mercredi 31 octobre 2012

Wizardry Online, la bêta est lancée



Les joueurs qui se sont inscrits afin de tester la bêta fermée de Wizardry Online - enregistrement toujours accessible ici - peuvent désormais fouler les terres de l'un des précurseurs du RPG (le premier Wizardry date de 1981). Cette nouvelle itération nous embarque désormais dans le monde concurrentiel des MMORPG, et sera même disponible en free-to-play. Pas de date de sortie définitive cependant.

mardi 30 octobre 2012

C'est officiel, GTA V déboulera au printemps 2013!


Après les fuites de ces dernières heures, Rockstar Games a décidé d'officialiser la sortie du jeu le plus attendu de l'année 2013 pour la période du printemps sur Playstation 3 et Xbox 360, et même ouvert à la réservation dès le 5 novembre prochain.

C'est donc à Los Santos que se dérouleront nos nouvelles aventures de gangster, une ville plus grande que toutes celles visitées jusqu'à présent - on pourrait même en visiter ses environs. Avec toujours le talentueux studio de Rockstar North aux commandes, voici donc un nouveau et alléchant trailer de GTA V:



La chasse aux dinos est ouverte avec Primal Carnage



C'est hier qu'est sorti sur PC - et en téléchargement uniquement - ce FPS multijoueurs de Lukewarm Media et Reverb Publishing opposant humains et dinosaures. Vous pouvez y incarner l'un ou l'autre des deux camps, sachant que les mecs surarmés se la jouent classiquement à la première personne, alors que du côté des carnivores c'est la vue à la troisième qui est de mise. Dix classes sont disponibles dans le jeu (2 x 5) pour cinq environnements d'affrontements violents. Qui est la proie, qui est le prédateur?



Primal Carnage est disponible sur Steam, GameStop, ou encore sur le site officiel au tarif de 13,99€.

lundi 29 octobre 2012

Mon jeu du moment: Shadows of the Damned


D'un côté, Suda 51, réalisateur de No More Heroes, Lollipop Chainsaw ou encore du génialissime Killer 7. De l'autre, Shinji Mikami, créateur de Resident Evil 1 et 4, God Hand, Dino Crisis et Vanquish. Au milieu, Akira Yamaoka, compositeur des ziks dérangeantes de Silent Hill. Le tout nous donne un jeu d'action complètement frappadingue du nom de Shadows of the Damned, sorti en 2011 sur PS3 et 360.


Nous y incarnons Garcia Hotspur, chasseur de démons de son état dont la classe égale sans discuter celle d'un certain Dante. Son accent hispanique et l'humour de ses propos nous font vite aimer incarner ce personnage atypique, ce bad boy de l'enfer parti chercher sa copine qui a été - je vous le donne dans le mille! - enlevée par le roi des démons. Une progression en niveaux nous est alors proposée, dans laquelle les balles fusent et les monstres tombent à nos pieds, où de nombreux boss (aux points faibles à découvrir) vont tenter de nous arrêter.


Fun. Voilà ce que l'on ressent en prenant en main notre héros à l'artillerie lourde qui n'aura de cesse de rechercher sa bien-aimé, parcourant alors de nombreux lieux (ville, forêt, marais...) en compagnie de Johnson, le crâne causant qui lui sert à la fois de torche et d'armes à feu; celles-ci grandiront d'ailleurs en puissance au fil de l'aventure. Garcia peut repousser ses ennemis, les ralentir quelques secondes et donc flinguer à tout-va (les munitions ne sont pas vraiment un problème), mais ne sait par contre pas sauter. Le jeu ne possède pas d'énigme mais recèle de coins cachés qu'il est intéressant de dépouiller, nous apportant parfois des rubis rouges servant à l'évolution du perso et de son équipement. Ces rubis s'obtiennent également en les échangeant contre des pierres blanches (obtenues sur les ennemis vaincus) et nous permettent alors d'augmenter notre jauge de vie, force de frappe, temps de rechargement, etc.


C'est pas compliqué, on a là du pur Suda 51 avec son action frénétique, son humour décapant et une bande-son magistrale. Riche en bonnes idées, à l'ambiance excellente et assez joli à regarder, ce voyage en enfer se prend sans souci en compagnie de l'ami Garcia, perso encore une fois très réussi dans la ligné de Travis Touchdown. Le trip est grand, j'adore, et pis c'est tout!

dimanche 28 octobre 2012

La semaine du gamer


Cette semaine, la visite du monde des démons de Shadows of the Damned a été l'occasion de taper du monstre avec énormément de fun en compagnie de l'hilarant Garcia Hotspur, sorti de l'imaginaire débridé des deux génies que sont Suda 51 et Shinji Mikami. J'ai également monté un business de gangster dans l'excellent GTA Vice City Stories, et tapé dans le ballon sur un FIFA 13 de grande qualité.

samedi 27 octobre 2012

Présentation de quatre jeux distribués par Aeria Games


Il y a quelques jours, le distributeur spécialisé dans les jeux PC et tablettes Free-to-play m'a fait l'honneur d'une présentation de plusieurs titres de son catalogue déjà sortis et à venir. Entre le MMORPG, le FPS et la collecte de cartes à jouer, il y avait de quoi regarder de tous côtés.


A.V.A. (Aliance of Valiant Arms)

Ce jeu de tir à la première personne du studio Sud-Coréen Red Duck est disponible depuis début 2012 sur PC et met en ligne des confrontations alliant jusque 16 joueurs, lesquels incarnent des combattants modernes dans l'impitoyable guerre opposant l'Union Européenne et la Nouvelle Fédération Russe. Trois classes vous sont proposées (fantassin, artilleur et sniper) ainsi qu'une personnalisation poussée de votre avatar et de son armement, lequel est customisable à la pièce près (canon, chargeur, grip...). Les modes de jeu sont à la fois classiques - PvP, capture de drapeau, attaque/défense - et désignés en missions, tel l'escorte d'un char par exemple. Les mises à jour du soft se font régulières, et des events quotidiens ont par ailleurs lieu. A noter enfin que l'utilisation du moteur Unreal Engine 3 donne à ce jeu gratuit une bien belle allure.




DK Online

Prévu pour début 2013 sur PC en notre territoire (fin 2012 au States), ce MMORPG venant de Corée du Sud s'annonce déjà passionnant pour les amateurs du genre. Au programme, quatre races disponibles pour autant de classes, des avatars fortement personnalisables, trois types de quêtes à effectuer (accessibles à tous, liées à une race, exclusives aux guildes), la possibilité pour notre perso de se transformer en monstre (une fois ceux-ci vaincus), ce qui influe alors sur ses caractéristiques, capacités, points de vie... voire de passer carrément inaperçu parmi les "siens". Le poids de notre équipement influe sur les déplacements - comme dans The Elder Scrolls en fait - et l'on aura alors la possibilité de revendre nos armes telles quelles ou de les dissocier, ce qui nous rapportera des matières premières utiles à la construction/prospérité de notre ville construite par la guilde que l'on aura rejoint. Le jeu tire son originalité de par son côté politique, car un système de hiérarchie y est mis en place et peut à tout moment être renversé. De manière hebdomadaire, des attaques de villes/châteaux auront lieu pour des batailles de guilde contre guilde qui s'annoncent dantesques; il est d'ailleurs tout à fait envisageable d'établir des alliances afin de bouter un tyran hors de son royaume. Dragon Knights Online est actuellement en phase de traduction française.




Divina

L'autre meuporg présenté affiche quant à lui un style manga ultra coloré et des persos mimi comme tout encore une fois customisables à envie, tout comme d'ailleurs les familiers qui nous accompagneront durant l'aventure. Une fois vaincu, le monstre est dressé et combattra à nos côtés, et pourra bien évidemment évoluer à son tour. Vingt-cinq classes nous seront proposées ainsi qu'une totale liberté sur la gestion de notre arbre de compétences (magie, force, vie...), des déplacements automatiques bien gérés seront de la partie - idéal pour éviter des combats non-souhaités - bref, tout le toutim d'un bon MMO s'offre à nous avec ses guildes à rejoindre, ses villages à créer et gérer, ses monstres à occire. Le jeu développé à Taïwan est attendu pour fin novembre sur PC dans l'hexagone, et une vf est d'ores et déjà en cours de préparation.




Monster Paradise

C'est sur iOS - et bientôt Androïd - que la chasse aux monstres a été lancée le mois dernier pour un bien joli succès commercial. Les collectionneurs de cartes peuvent vadrouiller sur 60 mondes pour plus de 180 quêtes, affronter d'autres dresseurs ou au contraire s'allier à eux afin de capturer l'un des 500 monstres disponibles dans le soft. Là encore, c'est gratuit et est annoncé comme bien addictif (avec ses cartes à fusionner), alors pourquoi ne pas s'y essayer?



Je ne connaissais pas vraiment Aeria Games et ai été agréablement surpris des produits venus d'Asie qu'il publie en Occident, ayant également au sortir de ces présentations une bien meilleure vision - et opinion - du fameux modèle économique Free-to-play. Des jeux de qualité pour ce tarif-là, c'est bon, non?

vendredi 26 octobre 2012

Cinéma Astérix et Obélix: Au Service de sa Majesté / Le Jour des Corneilles


N'y allons pas par quatre chemins: le nouvel Astérix est à peine meilleur que le précédent (qui était difficile à faire pire il est vrai), la faute à un trop grand décalage entre l'humour du film - pas très fin, merci Edouard Baer - et des albums. L'autre défaut flagrant est un manque de rythme général, d'action, et passons sous silence l'apparition des Normands qui ne servent clairement à rien. On s'amuse à de rares moments et ne reconnaît pas les aventures des irréductibles Gaulois. Dommage, j'y croyais pourtant.

Le film d'animation à la française n'a décidément rien à envier à ses amis nippons avec pour dernière preuve Le Jour des Corneilles, son esthétique magnifique et son histoire faite de sentiments profonds. On rit, on réfléchit, on s'émeut pour ce petit garçon qui découvre la ville, mais surtout on quitte la salle bien trop vite à notre goût. Un beau film, pour petits et grands; et une préférence de très loin au moustachu du dessus.

jeudi 25 octobre 2012

2007 - Mon année de joueur


C'était il y a cinq ans, une nouvelle génération de consoles de salon débarquait mais la vieillissante Playstation 2 avait encore son mot à dire, alors que les portables PSP/DS regorgeaient aussi de jolis titres. Les raisons de cette belle année 2007, les voila:

10/ Final Fantasy XII

Le plus long des FF (125h pour le finir à donf, ou presque) nous donna une belle liberté dans un monde d'Ivalice envoûtant et attachant. Malgré ses héros bidons - Penelo et Vaan en tête - c'était un vrai plaisir d'en parcourir les divers lieux le composant.


9/ Tomb Raider Anniversary

Crystal Dynamics effectue un remake extrêmement réussi des premières aventures de Lara Croft, y ajoutant un gameplay salué par tous. On replonge sans se faire prier du Pérou en Atlantide à la recherche du Scion.


8/ The Legend of Zelda: Phantom Hourglass

Le premier Zelda de la DS fait suite directe à Windwaker et en reprend même le design 3D. Les phases en bateau y sont plus agréables, l'action toujours omniprésente et son donjon principal restera un casse-tête qui en aura énervé plus d'un.


7/ Rogue Galaxy

Les petits gars de Level 5 nous offrent ici une odyssée galactique toute inédite mais reprenant pas mal de leurs travaux sur Draque, pour le plus grand plaisir des amateurs de RPG. L'un des meilleurs de la PS2.


6/ God of War 2

Kratos revient se confronter aux dieux et met le paquet d'hémoglobine dans ses assauts, perfectionnant un premier opus sur le peu qu'il pouvait l'être. Interpréter le fantôme de Sparte est toujours un bonheur sournois.


5/ Uncharted: Drake's Fortune

Un nouveau héros est né sous la houlette du studio Naughty Dog: Nathan Drake. Beaucoup d'action, de l'humour, une histoire sans temps mort, une maniabilité au poil; la naissance d'une grande série venait d'avoir lieu.


4/ Mass Effect

Space opéra d'envergure nous faisant voyager à travers les étoiles, à la fois jeu de rôle et d'action, mettant en scène le commandant Shepard et son équipage affrontant une invasion extra-galactique: le Star Wars du jeu vidéo que j'ai testé ici.



3/ Phoenix Wright: Justice for All

Le deuxième épisode de la saga judiciaire qui fait bouillir nos neurones est encore une fois de très grande qualité, avec ses persos déjantés et ses enquêtes de l'impossible. Ta ta tin-ta ta tin-ta ta tinnn.


2/ Assassin's Creed

Ah, le plaisir de jouer un assassin au temps des croisades, de se balader librement dans son Royaume ou de visiter les splendides villes qui l'y attendent. Techniquement bluffant à l'époque, à l'histoire réfléchie et au héros charismatique: là aussi une grande série avait vu le jour.


1/ Okami

Le Zelda de Capcom - Hideki Kamiya / Clover - meilleur que tous les derniers "vrais" Zelda made by Nintendo, c'est une réalité avec la déesse Amaterasu et son sauvetage d'un monde onirique à l'esthétique qui lui est propre. C'est beau, c'est jouable, c'est passionnant, ça reprend tous les codes de son modèle mais en tellement mieux. Un tableau vivant véritable machine à rêver que le créateur de Devil may Cry nous a offert sans modération.

mercredi 24 octobre 2012

GTA V en une image


Un artwork et pis c'est tout, mais c'est déjà pas mal hein! Bref, tout ça pour nous rappeler que le jeu le plus attendu de 2013 ne devrait plus tarder à faire parler de lui pour de vrai... donc en attendant que ces messieurs de Rockstar veuillent bien nous en dire plus sur notre nouveau héros et son environnement, on va juste contempler cette illustration et essayer d'en deviner ses indices cachés.

Mon jeu du moment: GTA Vice City Stories



Ah, GTA, série mythique sur laquelle j'ai déjà passé tant d'heures à jouer les gros durs au bon coeur (ou pas) et dont certains épisodes me sont encore inconnus. Car oui, si j'ai vadrouillé dans Liberty City avec bonheur - GTA III, GTA IV, LC Stories, Chinatown Wars, The Lost and Damned et The Ballad of Gay Tony - les autres villes parcourues de la licence m'ont étrangement toujours échappé. C'est donc avec un intérêt redoublé que je suis parti dans la Floride des années 80 en compagnie d'un certain Vice City Stories.


Le héros incarné ici se nomme Vic Vance, et n'est pas du tout un hors-la-loi au premier abord: il est au contraire militaire fraîchement arrivé en base à Vice City. Malheureusement pour lui, un supérieur manipulateur grillera bien vite ses chances de promotion et Vic se retrouve rapidement à la rue, sans travail ni foyer. Pensant à son frère malade dont il est le seul à pouvoir subvenir aux besoins financiers que requiert les frais médicaux, notre nouveau héros ne peut qu'accepter les petits boulots pas très légaux qui se présentent à lui et intègre bon gré-mal gré un monde fait de violence, trahisons et combats de gangs.


La ville de Vice City est la même que celle parcourue sur l'épisode de salon, donc toujours bien grande à arpenter. Les missions de Vic s'enchaînent avec brio et un certain nombre d'à-côtés viennent pimenter le gameplay: si on a toujours droit aux missions taxi, ambulance ou police tout comme aux séquences carnage, on découvre ici un stand de tir pour améliorer notre visée. Mais l'ajout le plus addictif sera quant à lui la montée en puissance de Vic au milieu de la pègre de la ville, améliorant l'impact de son Empire et se confrontant aux parties adverses: construction de bâtiments, gestion de la prostitution, trafic de drogue... Et oui, Vic Vance saura se faire à l'idée d'être sorti du droit chemin!



Le scénario du jeu nous confronte donc à des persos tous plus barrés les uns que les autres (du pur Rockstar), dans un décor de carte postale. De l'action à gogo, de belles bagnoles, des problèmes familiaux, un business à faire prospecter, un héros attachant et des persos secondaires toujours aussi déjantés: GTA Vice City Stories, sorti en 2006 sur PSP (et l'année suivante sur PS2) est un sacré bon jeu qui vieilli très bien. 

mardi 23 octobre 2012

Gunblade Saga présenté en vidéo



Le MMORPG free-to-play de l'éditeur russe Mail.Ru Games basé sur la bande dessinée made in Hong Kong «Chinese Hero: Tales of the Blood Sword» est disponible depuis le mois dernier en téléchargement ici. Explorez un vaste monde avec vos compagnons de route et participez à plus de 600 quêtes dans ce Gunblade Saga qui n'attend que vous.



Le nouveau spectacle de Bigard est encore une fois d'un excellent cru


L'humoriste vulgaire de notre cher patrimoine s'en donne à coeur joie avec son dernier spectacle, le neuvième de sa carrière commencée il y a près de 30 ans, et sobrement intitulé N°9 de Bigard. Comme chacun de ses shows, celui-ci se présente sur un thème précis - on eu droit par le passé à la psychologie ou la sexualité chez les animaux - qui tourne alors sur le temps. Passé, présent et futur sont donc les mots magiques et fils rouges d'une soirée où chacun peut rire aux éclats sans se cacher, car le tout est saupoudré de sauce maison un peu couillue.


Comme d'hab, Jean-Marie fait intervenir le public tout au long de son spectacle vivant, que ce soit par des questions ou un passage sur scène de la salope du jour. Le rythme est super soutenu, et les 1h25 passent extrêmement bien; pas trop court, pas trop long (CMB). Et après de nombreux sketchs mettant en scène un balais à chiottes, un rêve ou encore une horloge dans un avion, le tout se termine en chanson paillarde; un truc qui reste longtemps en tête. Bref, ce spectacle est un vrai concentré de bonne humeur, actuellement au palais des glaces puis en tournée dès janvier: allez-y!

lundi 22 octobre 2012

Le film Assassin's Creed serait-il enfin en bonne voie?



C'est en tout cas ce que nous laisse penser Ubisoft en affirmant aujourd'hui qu'un partenariat a été trouvé entre sa filiale cinéma (Ubisoft Motion Pictures, créée en mars 2011) et le studio de production américain New Regency (Daredevil, Night and Day, Une Virée en Enfer, Haute Voltige...), ainsi qu'un premier accord de l'acteur Michael Fassbender (Prometheus, X-Men: Le Commencement, Inglourious Basterds). On peut donc espérer que la machine se lance enfin et que d'autres noms viennent s'ajouter au casting d'un projet forcément intéressant mais qui ne donne pas vraiment droit à l'erreur.


Actuellement, Ubisoft Motion Pictures est déjà bien occupé par la création de la série animée Lapins Crétins, ainsi que des longs métrages dans les univers de Splinter Cell et Ghost Recon. Bref, wait and see; en attendant plus d'infos là-dessus.