lundi 19 novembre 2012

Mon jeu du moment: Silent Hill Book of Memories


Ah, Silent Hill, la ville à l'épais brouillard et aux démons, synonyme de flippe et d'histoires tourmentées, arrive dans un nouvel épisode portable. Forcément, je suis jouasse et me demande ce que ma PSVita va bien pouvoir me procurer comme sensations, gros fana de la série que je suis. Je m'attendais à quelque chose de classique, mais l'orientation du titre est ici bien différente.

Vous voulez avoir peur? Raté! Visiter la sacro-sainte bourgade de l'horreur? Encore loupé! Fuir vos ennemis à toutes jambes? Toujours pas! Non, ce nouveau Silent Hill se la joue à fond action, avec sa vue de dessus et ses divers lieux séparés par des couloirs, et fait plutôt penser dans son genre à Diablo qu'à ses nombreux prédécesseurs. Un scénar faiblard au service d'un hack'n slash pas mal basé sur le multijoueurs, c'est clair que je ne m'attendais pas à cela avec ce livre des souvenirs.


Du côté de l'histoire, on interprète un personnage - que l'on confectionne de toutes parts - qui reçoit d'un étrange facteur (vu dans Downpour) un vieux grimoire le jour de son anniversaire. A sa lecture, il se rend compte que les moindres détails de sa vie y sont notifiés, bien trop précis pour n'être qu'une simple blague. Le soir même, il se retrouve hanté par des cauchemars, dans un monde d'horreur peuplé de macabres créatures. Bienvenue à Silent Hill, dans des songes qui réécriront peut-être votre vie.


Le jeu se retrouve divisé en de nombreux chapitres, eux mêmes découpés par zones, chacune étant composée d'une multitude de salles, séparées par de simples couloirs. Objectif de chaque zone: récolter les pièces de puzzle qui s'y cachent afin d'accéder à l'ascenseur nous propulsant alors au niveau suivant. Mais pour ce faire, il vous faudra visiter chaque lieu présent, terrasser vos ennemis, récupérer des documents, faire attention à votre santé et à l'état de vos armes (qui se dégradent jusqu'à casser). Chaque zone dispose également d'un magasin - vous y retrouvez le facteur avec des artefacts à vendre -, d'une salle de sauvegarde et d'une salle mystère, et se termine avec une énigme du genre "placer le bon pion au bon endroit". La difficulté est relativement élevée, et le game over vous renvoie instantanément à la dernière sauvegarde enregistrée.


De l'action vous attend donc, et vous allez devoir bien vite assimiler quelle type d'arme est efficace contre quel ennemi (ex: user d'un tuyau en acier pour se débarrasser rapidement des infirmières). Les armes se récupèrent dans des meubles ou bien sur certains adversaires défaits, et donc se brisent après trop d'utilisations; il est toutefois néanmoins possible de les réparer avec l'item adéquat (à trouver ou acheter). Les joutes se font de manière assez bourrine avec système de combo et coups spéciaux à apprendre sur la durée, et votre personnage évolue en niveaux comme dans un RPG, avec amélioration des stats et du nombre d'objets à transporter. Une jauge de pouvoir se remplie également (deux côtés: ténèbres ou lumière) et vous permet d'utiliser des attaques magiques spéciales usant du pavé tactile arrière de la Vita.


La difficulté du titre étant quand même bien corsée (à partir de la zone 5 j'ai vraiment commencé à voir du Game Over), nous avons droit à un mode multijoueurs permettant à quatre personnes de taper ensemble les zones du jeu, et forcément c'est un poil plus simple qu'en solitaire. Par contre, faut les trouver les autres joueurs...



Pour conclure, ce Silent Hill possède un gameplay facile à appréhender, une bonne ambiance (la musique est toujours dans le ton) et donne au joueur envie de découvrir chaque lieu qui s'y trouve et ses secrets (de nombreuses notes informatives sont disséminées ici et là). Le côté dérangé de la série est bien présent tout comme son bestiaire, mais cette approche si différente - action, découpage en zones, vue isométrique - ne plaira certainement pas à tout le monde. Et sa difficulté d'un autre temps aura raison des moins téméraires ou de ceux qui ne peuvent pas la parcourir avec leurs amis. Bref, un titre bon mais qui pouvait mieux faire et dont le public visé - plutôt hardcore gamer - n'est pas forcément celui qu'on aurait cru.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire