lundi 29 avril 2013

Cinéma L'écume des jours / Iron Man 3


Avec cette adaptation du réputé inadaptable L'écume des jours de Boris Vian, Michel Gondry nous entraîne dans un film ode aux jeux de mots visuels et complètement schnouffé. Une histoire de base extrêmement simple mais rendue bien complexe de par l'esthétique de l'oeuvre, qui ne plaira pas à tout le monde (déjà qu'une bonne partie des spectateurs n'y a même rien compris). De bons acteurs mais un goût particulier en sortant de la projection.

Après un très bon premier opus et un second bien moins inspiré, Iron Man 3 redresse un peu la barre avec une aventure riche en action et au scénario relativement intéressant. Le film est un peu longuet et Tony Stark passe beaucoup de temps hors de son armure (et ça c'est dommage), quand son méchant le Mandarin se révélera surprenant pour les fans du comic. Bon film de super-héros, mais pas de quoi casser sa tirelire non plus.

dimanche 28 avril 2013

La semaine du gamer


Découverte de ces derniers jours, The Walking Dead m'a fait passer d'excellents moments en compagnie de survivants qui se démènent tant bien que mal face à ces satanés (mais je les adore) revenants. Trois épisodes joués sur les cinq que comporte cette première saison. Sinon, toujours pas fini Final Fantasy Dimensions malgré 65h au compteur, mais je ne désespère pas d'en voir le bout. J'ai également terminé mon retour sur God of War HD, puis enfin tripatouillé du très bon Angry Birds Star Wars pour les petits moments de détente.

samedi 27 avril 2013

Mon jeu du moment: The Walking Dead - Saison 1


Adaptation dérivée de la bande dessinée à succès de Robert Kirkman et Charlie Adlard - j'en suis d'ailleurs au tome 11, d'la pure balle! - le jeu vidéo The Walking Dead des studios Telltale a été un incroyable succès critique et commercial de l'année 2012 qui vient enfin de débarquer dans mon salon. A l'approche d'une sortie boîte du titre (celui-ci étant préalablement publié en démat' et de manière épisodique), voici mon test de ce jeu qui n'a pas usurpé tous ces avis fort positifs.


Premier bon point: le scénario nous fait vivre les aventures inédites de survivants autres que ceux de la série (BD et TV), avec au premier plan un binôme composé de Lee et Clémentine, un prisonnier en cavale et la petite fille qu'il a recueilli au début des événements. D'autres personnages viennent alors se greffer autour d'eux, pour obtenir un premier groupe qui subira de nombreuses évolutions au fur et à mesure de notre avancée dans l'histoire; inévitablement, certains membres mourront et seront remplacés par d'autres rencontres. Il y est question de survie, de zombies, de vie en communauté, d'aventure au sens large avec un intérêt constamment relancé. Cette saison 1 est composée de cinq épisodes, et des nombreux choix auxquels nous sommes confrontés dépend la suite de nos péripéties.


En terme de gameplay, c'est relativement orienté point n'click avec les éléments du décor à passer au crible et à utiliser le cas échéant (la moindre icône peut avoir de l'importance). Des "énigmes" nous sont données à résoudre dans les moments de calme - comme ouvrir une porte sans attirer l'attention - ainsi que de bien nombreuses discussions aux choix de réponses multiples; lesquelles influent sur vos rapports au sein du groupe (prendre parti entre deux membres par exemple). Lors d'attaques de zombies, c'est au contraire une jouabilité basée sur les QTE qui prédomine, le tout étant brillamment mis en scène et s'enchaînant à la perfection.


Plaisir ô combien grand sur ce titre que personne n'attendait vraiment - les licences, d'habitude, c'est pas vraiment ça - et qui fourmille de belles idées comme la construction de notre propre histoire (pas la ligne directrice hein, mais tous les détails qui la façonnent). Le gameplay ne souffre en rien de ses différentes facettes, le scénar est vraiment bien fichu (avec un passage dans une ferme bien connue des fans dans le premier épisode), la ligne artistique immersive et l'ennui totalement absent grâce à des rebondissements bien amenés. Pour faire simple, les adeptes de la série adoreront, les fans de survival-horror et d'aventure aussi.

jeudi 25 avril 2013

Test: God of War


Le premier jeu mettant en scène le plus célèbre des spartiates date déjà de 2005 - et c'était bien sûr sur Playstation 2 - mais voila que je me suis finalement laissé tenter par une nouvelle partie sur sa version haute définition. Graphiquement tout simplement sublime, cette mouture intègre aussi les fameux trophées et la possibilité d'y jouer sur Vita via la lecture à distance, pour un plaisir de jeu toujours présent et un soft qui n'a pas pris une ride.


Revenons donc à l'histoire de God of War premier du nom et à Kratos son héros, un commandant de l'armée de Sparte qui conclut un pacte avec le dieu de la guerre Arès afin d'obtenir de grands pouvoirs, mais dû en subir de terribles conséquences. Arès décidant de défier ses pairs et marchant sur Athènes, les dieux demandent alors à son ancien disciple de s'opposer à lui; Kratos ivre de vengeance ne se faisant pas prier dans cette entreprise ô combien périlleuse. Récupérant des pouvoirs toujours plus grands de la part d'Athéna, Poséïdon ou encore Zeus, il part à la recherche de la boîte de Pandore dont le contenu pourrait détruire un dieu. Sur son chemin, des armées de démons, minotaures, méduses, chimères ou autres monstruosités antiques se dressent sur sa route de la mer Egée jusqu'aux Enfers et meurent dans un impitoyable bain de sang. Rien n'arrêtera Kratos dans sa quête.


Beaucoup d'action nous attend ici, une mise à l'épreuve de nos réflexes également, mais aussi une bonne dose de réflexion via des énigmes à nous mettre la cervelle en ébullition (les anneaux de Pandore, quel casse-tête!). L'évolution du perso et de ses pouvoirs se fait par l'acquisition de gemmes à transférer dans ses armes ou sa magie - plus de coups et de puissance - pour arriver à un combattant fichtrement fort et complet. Gameplay au petits oignons, fluidité impeccable, histoire prenante et visuellement beau comme un dieu, God of War reste un classique que tout possesseur de PS2 ou PS3 se doit de terminer un jour, et qui me prit un peu plus de 8h de jeu pour ma seconde partie.



mercredi 24 avril 2013

Cinéma Les gamins / Parker


Grosses blagues plus marrantes les unes que les autres, vannes à gogo et duo d'acteurs en top forme, Les gamins ne font pas forcément dans la dentelle mais nous font hurler de rire et c'est bien là l'essentiel. Une comédie bien de chez nous à voir entre potes, avec un super Chabat en beau papa idéal.

Voir un Statham, c'est rarement prendre des risques tant on sait à quoi s'attendre. Dans Parker, il est question de trahison, vengeance, braquages et baston, bref le manuel du parfait film de série B avec son lot d'incohérences qui nous régale forcément. En plus, comme la sauce prend bien, pourquoi se priver?

dimanche 21 avril 2013

La semaine du gamer


Tout en approchant du terme de Final Fantasy Dimensions (déjà 53h au compteur), j'ai continué les aventures de l'homme chauve-souris dans Lego Batman 2 DC Super Heroes, attaqué l'excellente version HD de God of War et enfin fait jouer logique et adresse sur Angry Birds Star Wars.

jeudi 18 avril 2013

Cinéma Les Profs / Tad l'explorateur


L'arrivée de la célèbre bande dessinée sur grand écran se fait via une libre adaptation signée Martin-Laval (Essaye-moi, King Guillaume), dont l'humour zéro vulgarité / gags détonants fonctionne une fois de plus parfaitement auprès du public. Les Profs sont barges et fichtrement attachants, les acteurs poilants et la bande à Boulard nous donnerait presque envie de repasser notre bac. Allez, tous au bahut!

Le film d'animation Tad l'explorateur pioche allègrement dans le registre aventures célèbres (Indiana Jones, Tomb Raider et Uncharted), et offre à son auditoire un bon moment d'action et de dépaysement en compagnie d'une troupe fort sympathique. Bémol cependant, il est plutôt adapté à un jeune public masculin - comprenez garçons de 7 à 12 ans - avec des méchants bien vilains et des gentils drôles et trognons; et un scénar qui tient la route mais sans grande originalité. Bien, mais on a vu mieux.

dimanche 14 avril 2013

La semaine du gamer


Peu de changements cette semaine avec encore et toujours mes deux RPG en cours (Final Fantasy Dimensions et Tales of Eternia), mais aussi un début de partie sur Lego Batman 2. Et pis c'est tout!

Cinéma Les Croods / Oblivion


Avant on avait les Pierrafeu, aujourd'hui il faut désormais composer avec Les Croods, le nouveau film d'animation signé Dreamworks mettant en scène une famille de caverneux face à un monde en changement. A la fois riche en aventures et extrêmement drôle (la grand-mère est impayable), parfaitement rythmé et adapté pour tous les publics, on a là une nouvelle pépite de studios dont le talent n'est plus à vanter.

Aventure S-F parfaitement menée par un Tom Cruise en bonne forme, Oblivion séduit d'emblée par son pitch - une Terre post-apocalyptique - et ses décors immenses symbole d'une planète à l'abandon. L'histoire se suit sans souci; même si on voit venir de loin certains coups de théâtre. Une valeur sûre d'un cinéma d'anticipation un peu rare ces dernier temps.

dimanche 7 avril 2013

La semaine du gamer


J'en étais presque à la fin, mais la difficulté de la bataille dans la neige de Brütal Legend m'a trop pris la tête et poussé à abandonner à regret un très bon jeu - ce qui est très rare chez moi. Sinon, j'ai achevé le mode Histoire de Resident Evil Opération Raccoon City, titre ma foi fort sympathique au final, et continue mes deux RPG en cours que sont Final Fantasy Dimensions et Tales of Eternia. Côté casual, il y eut du Angry Birds Star Wars, Candy Crush Saga et Joe Danger 2.

mardi 2 avril 2013

Mon jeu du moment: Resident Evil Opération Raccoon City


Passée de jeu de survie avec des munitions à compter et des ennemis à éviter au genre action à partir de son quatrième épisode, la série Resident Evil a perdu des fans en route et continue clairement sur cette voie malgré un Révélations un peu entre deux chaises. Avec Opération Raccoon City, c'est en plus un studio occidental qui s'occupe de la franchise et une orientation multijoueurs qui y est mise en avant, et donc fatalement de grandes interrogations quant à la qualité du produit entre nos mains. Et une bonne surprise au final.


Et oui, le titre a rapidement dissipé mes doutes grâce à son gameplay bien calibré et une mise en scène plus qu'agréable, ainsi que des compagnons gérés par une i.a. aux réactions logiques et réactives. C'est bien évidemment encore meilleur avec de vrais joueurs à nos côtés, mais il est important de souligner l'effort fait à ce niveau en solo quand les serveurs sont vides de partenaires. Sept missions (plus une autre téléchargeable gratuitement) nous sont proposées en mode histoire - équipe de 4 joueurs, i.a. ou réels, pouvant nous rejoindre à tout moment - pour environ une heure de jeu sur chacune, ainsi que divers modes en multi: Versus (deux groupes armés s'affrontent, les zombies venant pimenter tout ça), Capture de drapeaux (avec des antidotes en lieu et place des drapeaux), Survie (il n'en restera qu'un!) etc etc.


L'histoire se tient lors des événements de Raccoon City, et met en avant un groupe d'intervention d'Umbrella (Wolfpack) dont la mission principale est de détruire toutes preuves des activités de son employeur, et ce en plusieurs lieux de la ville: rues, commissariat, mairie, labos... Ces soldats seront confrontés bien évidemment au bestiaire de la série - zombies, lickers, hunters, tyrans - mais également à des ennemis bien vivants avec les Spec Ops de l'armée américaine à l'arsenal bien garni. On apprécie également de retrouver en cours d'aventure des personnages phares de Resident Evil 2 et 3 (Ada ou Léon par exemple). Plusieurs documents sont disséminés dans les niveaux, lesquels vous octroient des points d'expérience qui servent alors à acheter de nouvelles armes pour nos combattants ou leur débloquer des capacités spéciales; une personnalisation assez poussée et différente pour chacun de nos six héros. Par ailleurs, nous choisissons avant chaque mission nos quatre persos sur les six disponibles, aux capacités variées.


J'ai vu des tests pas très élogieux de ce jeu, pourtant je m'amuse plutôt beaucoup à dégommer des hordes de monstres en compagnie de ces guerriers armés jusqu'aux dents dans un trip action assumé de part en part. Une vraie bonne surprise pour moi qui l'ai lancé un peu à reculons, tant en solo qu'à plusieurs.