mercredi 30 avril 2014

Cinéma Babysitting / Khumba


J'y suis allé comme choix par défaut, et grand bien m'en prit car ce Babysitting loin d'être un simple plagiat français des drôlissimes Very Bad Trip et Projet X a en lui ces idées folles qui bien utilisées en font une véritable usine à gags. Hilarant du début à la fin, attachant par ses personnages, cumulant les scènes cocasses et originales (on pensait avoir tout vu, et pourtant), cette petite merveille arrivée un peu à l'improviste se hisse pour moi dans le top 3 des comédies de ce premier semestre; qui en a vu passer nombre d'excellentes.

Film d'animation passé sous silence dans l'ombre du perroquet bleu, Khumba s'adresse aux (grands) enfants les invitant à un voyage en Afrique du Sud en compagnie d'animaux plus ou moins toqués. Histoire simple mais bien racontée, humour présent, action également, petite réflexion sur la différence en sus, un film sympa au final pour les jeunes qui ne seraient pas rassasiés.

samedi 26 avril 2014

La semaine du gamer


La survie en intensité maximum avec The Last of Us que j'ai débuté cette semaine, addictif à souhait. Tout en continuant ma partie de l'interminable Bravely Default (97h actuellement), j'ai récupéré le free-to-play SoulCalibur Lost Swords et participé à de nouvelles courses sur Burnout Paradise. Enfin, j'ai tapoté les cartes R.A. de ma 3DS (jamais joué jusqu'alors), me suis amusé avec l'appli GTA V sur ma PSVita (jouer avec le chien et personnaliser les voitures) et ai débuté - sans vraiment comprendre - Kurohyô Ryû ga Gotoku Shinshô, premier épisode PSP de la série Yakuza (tout en jap, merci à Brassi de me l'avoir trouvé lors de son récent voyage à Tokyo).

vendredi 25 avril 2014

Cinéma Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu? / Brick Mansions


Hilarité générale pour cette comédie multi-générationelle/ethnique très bien pensée où chacun en prend pour son grade. Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu? nous présente un couple bourgeois (Clavier/Lauby) ouvert - mais faut pas abuser - entouré de belles familles hautes en couleurs et se posant quelques questions. Vraiment tordant, jamais méchant (mais réfléchi), en phase avec son époque, ce film est une incroyable réussite d'humour bien de chez nous!

Tout d'abord, un truc à savoir: Brick Mansions n'est rien d'autre que le remake américain plan par plan de Banlieue 13, EuropaCorp se chargeant de cette transposition ultra fidèle (trop?) de l'original. Film d'action qui en met toujours plein les yeux, encore une fois très réussi, il vaudra pour ceux qui connaissent celui de Pierre Morel comme le dernier tournage en entier du regretté Paul Walker; pour les autres, c'est cascades et castagne en pagaille, une bonne valeur du ciné pop-corn entre potes.

lundi 21 avril 2014

Batman: The Dark Knight returns



Le justicier de Gotham City a de nouveau atterri dans mon salon sous la forme d'un double bluray cette fois-ci, dans un dessin animé mature à l'ambiance proche de la trilogie de Christopher Nolan et basé sur une BD de Franck Miller, sorti directement en vidéo l'an passé: The Dark Knight returns.


Le film (découpé en 2 fois 1h15) raconte le retour d'un Bruce Wayne âgé sous le masque du super-héros après dix ans de retraite, confronté à une ville qui a sombré dans le chaos et nécessitant plus que jamais son aura. D'abord opposé à un groupe armé qui ne recule devant rien - le gang des Mutants - il verra aussi son pire ennemi du passé effectuer un come-back fracassant tout en préparant sa succession par le biais d'un nouveau Robin; plus d'autres surprises que je vous laisse le soin de découvrir.


L'animation et le dessin sont fort jolis, l'histoire se suit avec intérêt (même si la seconde partie part en peu en plusieurs directions), le ton donné est assez sombre et violent, et Batman - même vieillissant - a encore de la patate à donner à ses opposants. Un excellent long-métrage mettant en avant l'homme chauve-souris que je déconseille toutefois aux plus jeunes.

dimanche 20 avril 2014

La semaine du gamer


Cette semaine, j'ai roulé à fond et tapé de nombreuses cascades sur Burnout Paradise, affronté de nouveaux boss dans Bravely Default, guidé deux enfants sous la pluie de Rain et massacré des méchants pas beaux avec Hotline Miami. Du fun très varié en quelque sorte.

vendredi 18 avril 2014

Cinéma Rio 2 / Suneung


Blu et sa petite famille quittent la ville du carnaval pour l'immensité de l'Amazonie où d'autres perroquets de leur (presque disparue) espèce auraient été vus; une idée de suite pas super originale pour un film cependant à la hauteur de mes attentes.
Rio 2 nous donne à la fois humour, action, musique et émotion, et l'excellent Lorànt Deutch assure encore une fois le formidable doublage du coco apprivoisé.

Des lycéens surdoués psychopathes, un meurtre à élucider, un examen important en vue: pitch de départ fort intéressant pour un film de qualité, mais Suneung souffre aussi d'un rythme bien trop lent dans son déroulement. Tantôt thriller, drame ou policier, cette histoire en provenance de Corée du sud m'a beaucoup captivé, mais aussi fait regarder ma montre de temps à autre.

mercredi 16 avril 2014

Mon jeu du moment: Rain


Amis de la poésie, bonjour! Car oui, c'est à un titre enchanteur que j'ai affaire ces jours-ci, à l'ambiance sonore immersive et au gameplay simple, une exclusivité Playstation 3 dispo uniquement en version dématérialisée: Rain.


La première chose à laquelle me fait penser ce jeu, c'est bien d'un mix entre Another World et Journey (pas mal comme modèles) reprenant du premier la progression linéaire parsemée d'énigmes à résoudre pour continuer notre route - et la notion de Die and Retry - et au second cette sensation de voyage par le biais de musiques et bruitages toujours adéquats. Dans le rôle d'un petit garçon sorti sous l'orage à la poursuite d'une étrange fillette, nous nous retrouvons alors invisible (comme elle en fait), les gouttes de pluie étant le seul moyen de révéler notre forme physique. Mais de nombreux dangers parsèment les rues de la ville, des bêtes - invisibles elles aussi - nous traquant sans relâche.


Le but du jeu est de nous emmener toujours plus en avant, déjouant la vigilance de nos ennemis (pour cela en jouant sur le contraste pluie/endroit sec), de nouvelles idées s'ajoutant au fil du périple. Trois touches à utiliser alors: courir, sauter et interagir (ramper dans un trou, fermer une porte...); et un peu de réflexion quant aux situations auxquelles nous nous retrouvons confrontées. Avec ses huit niveaux, le soft reste bien court (environ une demi-heure par chapitre, soit 4h au total) mais m'a complètement subjugué avec son ambiance; et propose un new game + censé nous éclairer sur le "scénar". Une excellente pioche dans la catégorie "des jeux différents".

dimanche 13 avril 2014

La semaine du gamer


Comme la semaine passée, j'ai continué mon périple sur Bravely Default et y enchaîne les combats leveling/boss/leveling/etc; encore loin d'en voir la fin. D'un autre côté, j'ai terminé Bioshock Infinite, aventure à l'excellent scénario et à l'action couillue (la dernière bataille, ouch!) que je ne peux que recommander.

Du côté des achats, Splinter Cell Blacklist, Tales of Xillia et The Wolf Among Us ont rejoint une collec' déjà fort remplie!

lundi 7 avril 2014

Mon jeu du moment: Bioshock Infinite


Après l'exploration d'une cité sous-marine nommée Rapture qui ne nous a pas laissé indemnes il y a quelques années de cela (en deux jeux et un add-on), c'est désormais la visite d'une ville dans le ciel qui nous attend dans cet opus qui troque son 3 pour un sous-titre éloquent: Bioshock Infinite.

Nouvelle époque (les années 1920), nouveau héros, nouvelle intrigue et évidemment lieux tout neufs à arpenter, ce nouvel épisode conserve pourtant ce gameplay si caractéristique de la série avec son mélange d'exploration et d'action, tout comme un scénario encore une fois fort bien écrit et se dévoilant petit à petit. Jeu d'aventure à la première personne et non pas simple FPS, le titre nous met dans la peau d'un détective privé à la recherche d'une jeune femme emprisonnée dans la ville volante de Columbia, avec pour but de la ramener à New-York en échange d'un effacement de dettes plutôt onéreuses. Et si dès le début on ne comprend pas trop ce que l'on fait dans cette drôle de galère (on commence dans une barque en direction d'un phare, pas de cinématique d'intro), l'histoire se met en place progressivement par le biais de différents mécanismes tels les dialogues, découvertes de phonographes ou autres petits films noir et blanc, Booker DeWitt - le perso que l'on incarne - n'étant pas non plus le genre de héros que l'on a l'habitude de jouer.


Du côté de la jouabilité, on distingue donc deux phases différentes que sont l'exploration et les combats. La première nous verra visiter chaque lieux et ruelles disponibles, vider chaque poubelles/tiroirs/autres, récupérer des infos, argent, armes et objets de soin; voire découvrir des quêtes secondaires (décrypter un message, ouvrir un coffre...). Avec Elisabeth à nos côtés - une fois secourue - de nombreux dialogues entre les deux personnages ont lieu et rendent le jeu très vivant; tout comme la population de Columbia d'ailleurs (à l'opposé de Rapture qui était une ville morte). En phase combat, plusieurs possibilités d'action nous sont données: armes (deux équipées en même temps, va falloir jongler), toniques (pouvoirs magiques tels le feu ou la lévitation) que l'on peut également poser en pièges sur le sol, et mains nues. Notre équipement est évolutif, des améliorations d'armes et de toniques étant possibles contre de l'argent sonnant et trébuchant; alors que la découverte de fioles améliore les jauges de vie, magie et bouclier de Booker. Enfin, trouver certains équipements donne à notre privé des qualifications supplémentaires comme une meilleure portée au corps-à-corps ou encore un rechargement plus rapide de notre attirail.


Esthétiquement à l'opposé de ses prédécesseurs avec ici une ville ouverte, colorée et pleine de vie, le titre de Irrational Games en garde son formidable gameplay au sein d'une aventure dans laquelle on rentre sur la pointe des pieds mais qui nous absorbe totalement. La relation Booker/Elisabeth est très bien construite et on a toujours envie d'en savoir plus sur la finalité de cette fuite semée d'embûches, et du lien existant forcément avec l'autre ville visitée auparavant. Bref, un jeu excellent!




dimanche 6 avril 2014

La semaine du gamer


Absorbé par deux titres riches et ultra prenants, Bioshock Infinite et Bravely Default (70h d'écoulées sur ce dernier), j'ai récupéré également l'application gratuite GTA V sur PSVita et ses mini-jeux associés. Mais les deux autres, quelles tueries!

vendredi 4 avril 2014

Cinéma 47 Ronin / Closed Circuit


Des samuraïs, des démons, des combats impressionnants (mais pas que ça), un héros paria, des ninjas: on en prend plein les yeux avec 47 Ronin, marquant le grand retour - très réussi - de Keanu Reeves en salles obscures.

Closed Circuit, c'est l'enquête de deux avocats suite à un attentat en plein centre de Londres, une investigation surveillée de près et dont le mot d'ordre est - comme à l'accoutumée - "ne faites confiance à personne". Un très bon film du genre à l'histoire logique et bien établie.