lundi 7 janvier 2013

Une vie de Poisseman


La voiture maudite

Ah, partir avec un pote récupérer sa nouvelle bagnole, voila un trip simple d'ordinaire mais qui en compagnie de Poisseman s'avère en fait bien plus contraignant. Et pourtant, quand on m'appelle à l'aide, je réponds présent; en l'occurrence partir à une voiture jusqu'au vendeur puis en revenir à deux, le tout normalement bouclé en moins d'une heure. Cependant...

Tous papiers en mains, nous nous rendons alors jusqu'au domicile du vendeur à une bonne trentaine de kilomètres de là - nous nous y étions rendus quelques jours plus tôt pour visiter le véhicule - avec l'intention de ne pas nous y attarder, échangeant le chèque de banque contre les clés et documents de la voiture. Vite fait, bien fait. Ou presque, puisque un bon quart d'heure après en être reparti (à deux bagnoles donc, vous suivez), mon pote reçoit un coup de fil lui demandant de revenir presto à cause d'une erreur sur le chèque. Demi-tour donc, visage fermé empli d'interrogations, avant de comprendre l'origine de l'appel: le chèque de banque est émis à l'ordre de... mon pote!!! Et oui, la banque s'est complètement plantée en éditant un chèque de 5500€ d'une personne à elle-même (du grand n'importe quoi), et ni le banquier, ni l'acheteur, ni le vendeur (au moment de l'échange) ne s'en est aperçu. Bravo les gars!

Retour donc dans ma caisse en direction de la banque, espérant la trouver encore ouverte (il se fait tard) et capable de nous refaire un chèque conforme rapidement. Un peu - beaucoup - d'attente mais au final on repart de là avec le précieux sésame en main, la banque nous rassurant que le chèque ne sera payé qu'une seule fois (manquerait plus que ça) car un chèque de banque à soi-même est gratuit!!! La banque? LA POSTE! Comme disait Dany Boon: "il y a des gens qui ont un compte en banque à La Poste. Des masochistes!" Et là, tout est dit.

Nouveau trajet pour rerécupérer la voiture, étude cette fois-ci attentive du petit papier par le vendeur, affaire conclue... ou presque. Oui, tellement heureux d'en avoir terminé, ce cher monsieur est reparti chez lui avec le chèque ET les clés. Voiture garée - et immobilisée - devant une sortie de garage d'entreprise, laquelle comme par hasard s'ouvre à ce moment là, moi en train de courir et faisant signe au vendeur au moment où celui-ci entre dans l'ascenseur de son immeuble; ouf, il m'a vu. Clés en mains, je repars vers mon pote et sa bagnole qui gêne tout le monde, puis nous décampons de là au plus vite. Début de la galère: 14h30. Fin: 19h30. VDP

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire