vie et notre inventaire (6 objets seulement à emporter), dormir à l'auberge ou se restaurer étant d'autres manières de reprendre des forces, tout comme l'utilisation des PE .


Voila d'ailleurs le dernier point que je vais traiter ici, ces PE étant d'une grande aide à qui sait les utiliser. Hors combat, ils servent à bloquer pendant quelques minutes l'horloge du jeu, nous permettant d'arriver à l'heure à un rendez-vous que l'on aurait sinon manqué. On peut aussi s'en servir pour se régénérer (utile dans les donjons) ou se téléporter. En combat, on peut bloquer le temps - lors d'un choc c'est mieux - afin d'accumuler les dégâts - contre un boss, c'est idéal. A consommer avec modération et intelligence, car s'ils se renouvellent c'est bien après des combats (certains ennemis étant plus généreux que d'autres).


Si peu de temps et tant de choses à faire. Une histoire basique simple mais une multitude de mini-scénarios qui gravitent autour et donnent au jeu une ampleur narrative d'envergure. Une liberté d'action rarement vue dans un RPG japonais, dans la veine d'un The Elder Scrolls. Un système de combat pas simple à prendre en mains mais aux nombreuses possibilités. Et malgré la fameuse limite de temps des 13 jours, une belle durée de vie (sans compter les new game +). Un Final Fantasy plus que différent du reste de la série, difficile d'accès au premier abord et qui demande à être apprivoisé, pour une conclusion géniale à la saga FF XIII... mais surtout un putain de bon jeu!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire