jeudi 8 novembre 2012

Mon jeu du moment: Manhunt 2



Bien que décrié pour son ultra-violence, le premier Manhunt fut pour moi un excellent moment dans le genre du jeu d'infiltration. Et oui, cet ersatz du film The Running Man (Schwarzy, les 80's, tout ça) demandait au joueur de survivre dans une jungle urbaine au sein d'un sanglant jeu de télé-réalité, et tous les moyens étaient bons pour parvenir à nos fins; rester dans l'ombre et passer inaperçu ou bien éliminer nos ennemis et cacher les corps, dans le but d'accéder à la zone suivante. Pas vraiment de scénar ici mais une ambiance survival assumée et réussie dans ce titre de Rockstar Games sorti en 2004 sur PS2, Xbox et PC.


C'est donc sur sa suite que je suis actuellement en train de jouer, quatre bonnes années après sa parution. Une nouvelle histoire nous est proposée, plus élaborée mais également plus orientée action, dans laquelle notre héros à la mémoire défaillante, interne dans un asile, se voit offrir la voie de la liberté quand les portes des cellules s'ouvrent bien étrangement. Une émeute a alors lieu, les gardes étant rapidement submergés et mis à mort, les lieux maîtrisés par nos anciens codétenus pas très sympathiques au demeurant, nous laissant seul contre une armada de psychopathes en vadrouille. Pour s'échapper, on longe les murs, fait diversion (jet de bouteille), reste dans l'ombre et tue sans vergogne ceux qui nous bloquent le chemin au moyen d'outils disposés ici et là (sac en plastique, tournevis, batte de baseball, verre brisé). Les chapitres suivants du jeu nous emmènent en ville à la recherche des souvenirs de notre perso, victime d'une expérience dérangeante nommée Le Projet.


Dérangeant, c'est bien le terme adéquat à ce Manhunt 2 qui se veut extrêmement gore et agressif. C'est une surenchère de malaises qui nous est donnée là, avec ses séquences d'assassinats furtifs mais saignants (avec trois niveaux de meurtre), ses tueries uniques et événementielles, ses têtes qui explosent, le grain à l'écran style vieille caméra-vidéo. A noter que si les premières heures de jeu nous demandent de rester discrets, les suivantes nous voient utiliser des armes à feu pour un rendu bien plus action et de véritables carnages; ce que je trouve au final assez dommage. Le scénario a lui un air de déjà-vu, mais reste tout à fait correct et finalement bien amené. En bref, le titre de Rockstar London - dispo sur PSP, PS2, Wii et PC - n'est certes pas à mettre en toutes les mains, mais s'avère une agréable aventure qui aurait mérité de rester entièrement au service de l'infiltration. Inférieur au premier opus, mais bon jeu malgré tout.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire