lundi 15 novembre 2010

Mon jeu du moment: Bioshock 2



Ah, Rapture, cité sous-marine que j'ai visité l'an passé et qui me voit revenir pour une nouvelle escapade. Des souvenirs tellement bons qu'il me fallait vraiment en remettre une couche en compagnie d'un nouvel héros en lieu et place de Jack, et quoi de mieux que de revêtir l'armure d'un protecteur à cette occasion. C'est donc sous le pseudo de Delta que l'on commence cette aventure, en quête de la petite soeur dont on a la charge et qui nous a été enlevé. La visite de Bioshock 2, c'est par ici je vous prie.


Dès le lancement du jeu, on se retrouve en terrain connu dans cette ambiance d'après-guerre et ces lieux si mémorables. La ville s'offre à nous et sa visite s'avère longue avec en début de partie un hôtel, un parc d'attractions, une gare à explorer ou encore des passages marins où notre scaphandre nous est bien utile. Les ennemis du premier opus - les fameux chrosômes - sont évidemment présents, habitant la ville fantôme et nous attaquant au passage. De grandes séquences d'action qui nous vaudront de savoir jongler entre les différents types d'armes et de pouvoirs que nous allons acquérir tout du long: foreuse, fusil, mitrailleuse...; foudre, glace, feu...


L'exploration est l'autre grand ingrédient de ce jeu qui, comme son prédécesseur, nous présente une carte sacrément vaste dont on visitera les moindres recoins, repérera les pièges et piratera les nombreux coffres et distributeurs dont dépendra notre salut. On a beau être protégé par notre carapace, Delta est bien sujet au syndrome de la barre de vie qui fond comme la neige, surtout lors des confrontations avec les grandes soeurs. Alors celles-là, faut en vouloir pour s'en débarrasser! D'une agilité rare et diablement résistantes, leur arrivée est annoncé par un cri glacial qui nous fait guetter chaque espace alentour. Cependant, le fait de ne pas avoir de game over - on ressuscite et les dégats infligés à l'adversaire restent - nous permet d'en venir à bout en plusieurs fois s'il le faut.


Le scénario se suit avec grand plaisir, même si la découverte initiale fait évidemment défaut. Les personnages secondaires, les nouveaux lieux (certes proches du 1), les ennemis un peu plus variés, l'ambiance générale en fait: tout ceci ressemble beaucoup voire trop au premier opus, mais c'est tellement bien fait et maîtrisé par les équipes de 2K (Marin, Australia et China) que la manette revient vite en main afin de continuer notre quête. Le jeu est super beau, long, facile à prendre en main et Rapture possède une telle ambiance que c'est plus que conseillé de ma part de vous y lancer. Une aventure à la première personne qui coûte aujourd'hui moins de 20€, alors n'hésitez pas!

1 commentaire: