mercredi 10 novembre 2010

Le plus beau métier du monde



C'est le titre d'un film de 1995 avec Gérard Depardieu dans le rôle d'un professeur fraîchement muté d'un collège de Savoie vers le fictif Serge Gainsbourg de Saint-Denis, où il rencontra des problèmes bien inconnus de sa province. Aujourd'hui, en 2010, tout ceci est bel et bien la réalité quotidienne de certains enseignants, dont l'un d'eux s'est décidé à nous narrer ses mésaventures. Son blog, Seuil critique, est une perle d'humour (pour nous) mais fichtrement inquiétant pour ceux qui le vivent réellement. Je vous invite à y jeter un oeil; il fait également partie de mes favoris sous son adresse url Zyvawesh.

Ex:
- Monsieur, c’quoi du “parfumeuh”
- Hein ? tu veux dire du parfum ?
- Putain mais non du “parfumeuh” c’est écrit
- Ça se prononce PAR-FIN ! ça tu sais ce que c’est j’suis sûr, et le verbe conjugué est donc “parfumé”
- Putain Monsieur j’ai capté l’délire !! t’as tout faux écoute-moi : c’est comme du parfum mais la vie d’ma mère c’est pour les meufs donc y’a un délire de grammaire qui change à la fin, un E comme tout les mots de meuf.

Cours de musique, j’assistais une nouvelle professeur remplaçante
- Installez-vous et sortez vos flûtes.
*pouah ah-ah hey-l’autre hey-hey*
 - Madame on sait pas comment qui faut faire pour la tenir tu peux montrer steuplé vas-y ?
*je tente d’avertir la prof’ du regard, mauvaise idée, ça sentait le piège*
- Alors on la prend dans la main droite en haut et main gauche en bas, on la pose au bout des lèv… [pas le temps de finir sa phrase]
- Hey madame, si je sors ma bite tu peux faire le même ?
élève 1 - Prof 0, arrivée à 07h45, repartie définitivement à 08h15.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire