jeudi 12 juin 2014

Test: SoulCalibur Lost Swords


La série de jeux de combat à l'arme blanche de Namco nous est revenue le mois dernier dans un nouvel opus exclusif à la Playstation 3 et basé pour la première fois sur le modèle économique du free-to-play. Gros fana de la saga, je ne pouvais pas passer à côté. Son petit nom: SoulCalibur Lost Swords.

Premièrement, le jeu est GRATUIT! Moi qui avais retourné les précédents titres sur la console était bien content d'en avoir un nouveau sans débourser un sesterce, même s'il y a bien des conséquences au système ftp, la plus importante étant la disparition du mode multijoueurs. Ce jeu est donc exclusivement solo, ce qui ne me dérange pas tant que ça étant donné que j'ai finalement beaucoup plus joué seul aux autres opus; même si le plaisir des confrontations entre potes reste des meilleures. Autre restriction: pas de mode arcade, mais une Histoire plutôt longue et ardue dans laquelle vous faites évoluer votre combattant (trois choix de base: Mitsurugi, Sophitia et Siegfrid; d'autres sont déblocables par la suite) et ce en améliorant en permanence son équipement, via des objets gagnés ou des fusions/créations nécessitant quelques piécettes (obtenues au combat). Enfin, un système de points AP est utilisé pour nous autoriser à lancer une baston, et quand ceux-ci sont inférieurs au nombre demandé nous nous devons alors d'attendre que la jauge se remplisse d'elle-même à la manière d'un Candy Crush; ou bien en achetant des recharges contre de vrais Euros cette fois. Dernière restriction: une connexion au net est indispensable.


En termes de combat, le titre ne fait pas de différence avec ses prédécesseurs que ce soit d'un point de vue graphique ou gameplay, c'est bel et bien un vrai SoulCalibur que l'on découvre manette en mains, et l'amateur y retrouve aisément ses marques. Décors, effets de lumière, musiques, tenues destructibles, bref tout le sel de ces affrontements que j'aime tant... même si je regrette l'absence ici des ring out (seule mécanique disparue). De plus, on se choisit un allié avant de combattre, lequel pourra ainsi remplacer notre perso en pressant simplement une touche une fois en cours de bataille (celles-ci nous faisant affronter 3 ou 4 ennemis d'affilé, il est donc judicieux de bien choisir le moment du switch). A côté du mode Histoire coexiste un mode Evénement, lequel voit ses missions changer de temps à autre pour toujours plus de nouveaux défis - et relativement chauds.


Pour ma part, je trouve excellente cette idée d'avoir développé un soft si abouti qui ne nous coûte rien, les micro-transactions n'étant pas indispensables (même si bien sûr s'acheter des continues nous facilite la vie). Le jeu n'est pas des plus faciles, le temps de jeu restreint et le choix initial réduit, mais il faut garder à l'esprit le concept de distribution utilisé et le contenu global du soft pour voir là un bien beau cadeau de la part de Namco. Le complément idéal à SoulCalibur V ou tout autre précédemment, qui restent encore des valeurs sûres de la baston entre amis.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire