mercredi 30 octobre 2013

Génération(s) Astérix, hors-série de télé 7 jours


En parallèle de la sortie du nouvel album du petit Gaulois, plusieurs numéros hors-série de divers magazines ont fleuri en librairie, tous assez aguicheurs je dois le reconnaître. Bien que tenté de tous les prendre - fan attitude - je me suis finalement décidé de n'acheter que celui de Télé 7 jours qui fait une belle rétrospective de la saga, établissant en 2 ou 4 pages un résumé de chaque histoire ainsi que diverses anecdotes entourant la création des albums, le tout tenant en une centaine de pages instructives et bien illustrées pour un tarif de 6,95€. C'est bien fichu et titille facilement la nostalgie (il y a vraiment un avant et un après Goscinny), pour figurer au final en bonne place dans nos bibliothèques.

lundi 28 octobre 2013

BD: Astérix chez les Pictes


Très attendu ce nouvel album car étant synonyme de passage de témoin entre les créateurs originaux et de nouveaux auteurs, Astérix chez les Pictes débarque enfin en librairie avec une grosse interrogation: la transition est-elle réussie? Ma réponse n'est pas des plus enthousiastes, avec une histoire moyennement intéressante, des gags plutôt rares - tout comme les jeux de mots - des bagarres et des romains moins présents qu'escomptés. Si l'on retrouve bien le dessin d'Astérix, dans son ambiance cet album ressemble plus aux derniers Uderzo (et particulièrement à La Galère d'Obélix) qu'à sa grande période Goscinnienne, et c'est bien là ma plus belle déception. Dommage donc étant donné les réelles possibilités humoristiques que pouvaient donner ces nouvelles aventures des Gaulois dans l'Ecosse du - 50 avant JC, j'en espère vraiment que le tir soit rectifié avec le prochain ouvrage de ce duo pourtant prometteur.

dimanche 27 octobre 2013

La semaine du gamer


La grosse sortie de la semaine, c'est bien évidemment Ace Attorney: Dual Destinies sur lequel je me suis aussitôt jeté, en tant que gros fana de cette série. A ses côtés, Ni no Kuni et Symphony of Eternity, mes deux RPG du moment que je n'ai toujours pas terminé, ainsi que le plus ancien mais très agréable LEGO Indiana Jones (premier film achevé).

samedi 26 octobre 2013

Cinéma T.S. Spivet / Turbo


Grosse dose de poésie et d'aventure avec L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet, dernier film du génial Jean-Pierre Jeunet. Un voyage riche en humour et émotion qui n'est pas sans rappeler le Big Fish de Tim Burton, avec une 3D pour une fois intelligemment utilisée.

Un escargot qui obtient des superpouvoirs et décide de concourir à une course automobile, telle est l'idée délirante des studios Dreamworks derrière Turbo. A la fois drôle et mouvementé, réussissant encore à nous surprendre, ce nouveau film d'animation à la technique irréprochable fait mouche et figure aisément parmi les meilleurs de cette année.

vendredi 25 octobre 2013

Mon jeu du moment: LEGO Indiana Jones La Trilogie originale


Je reprends en ce moment mon retard sur de nombreux jeux achetés mais pas déballés, et me suis lancé dans les aventures de Henry Jones Jr version LEGO après avoir joué et grandement apprécié d'autres titres sous le signe des fameuses briques (Star Wars 2 La Trilogie originale, Batman et Batman 2 DC Super Heroes pour être précis).

Et tout se joue comme d'hab' avec des items à casser un peu partout, des objets à reconstruire, des mécanismes à actionner, des ennemis à combattre - dont quelques boss - dans l'univers très bien retranscrit des trois premiers films de la saga. Les niveaux sont longs et bien agencés, fidèles aux aventures du professeur-archéologue tout en y ajoutant une belle dose d'humour comme dans tout jeu LEGO. Côté challenge, le 100% se fait là aussi via une seconde partie en jeu libre - au contraire du mode Histoire - qui nous permet comme à l'accoutumée d'utiliser n'importe quel perso débloqué afin d'user des diverses capacités de chacun et de récupérer les multiples trésors cachés dans les niveaux.


Fun et doté d'une bonne rejouabilité (pour ceux qui veulent tout obtenir), LEGO Indiana Jones est tout simplement une valeur sûre du jeu de plateforme-action, de plus jouable à deux sur les consoles de salon. Les fans adorent revivre ces séquences cultes du cinéma, les autres aussi.

jeudi 24 octobre 2013

Une vie de Poisseman


Poisseman, son appart, ses assurances

Tout commença le 22 juillet. Il faisait chaud, c'était le soir, je me trouvais confortablement installé dans mon canapé quand d'étranges sifflements retentirent. A la recherche de l'origine de ces bruits, je ne trouve rien jusqu'à ce que mon attention soit attirée par le sol et mon joli parquet. Le bois siffle, hurle, puis devant mes yeux ébahis se met à gonfler, à tel point qu'un court instant j'imagine un zombie essayer de sortir de terre. C'est finalement un dos d'âne qui pousse en moins de dix secondes, traversant le salon de part en part. Le premier ralentisseur de séjour est né.

Devant cet étrange phénomène (le bois a-t-il gonflé à cause des fortes chaleurs?) je me tourne vers mon assurance habitation qui a un peu de mal à comprendre ma situation et me demande d'aller en mairie chercher une attestation de sécheresse; qui n'existait pas, la commune se portant idéalement comme il m'a alors été répondu. Retour à l'assurance, qui m'annonce ensuite par courrier qu'on va m'envoyer un expert constater le soucis, mais juste pour la forme car mon contrat ne couvre pas les dommages météo dus à la chaleur. A l'arrivée de ce dernier (1 mois pile après, faut pas déconner c'était les vacances), la donne change par la découverte d'un dégât des eaux dans la salle de bains, situé sous la douche: le parquet relève alors de l'assurance des murs de l'immeuble, mais la fuite est bien du ressort de ma personnelle. On me demande de faire intervenir un plombier pour une recherche de fuite (invisible à l'oeil nu, nécessité de littéralement détruire la douche afin de déterminer s'il s'agit d'un tuyau percé ou d'un défaut d'entretien, la prise en charge en dépendant), lequel ne pu faire le job qu'après validation de son devis et selon ses disponibilités. Nous sommes le 30 septembre, j'ai toujours mon ralentisseur dans le salon et désormais plus de douche. Et je pense innocemment que la reconstruction de cette dernière se fera rapidement...

Le gros soucis, c'est l'attente due à l'acceptation du devis par le cabinet d'experts, qui transmet à l'assurance, qui contacte le client, qui prend alors rendez-vous pour l'intervention, qui aura lieu quand l'intervenant le pourra, etc, etc. Et pour cette deuxième tranche de travaux, trois semaines après avoir déposé ledit devis, je suis toujours sans nouvelles du feu vert de l'opération ni de la hauteur de la prise en charge du coût total (s'élevant à plus de 5000€ soit dit en passant), j'ai juste reçu un bref courrier me demandant de faire suivre la facture et de contacter le cabinet pour obtenir des informations. Mais quand j'appelle, soit la personne en charge est absente, occupée ou carrément ne répond pas; pas plus qu'aux mails d'ailleurs. Allez, demain je retente, pour la quatrième fois cette semaine.

A côté de cela, mon sol est toujours surélevé en son centre, l'assurance des murs - contactée par téléphone - n'ayant pas encore donné acte de mon courrier auquel fut jointe une attestation du syndic décrivant le problème et demandant le passage de leur expert. Je sais déjà via l'autre que la bosse est due à la fuite d'eau qui s'est étendue sous le bois, le parquet originellement bien mal posé par mon prédécesseur l'ayant bu, gonflé, et n'ayant pas d'espace sur les côtés pour s'étendre s'est alors dirigé en hauteur. Le verdict - de l'expert de l'assurance non concernée - est sans appel: il faut le changer intégralement. J'habite un studio et le mobilier risque de me poser problème. Mais avant, faudrait bien que là aussi on se décide à se déplacer.

Trois semaines que je n'ai plus de douche chez moi et que je squatte chez mes parents habitant pas très loin (heureusement), je me demande d'ailleurs comment j'aurais fait si cela n'avait pas été le cas. Bref, en ce moment, y'a vraiment de quoi péter un câble. VDP

mardi 22 octobre 2013

Test: Jacob Jones and the Bigfoot mystery - épisode 1


La Playstation Vita et les smartphones ont vu débouler il y a quelques mois un joli ersatz du Professeur Layton en la personne de Jacob Jones, un petit garçon parti en colonie de vacances où une étrange rencontre l'attend. Avec ses phases d'énigmes clairement empruntées au maître (et son système d'indices identique) le jeu a de quoi nous chauffer les méninges, celles-ci s'en révélant légèrement plus ardues. Le terrain de jeu du titre s'étend donc sur la surface du camp et quelques à-côtés, les seconds rôles vivotant un peu partout; et nous demandant autant d'aide via la surface tactile de nos appareils.


Le jeu est vendu sous format épisodique - et donc uniquement en dématérialisé - et seul le premier chapitre de l'histoire est disponible pour le moment, à un tarif fortement attractif: 2€ sur PSVita, pour environ 3 à 5h de temps de jeu, ceci dépendant de votre matière grise. Autant dire que le rapport qualité-prix est excellent, et quand l'histoire racontée l'est également (avec sa galerie de persos débridés et sa mise en scène simple mais agréable) et bien on a là un bien bon clone du prof au haut-de-forme. Fans d'aventure et de réflexion, n'hésitez donc pas devant cette faible dépense qui a peu fait parler d'elle.


lundi 21 octobre 2013

Cinéma C'est la fin / Insidious 2


Les comiques du cinéma américain d'aujourd'hui se réunissent autour d'une farce osée et salace, mettant ces acteurs dans leurs propres rôles face à l'Apocalypse. C'est la fin, c'est forcément abusé - mais diablement drôle - tant dans le visuel que par les mots, et une vraie critique de cet Hollywood bourré de faux-culs shootés jusqu'à la moelle. Une autodérision qui ne s'adresse pas à tous les publics, mais pour moi si.

Au royaume de la flippe, James Wan en est le souverain avec comme nouvelle preuve (après Conjuring cet été) la suite de l'un de ses films les plus marquants: Insidious 2. Ambiance oppressante dès les premières images - et cela va en s'accentuant - sursauts nombreux, intrigue présente sur divers tableaux, mise en scène magistrale. Attendu, le film évite la simple repompé de son prédécesseur mais s'avère une vraie séquelle riche en idées. Je suis fan.

dimanche 20 octobre 2013

La semaine du gamer


Entre un Ni no Kuni que je pensais avoir fini mais en fait non (après58h), un Symphony of Eternity fort plaisant, un Jacob Jones and the Bigfoot mystery à la réflexion laytonienne et un LittleBigPlanet PSP achevé, j'ai pas trop mal profité de mes diverses machines cette semaine ; )

vendredi 18 octobre 2013

Mon jeu du moment: Symphony of Eternity


Une fois n'est pas coutume, c'est sur mon smartphone tournant sous Android que je joue actuellement à un titre autre que des casual games (Angry Birds, Candy Crush et consorts), un RPG nippon pris en promo sur Google Play à 3€ avec une réalisation et un gameplay à l'ancienne, un aspect FF de la première heure: Symphony of Eternity.


Et quand je dis à l'ancienne, cela concerne tous les points du jeu: graphismes 16 bits (et encore...), combats au tour par tour, scénario simple au possible, absence de quêtes annexes, persos sd, carte du monde, leveling indispensable; sans pour autant en être des défauts. Le charme de la nostalgie pour les vieux gamers, c'est effectivement ce que nous apporte ce titre avec son trio d'aventuriers en quête d'une arme légendaire dans un royaume qui vit un coup d'Etat avoir raison du monarque en place. L'ambiance y est bien bonne, les dialogue non dénués d'humour, les persos secondaires attachants et/ou intrigants, la progression de difficulté honorable et la gestion de nos combattants assez libre (plusieurs classes à apprendre, possibilité d'en changer à tout moment tout en conservant ses acquis). Et puis, la sauvegarde à tout instant - ville, donjon, map - est un vrai plus!


En résumé, ce jeu sans surprise saura tranquillement satisfaire les vieux briscards (une vingtaine d'heures annoncée) quand les plus jeunes s'arrêteront à sa linéarité et son physique d'un autre âge. Et même s'il ne peut pas rivaliser avec l'excellent Final Fantasy Dimensions sur cette plateforme, il en est une bien moins coûteuse alternative.

jeudi 17 octobre 2013

Cinéma Machete Kills / Shérif Jackson


Après un premier film brillant à tous les niveaux, c'est avec une évidente impatience que j'en attendais la suite - peut-être trop? Machete Kills commence par une première partie dans la même veine que son prédécesseur en moins rythmé (et sans surprise finalement) avant de partir totalement en live dans une seconde qui empile des moments de délire venus d'ailleurs. Tout en se demandant ce que Rodriguez et son équipe ont fumé pour en arriver là, on patientera en attendant la fin de la trilogie.

Le western à l'honneur en 2013 (Django Unchained, Lone Ranger) voit arriver un nouveau beau représentant en l'honneur de Shérif Jackson, une histoire de pionniers, de bandits, de vengeance, de types complètement barrés où sérieux et humour noir se complètent aisément. Du très bon.

mercredi 16 octobre 2013

Mon jeu du moment: LittleBigPlanet PSP


Dernier épisode qui me manquait de la série - après les deux opus PS3 et celui plus récent sur PSVita - LittleBigPlanet version PSP me procure actuellement les mêmes moments de petits bonheurs que ceux-ci. Cette fois, c'est un tour du monde qui nous y attend, avec des niveaux typés géographie (Chine, Egypte, Suisse...) et menant notre petit Sackboy jusqu'au Carnaval des Créateurs. Gameplay identique aux titres sur console de salon, nouveaux niveaux, création et partage, fun - malgré l'absence d'un mode multijoueurs - : cette première itération portable du jeu de plateforme exclusif aux machines Playstation a tout du grand classique indispensable de son support. Indémodable!


mardi 15 octobre 2013

Manga: Resident Evil Marhawa Desire Tome 4


Les membres du BSAA entrent enfin dans le feu de l'action avec ce quatrième volume, et on peut dire que leur arrivée est des plus fracassantes! Plus basé sur le combat - ennemis en surnombre, boss - que sur le scénario, ce nouveau chapitre de Marhawa Desire se lit d'une traite sans pour autant faire avancer le schmilblick, mettant bravement en scène le commando (Chris, Piers et Merah) qui se sera fait bien attendre. Gros cliff à la fin et impatience pour la suite de cette série vraiment top.

lundi 14 octobre 2013

Cinéma Eyjafjallajökull (le volcan) / Planes


Road trip follement amusant en compagnie de Dany Boon et Valérie Bonneton dans Eyjafjallajökull, nous faisant irrémédiablement penser à La chèvre avec ses gags à foison et cet antagonisme entre deux personnes forcées de voyager ensemble. Un très bon moment riche en rigolade qui comblera petits et grands.

Belle surprise que ce Planes dont j'en attendais relativement peu (Cars avec des avions, une histoire de course recyclée) et qui a finalement réussi à maintenir mon intérêt grâce à des personnages non dénués de charisme et à une aventure qui se vit à Mach 3. Pas de surprise mais un bon film - plus pour les enfants que les ados - duquel on peut dire que Disney a fait le boulot.

dimanche 13 octobre 2013

La semaine du gamer


On va faire bref:

Ni no Kuni, PS3
Symphony of Eternity, Android
Resistance Burning Skies, PSVita
LittleBigPlanet, PSP
Buzz, PS3

Et un premier contact avec la PS4

samedi 12 octobre 2013

Premier contact avec la Playstation 4


C'est toujours un vrai plaisir de gamin de tester une nouvelle machine, un jouet que l'on attend impatiemment et que l'on peut enfin toucher. Chose faite désormais avec la Playstation 4 grâce à une invitation de Sony pour cette présentation aux blogueurs (et merci à Beavis88 pour m'avoir fait bénéficier de sa place) dans un lieu cosy de la capitale qui nous permettait de toucher la nouvelle manette sur quelques jeux nouvelle génération.

Peu de titres présents malgré tout (Knack, Drive Club, Assassin's Creed 4, Contrast, Fifa 14 et deux autres jeux indés dont le nom m'échappe), des jeux bien jolis à regarder mais pas vraiment de claque visuelle dans la tronche; on sentait cependant une bien meilleure fluidité vis à vis de nos consoles actuelles. Le jeu le plus impressionnant n'était lui pas jouable mais présenté en live dans une salle à part: Killzone Shadow Fall, s'annonçant comme le véritable fer de lance de la next gen.


Il y avait enfin un espace dédié à la nouvelle caméra qui accompagnera - hors pack - la PS4, avec des mini-jeux sympas utilisant la nouvelle manette Dualshock 4. Cette dernière est mon véritable coup de coeur de cette soirée, avec une prise en main parfaitement étudiée (grips, sticks incurvés, taille des touches L / R revue): une pure (r)évolution de ma manette de jeu préférée!

En attendant la Paris Games Week qui nous permettra j'espère de toucher à d'autres titres de cette nouvelle bécane, ma première approche de la Playstation 4 est conforme à ce que j'en attendais: simple, dans la continuité de la PS3, au fort potentiel dont l'avenir s'annonce riche et prometteur. Vivement le futur! (le 29 novembre 2013 pour l'Europe)

mardi 8 octobre 2013

Mon jeu du moment: Resistance Burning Skies


Quand notre planète est attaquée par des extra-terrestres - les chimères - dont le but n'est autre que de la coloniser sans concession, la race humaine fait front et met tout en oeuvre pour repousser l'envahisseur. Après trois épisodes salon de bonne facture et un premier opus portable qui m'a moins emballé, la série Resistance revient avec un nouveau titre exclusif à la PSVita.


Le jeu prend place à New-York lors de la première invasion des chimères, nous mettant aux commandes d'un pompier en intervention qui voit alors débarquer d'Europe ces ennemis déterminés. C'est sous nos yeux que la ville s'embrase, notre héros malgré lui prenant les armes aux côtés d'autres civils tandis qu'une autre partie de la population est envoyée par l'armée dans des camps de protection. Résister ou mourir tout en recherchant sa famille, voila ce qui attend l'ami Tom dans ce jeu au scénario banal mais à l'ambiance plutôt bien retranscrite.


Du côté du gameplay, on a donc affaire à un FPS se jouant à deux stick analogiques sur une console portable (classe!) dont les fonctionnalités tactiles n'ont pas été oubliées - pour lancer une grenade ou utiliser la fonction secondaire de nos armes par exemple; au nombre de huit, ces dernières se trouvant bien diversifiées et d'utilités diverses face à nos ennemis (tirer à travers les murs, locker, zoom...). Cette prise en main très agréable est cependant quelque peu ternie par une IA fadasse, le soft n'étant pas spécialement beau également. En bref, c'est un bon moment que je passe en compagnie de Resistance Burning Skies qui, même s'il comporte bien des défauts, ne mérite pas les mauvais traitements de la presse spécialisée à son égard. J'apprécie la série et cet opus en fait parfaitement partie.

dimanche 6 octobre 2013

La semaine du gamer


A peine ai-je terminé Assassin's Creed III Liberation sur PSVita que j'ai attaqué Resistance Burning Skies sur la même console, qui ne s'avère pas aussi mauvais que ce que j'en avais entendu finalement. Une partie toujours en cours de Ni no Kuni sur PS3 (45h de passées), puis l'entame d'un RPG classique et bien sympa sur smartphone du nom de Symphony of Eternity pour achever cette semaine plutôt dédiée aux portables (et pour cause, je suis exilé chez les parents). Deux autres achats ont rejoint ma collection PS3: Final Fantasy XIV et Spider-Man Dimensions.