jeudi 7 août 2014

Mon jeu du moment: Splinter Cell Blacklist


Je ne l'avais pas interprété depuis sa dernière sortie 128 bits dans Double Agent datant de 2006 - ne jouant pas sur PC ni XBox 360 je suis ensuite passé à côté de Conviction - c'est donc avec un grand plaisir que je retrouve Sam Fisher et les services secrets de la NSA sur une galette sortie l'été dernier des studios Ubisoft Toronto: Splinter Cell Blacklist. Et le moins que je puisse dire, c'est que le titre a bigrement changé.


Beaucoup de différences avec la formule passée, ce qui surprend allègrement de prime abord mais que l'on intègre finalement rapidement, avec en premier lieu une narration désormais non-linéaire proposant au joueur des missions optionnelles en sus de celles liées à l'histoire. Notre héros n'est plus seul avec pour unique contact son boss via sa radio, mais dirige maintenant une équipe dont le QG est un avion furtif qui lui permet d'opérer à divers endroits de la planète. Nous décidons donc de la mission que l'on va lancer, sachant que les annexes peuvent être jouées à deux (en ligne ou en local) avec des objectifs divers tels la neutralisation de tous les ennemis d'une zone ou un game over en cas de détection. En plus de l'objectif principal, la récupération d'informations (ordinateurs et clés USB cachés) ainsi que l'arrestation d'ennemis désignés apportent au joueur de précieux bonus. Il y a enfin un mode multijoueurs "Espions Vs Mercenaires" que je n'ai pas encore touché.


L'histoire met en scène la nouvelle unité Echelon 4 chapeautée par Sam contre des attaques terroristes visant les USA et dont l'objectif avoué est le retrait des troupes armées américaines de nombreux pays du globe. Une escalade vers la violence que notre groupe va s'efforcer de court-circuiter grâce aux talents d'infiltration de son leader - les autres agents ayant d'autres compétences propres - le bonhomme sachant bien riposter si par malheur il se trouvait découvert.


Le gameplay demande au joueur de privilégier l'infiltration pure - passer sans être vu, éliminer et cacher les corps - mais reste flexible et il devient très aisé de passer en mode action si le besoin s'en fait sentir. Sam s'équipe avant chaque mission d'armes et gadgets divers, la fin d'une mission nous rapportant de l'argent qui sera alors utilisé pour améliorer notre équipement (armes, protections, anti-bruit, gadgets supplémentaires...) ou le QG (infirmerie, armes disponibles, etc). Au final, le choix des outils à emporter sur le terrain est très conséquent, avec comme exemples des grenades fumigènes ou anesthésiques, les mines, la caméra-glu, des drones, un taser, des lunettes sonar (de coloris variés) et j'en passe. Du côté des aptitudes de Sam, c'est on ne peut plus classique avec des attaques silencieuses par derrière, des sifflements pour alerter l'ennemi, la possibilité de grimper aux tuyaux, des éliminations en hauteur ou sur rebord ou encore le passage par des conduits d'aération; comme les Assassins ou Batman en somme.


Grande joie de retrouver cette fameuse licence après tant d'années, content de voir évoluer la série sans en perdre la moindre saveur, heureux de la non-linéarité du titre et des missions en duo. Bref, chers fanas de l'infiltration, la vraie d'autrefois, vous ne serez pas déçus des possibilités offertes par cet opus qui plus est très joli, cinématographique à souhait et bien interprété. Un incontournable de 2013.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire