dimanche 30 septembre 2012

La semaine du gamer


Du neuf et du vieux cette semaine, avec la continuité de mon périple dans les mondes endormis de Kingdom Hearts 3D et des régions macabres de Red Dead Redemption Undead Nightmare, puis le commencement d'une longue carrière dors et déjà mal engagée sur Fifa 13 ainsi que la reconquête d'un royaume aux mains de vilains monstres dans New Little King's Story. Trop de choses à faire, vraiment trop...

vendredi 28 septembre 2012

Mon jeu du moment: Les cauchemars d'outre-tombe


Jeu phare de l'année 2010, Red Dead Redemption - le GTA au far-west de Rockstar San Diego - s'est doté quelques mois plus tard d'un spin-off mettant en scène l'ami John Marston dans un monde désormais aux mains des zombies. J'ai adoré le titre original, j'aime les zombies: ça me paraît bien parti pour celui-ci.


On garde le monde et le moteur créé pour RDR, et à la manière des épisodes de GTA IV celui-ci se trouve ouvert dans son intégralité dès le début de l'aventure. Celle-ci débute dans le ranch familial du cow-boy qui reçoit en pleine nuit la visite de tonton laissé au saloon dans la soirée, et qui les attaque la bave aux lèvres et les yeux globuleux. D'autres zombies font irruption dans la propriété (dégommés à coup de fusil dans la tronche), la femme et le fils de John sont infectés, celui-ci partant alors en quête d'un médecin dans un monde qu'il découvre apocalyptique.


Le vaste territoire américano-mexicain du jeu initial se retrouve dans son intégralité dans ces cauchemars, mais son ambiance a elle énormément changé avec des hordes de morts-vivants sur les routes et dans les villes. L'action prend le pas sur tout le reste, et pas question de réfléchir ou de se planquer lorsque l'on est attaqué: on tire au plus vite (et dans la tête), ou on se barre! Le déroulement du jeu reste similaire aux autres titres en monde ouvert avec une quête principale et des optionnelles, mais ici pas de mini-jeux pour vous relaxer de temps à autre: fini les parties de poker ou jeu du fer à cheval, les rares survivants en ces terres désolées se planquent chez eux et n'ont pas le coeur à s'amuser. L'exploration est toujours de la partie avec de nouvelles villes à visiter (enfin, nouvelles si vous n'avez pas joué à RDR, hein!) qui vous demanderont un coup de main - ou plutôt de fusil - afin de les rendre à nouveau habitables. Chacune des villes protégées devient une habitation possible pour John, avec sauvegarde et trajet express débloqué vers d'autres lieux.


L'ambiance de fin du monde que l'on ressent en jouant à ce titre est vraiment imposante, on a réellement l'impression d'en être le seul survivant (ou presque). Les dialogues se font forcément plus rares mais n'en sont pas moins savoureux et pour la plupart bien barrés. Les développeurs nous ont sortis ici un jeu qui s'éloigne du sérieux de son prédécesseur, à la fois parodique et gore, mettant en scène par exemple des yétis ou les chevaux de l'apocalypse (je chevauche d'ailleurs Guerre le cheval de feu). Tous les persos de RDR font partie de l'aventure, même ceux qui y étaient décédés; c'est un spin-off, pas une suite. La durée de vie est elle bien moins grande approchant les 15h, ce qui est tout de même franchement raisonnable. Moins complet que son aîné et plus orienté action qu'aventure, ces Cauchemars d'outre-tombe sont cependant un excellent soft d'un studio qui n'a plus rien à prouver, trippant, drôle et saignant à la fois. La chasse aux zombies est ouverte!



jeudi 27 septembre 2012

On se lèche les babines devant une nouvelle vidéo d'Assassin's Creed III


Rien à dire, y'a qu'à mater.



De plus, Ubisoft nous informe de la disponibilité d'une démo de Marvel Avengers: Battle for Earth sur Xbox 360 Kinect dans laquelle on pourra manier les superhéros Hulk et Thor, le jeu sortant sur cette machine le 8 novembre prochain, puis plus tard sur Wii U.

Ramenez vos guitares, Rocksmith est de sortie



A tous ceux qui ont fait le tour des jeux musicaux avec accessoires en plastoc et touches colorées, à tous ceux aussi qui ne voient la zik qu'avec une vraie gratte entre les mains, à tous ceux enfin qui veulent apprendre à jouer réellement de la guitare: aujourd'hui signe l'arrivée dans nos salons (sur PS3 et 360, le 18/10 sur PC) de Rocksmith, le jeu de "vraie" guitare électrique - et basse - de chez Ubisoft. Au programme, 50 morceaux vous sont proposés parmi lesquels se retrouvent David Bowie, les Rolling Stones, Eric Clapton ou encore Lenny Kravitz; en attendant de futurs DLC. Y'en a qui vont énerver leurs voisins!




mercredi 26 septembre 2012

Les sagas du jeu vidéo par Console Syndrome: Assassin's Creed


Bon d'accord, le bouquin n'est plus tout récent (novembre 2010) mais comme je ne me le suis procuré que lors de la dernière Japan expo en juillet dernier ce n'est que maintenant que je vais en discuter. Il s'agit donc du premier numéro de la série Les sagas du jeu vidéo aux éditions Console Syndrome, traitant des aventures de Desmond Miles et de ses ancêtres jusque Brotherhood, et c'est ma foi plutôt bien fichu.

Réalisé avec l'autorisation de droits d'Ubisoft, le livre de 228 pages se trouve illustré de nombreuses images - scènes de jeu, de vidéos ou artworks - fort agréables à sa lecture. Il se divise en trois gros chapitres: Création, qui s'intéresse à chacun des jeux sortis alors (AC, Bloodlines, Altaïr's Chronicles, AC II, Discovery et Brotherhood, mais donc pas Revelations), Univers qui se porte lui sur le background de la saga, ses personnages et inspirations historiques, et enfin Décryptage qui montre son évolution depuis le premier opus, ses influences venues du jeu vidéo et des séries télévisées, le traitement de ses héros.

Un ouvrage fort intéressant et facile à lire, dont le seul défaut est peut-être d'avoir été écrit alors que la saga Assassin's Creed n'est pas encore - et visiblement loin - d'être terminée. Mais sinon, et bien, c'est du tout bon, et ça rentre dans ma bibliothèque au rayon "je transmettrai en héritage" à mon prochain. Aux côtés d'autres oeuvres majeures comme Metal Gear, Zelda, Mario ou encore Final Fantasy VII.

mardi 25 septembre 2012

Sam Fisher ne se fait pas oublier dans un trailer immersif



Il envoie du lourd le nouveau trailer de Splinter Cell Blacklist, avec son intrigue désormais dévoilée (un épisode typé espionnage comme le furent les trois premiers) et des phases de gameplay impressionnantes. L'infiltration est de retour donc - ce qui n'empêchera pas des séquences d'action comme on peut le voir - et le soft bénéficie d'une réalisation magnifique. Bon, ben c'est que je l'attends à fond celui-là; déjà qu'à l'E3 il m'avait bien épaté. Sortie prévue en mars prochain sur Xbox 360, Playstation 3 et PC.



Ah oui Mr Ubisoft: peut-on espérer voir un jour Conviction sur PS3? C'est que ça m'embêterait quand même de jouer un épisode sans avoir fait le précédent (alors que j'ai tapé tous les autres, sur PS2 et PSP).

New Little King's Story sur PSVita, ça sort dans deux jours!


Konami donne à manger à la nouvelle portable de Sony avec un titre d'aventure-gestion exclusif au support  - un premier opus vit cependant le jour sur Wii il y a quelques années - et qui se dévoile un peu plus aujourd'hui. Au programme donc, un Roi de 14 ans décidé à protéger son royaume d'un envahisseur nommé "le Cauchemar", une part belle à l'exploration de notre contrée, la gestion d'une armée et des combats en grand nombre. Le tout sera servi au tactile, et sort donc ce jeudi au tarif de 39,95€ tant en version boîte que dématérialisée.

lundi 24 septembre 2012

Mon jeu du moment: Kingdom Hearts Dream Drop Distance


Sora est de retour, et c'est cette fois-ci accompagné de son ami Riku qu'il s'en va une nouvelle fois protéger les mondes de Kingdom Hearts de leurs sempiternels assaillants. Ce septième épisode de la saga (et oui, déjà) fait suite chronologiquement à Kingdom Hearts Re:coded et se place donc bien à la dernière page des aventures du guerrier à la Keyblade, et c'est désormais sur 3DS que ça se passe.

L'histoire de cet opus envoie Sora et Riku dans une quête de puissance visant à leur donner le titre honorifique de Maître de la Keyblade. Maître Yen Sid leur donne pour mission de se rendre dans les mondes endormis - de nouveaux lieux à visiter - afin d'y percer les mystères de troubles qui s'y déroulent actuellement. C'est séparés que les deux garçons vont vivre cette nouvelle épopée, avec un intéressant système de zapping automatique (on change de perso au bout d'un certain temps) et toutes les nouveautés de gameplay de l'épisode PSP, mais encore plus.


Quoi de neuf donc? Ben pas mal de choses en fait. Nos deux compères peuvent tout d'abord s'adjoindre les services de monstres en lieu et place du duo Donald/Dingo, ce qui me fait aussitôt penser à ceux que l'on recrutait dans Final Fantasy XIII-2. En plus de nous aider sur le champs de bataille - et de fusionner avec notre héros si leurs compétences sont à fond - ces nouveaux alliés sont source de mini-jeux tactiles amusants et visant à développer leurs capacités au combat (éclate-ballons, nourrissage...). Le tactile se trouve aussi utilisé dans les affrontements avec une séquence "altération du réel" qui change selon le monde visité, et qui peut nous donner un bel avantage si bien réalisée. Enfin, les combats sont encore plus dynamiques que par le passé avec de nouvelles possibilités de saut sur les murs pour ensuite foncer à toute allure vers notre adversaire par exemple.


Je ne vais pas vous énumérer les lieux de notre épopée dans leur intégralité, mais il est fort agréable de noter que la majorité des mondes à visiter sont inédits dans la série (ex: Le bossu de Notre-Dame), et que ceux qui ont un air de déjà-vu nous procurent cependant une vision différente (La ville de Traverse avec les personnages de The World end with You, Tron: L'héritage à la place du premier vu dans KH2). De la fraîcheur comme on aime, comme ce fut le cas avec Birth by Sleep il y a deux ans déjà.


Du tout bon que ce Kingdom Hearts 3D (Dream Drop Distance) qui nous sert une nouvelle aventure malgré tout accessible aux néophytes (les précédents opus nous sont résumés au fil du jeu) et qui ravit grandement le fan de la première heure que je suis, à la réalisation impeccable et au gameplay ultra-complet. Un petit reproche? La 3D que je désactive car le titre me devient injouable avec. Je m'explique: le 3D est très bien rendue sur les cinématiques - vraiment magnifique - ainsi que dans le jeu lui-même, mais dès que l'on bouge la console (les combats, ça fait vibrer la 3DS!) elle rend l'image trouble (besoin de garder l'écran fixe pour en profiter) et nous donne bien mal aux yeux. Sinon, le titre est en anglais sous-titré comme les autres jeux portables, et le doublage est encore une fois de grande qualité. Ai-je besoin de dire que c'est un indispensable de la machine? (et accessoirement LE titre qui me l'a fait acheter)



dimanche 23 septembre 2012

La semaine du gamer


Sora et Riku continuent leur périple dans les mondes endormis de Kingdom Hearts Dream Drop Distance sur 3DS, alors que cette même machine me joue des musiques tripantes de nostalgie sur Theatrhythm Final Fantasy. Côté salon, ma PS3 a vu l'intrépide John Marston flinguer des zombies dans l'horrifique Red Dead Redemption Les cauchemars d'outre-tombe.

samedi 22 septembre 2012

Cinéma Jason Bourne: L'héritage / Robot & Frank


Après un départ assez poussif - 20 mn sans action et au scénar qui nous échappe totalement - ce nouveau Jason Bourne (sans Bourne) prend enfin son envol et emmène avec lui tout ce que l'on attend de baston, cascades et tirs, sur une histoire somme toute simple mais finalement très agréable à suivre. Jeremy Renner est un excellent espion aux capacités surdéveloppées, et ce Jason Bourne: L'héritage un bon film du genre. Pas le meilleur, mais pas de quoi non plus regretter son ticket.

Beaucoup d'humour et un soupçon d'action dans Robot & Frank, ou l'histoire d'un cambrioleur à la retraite - et perdant la mémoire - qui décide de faire de son robot auxiliaire de vie son complice de nouveaux forfaits. Très agréable dans sa mise en scène et le relationnel entre ses deux "héros", un beau moment d'émotion auquel on est rarement habitués.

vendredi 21 septembre 2012

Mon jeu du moment: Theatrhythm Final Fantasy



Le titre anniversaire des 25 ans de la série Final Fantasy - pour les 20 ans on avait Dissidia, qu'est ce qu'ils nous pondront pour le trentième? - est arrivé dans ma 3DS et c'est avec une curiosité pleine de nostalgie que je l'ai lancé une première fois... et j'en tremble encore, dites donc! Un anniv' non plus tourné vers la baston mais sur la musique, des thèmes enfouis dans nos coeurs qui nous reviennent de plein fouet avec les souvenirs accompagnant nos aventures d'alors. L'emballage est classe avec des persos en SD tous mignons, mais côté gameplay ça donne quoi?


Nous retrouvons sur la cartouche les treize épisodes numérotés de la saga, et chacun d'eux a droit à trois musiques jouables: thème, combat et terrain (+ intro et final). Trois musiques par jeu, c'est à la fois bien peu (de nombreuses absentes du jeu de base comme OtherWorld FFX ou Dalmasca FFXII), mais néanmoins correct (près de 70 au total, à jouer sur tous les modes de difficulté). Square Enix ayant succombé au profit du DLC, de nombreuses musiques additionnelles se retrouvent en téléchargement chaque semaine au tarif prohibitif de 1€ l'unité. Bon, après, il n'est pas interdit de craquer pour nos favorites (j'me connais, je finirai par succomber).


Pour jouer, c'est du ressort d'un Elite Beat Agents (ou Oendan pour les puristes) à la grosse différence que l'écran du haut diffuse la séquence tandis qu'on joue du stylet n'importe où sur celui du bas - l'important étant le geste effectué et son timing. En mode normal, c'est assez simple (même pour avoir un rang S) mais au-delà cela se corse bien. On joue avec les quatre persos de notre choix (un par épisode plus d'autres à débloquer) qui évoluent comme dans tout bon RPG au fur et à mesure des mélodies, et gagne des récompenses de par notre progression: musique à écouter, cinématiques, images. Enfin, un mode encore plus ardu typé donjon vous attend également.


La durée de vie du titre variera en fonction de chacun, de sa fibre nostalgique - et de ses potentiels achats supplémentaires - mais s'avère déjà pour moi bien entamée. Voila un jeu de chevet (je joue une heure et au dodo) que je conseille fortement aux férus de la saga, et même à ceux qui n'y connaissent rien mais apprécient les jeux musicaux. Un titre qui nous fait poser l'éternelle question: c'était mieux avant?



jeudi 20 septembre 2012

Hors-série IG Mag spécial Resident Evil



En début d'année, le magazine s'était doté d'un hors-série spécialisé dans le survival-horror qui traitait de tous les titres touchant de près comme de loin ce genre fort apprécié des gamers. La série créée par Shinji Mikami y figurait en bonne place, mais ses huit pages - alors que la plupart n'en comptaient que deux - laissaient malgré tout un petit goût d'inachevé... jusqu'à ce mois de septembre et ce numéro totalement dédié à Chris, Jill et leurs copains les zombies, et en plus de 260 pages cette fois-ci!


Tous les jeux tirés de cette forte licence du catalogue de Capcom se retrouvent mentionnés dans le magazine; même les opus Gun Survivor, Outbreak et Gaiden (de la GBC). Chaque titre fait l'objet d'une analyse précise de son scénario et de ses persos, l'univers de la saga est attentivement étudié et très bien expliqué à ceux qui se seraient perdus en cours de route: héros et ennemis, chronologies, virus, monstres... On nous y présente également des portraits de Mikami (RE1 et 4), Kamiya (RE2), Takeuchi (RE5), Kobayashi (producteur). Le cinéma n'est pas en reste avec à la fois les adaptations et inspirations diverses, tout comme le coin lecture et ses comics, mangas et romans tirés de la série. Enfin, on termine en beauté ce magnifique ouvrage avec la traditionnelle BD Haut Bas Gauche Droite encore une fois très marrante. Bref, un numéro spécial à ne pas manquer! Ah oui, le tarif est de 9,90€, dans toutes les bonnes librairies ou sur Ankama-shop.

mercredi 19 septembre 2012

Rayman Jungle Run est sorti sur iOS



Développé par le studio Pasta Games (spécialisé dans le jeu sur mobile) et attentivement surveillé par Michel Ancel et les p'tits gars d'Ubisoft Montpellier, le nouveau Rayman exclusif au marché nomade et entièrement tactile est arrivé aujourd'hui sur iOS - iPhone, iPad, iPod Touch - et sera présent dès demain sur Androïd. Le soft utilise l'excellent moteur de Rayman Origins (le fameux UbiArt Framework), et ne coûte que 2,39€ pour une aventure toute en plateformes et en 2D qui devrait en intéresser plus d'un. Cours, Rayman, cours!


Et hop le lien pour télécharger la version iOS du jeu

Guild Wars 2 sur Mac, c'est pour bientôt


Voilà une annonce qui comblera à n'en pas douter les fans de meuporgs qui jouent sur Mac: Guild Wars 2 - le gros succès de l'été sur PC soit dit en passant - est actuellement en conversion sur les ordinateurs à la pomme et une phase de bêta-test ne devrait pas tarder à voir le jour. Le jeu demeurera toujours sans abonnement (seul l'achat initial compte) et permettra aux rôlistes des deux supports de vagabonder ensemble dans deux versions identiques.

mardi 18 septembre 2012

Titeuf n°13 - A la folie!


Titeuf n'aime plus Nadia! 10 ans d'amour unilatéral qui prennent fin avec cet album où une nouvelle dans l'école saura envoûter le blondinet à la mèche. Ce très attendu volume 13 commence par une mini-histoire en cinq pages avant de continuer sur un classique gag pour chacune des suivantes (pas d'histoire longue comme avec Nadia se marie donc), et quels gags nous avons là! Titeuf et ses potes - Manu, Morvax, Hugo et j'en passe - continuent donc leur apprentissage du monde avec des sujets plutôt sérieux comme la guerre, les dictateurs, et bien sûr l'amour (avec un grand A), tout en nous faisant pleurer de rire de par leur incompréhension des-dits sujets, alors tournés en ridicule. Un formidable album que nous avons ici - le meilleur depuis longtemps - pour une aussi formidable recrue qui je l'espère restera longtemps dans la série.


A la folie!, oh que oui. Et bravo Zep!

lundi 17 septembre 2012

Cinéma The We and the I / Voisins du troisième type


Michel Gondry fait du pur Gondry avec ce nouveau film se déroulant en intégralité et temps réel dans un bus new-yorkais le dernier jour d'école de lycéens du Bronx. On ne s'ennuie jamais avec The We and the I où l'humour djeuns rencontre une dramaturgie bien plus dure, la fraîcheur de cette virée ne ressemblant à rien d'autre qu'il m'ait été donné de voir. Quoique si: à du Gondry!

Les mésaventures de la patrouille de voisinage de Ben Stiller confrontée à une invasion extra-terrestre mélange tant action et humour (assez en-dessous de la ceinture) que scènes d'horreur dans un film partant un peu dans toute les directions. Malgré son apparence tous publics, je déconseille ce Voisins du troisième type aux plus jeunes mais le recommande aux autres, pourvu que le scabreux ne vous repousse pas. C'est drôle, oui, mais ne plaira pas à tout le monde.